From Nantes to Dresden – The first 1651 kilometers

My dad dropped me at the end of a gas station just after Nantes, at around 10 in the morning, the 9th of April 2013. After a few last hugs I put my thumb up and watched the car leave. That was it. The very beginning of a very long trip. Yooohooo !

The first car that passed by stopped and took me in. I didn’t even have to wait a minute. She was a very sweet British lady and here I was, on the road again, talking about this crazy adventure with the first of many people to meet. One more car and I was in Paris ! Waiting for my long time friend Aude at her work at the Theatre de la Bastille. We had a long night of talking and I was supposed to get back on the road the following day but the alarm didn’t go off in the morning (or we didn’t hear it ?) so we woke up at 1pm. I looked up how to hitch-hike out of Paris on hitchwiki and rushed to Quai de Bercy where there was supposed to be a good spot for cars to stop. I never found it, maybe the article about it wasn’t updated ? I walked by the side of the road, passed by crazy Parisians drivers, looking endlessly for a nonexistent good spot. I walked and walked, bag on my back, guitar in hand, only to realise it was already 4pm and I would probably not reach Strasbourg that same night. The good thing about that day was Aude’s face when I got back to the theater, as she thought she wouldn’t see me for a couple of years. Well… Extra day!strasbourg camille I decided that getting out of the city would be probably easier by car-pooling, so I contacted a girl and asked her if she could leave me on a gas station on the highway to Reims. We met in the late morning at Gare de L’Est and when I told her my story she decided to drive me to Reims anyway without asking me any money. That is one more proof of the great luck of travelers. People want to help them out just for the sake of an idea of traveling that they probably thought of and are happy to see happen somewhere on earth, even be a part of it, may it be a for few hundreds of kilometers. It went on like this quite well until Strasbourg and I met up with my friend Camille that welcomed me at her place for the night. In the morning she showed me a bit of the city center, with all its lovely Alsatian houses and their tiny windows.

There are some days where everything flows easily and there are others. I took a bus to the other side of the border but, for some reason, didn’t realise when I had to get off and woke up from my dream when it was already on its way back to Strasbourg, driving above the Rhine one more time. When I finally found a lift all the gas stations were closed or under constructions and my driver had to leave me in the middle of nowhere. I eventually ended up on the wrong direction and had to cross the highway by a bridge after walking through a few woods and hills. Yep. Then it started to rain and I was a bit fed up so my next lift drove me to a train station so I could be in Augsburg before night. I sight to the price of the ticket but were happy to just sit in the train and read for a few hours before arriving safe and sound… Around 8pm I started wondering and I asked the hostess when we were supposed to arrive to Augsburg. She told me that I unfortunately  had to change trains in Stuttgart and that I now had to go all the way to Nürnberg (way up north) and catch the 9.30pm train. Ah. Right. When I finally got to Augsburg at 10.30pm I was quite released that my friend Tobias was there to direct me to his parents’s home. There I met them and Naiara, my dear ex-flatmate in Barcelona. They welcomed me so warmly and I spend a lovely week-end in Augsburg, celebrating Naiara’s birthday, cycling around town and through the forest during what seemed to be the first real day of spring in western Europe.dresden blue

On Monday I was on the road again and hitch-hiked to Dresden without any problem, meeting as usual many lovely people on my way. I reached Dresden and my good old friend Clemence’s flat in the late afternoon and we spent all the evening talking without interruption of all that happened in the last year. After a couple of days visiting Dresden with her I started feeling weak and it turned out I caught an angina. Clemence and her roommates nicely accepted that I stayed at their place until I get better, which is starting today thanks to antibiotics. I suppose that I will soon be on my way to Prague !

[fsg_gallery id=”1″]

Le 9 avril 2013 vers 10 heures du matin mon père m’a déposé sur une station service près de Nantes et après quelques embrassades j’ai levé le pouce en regardant s’éloigner la voiture. Et voila. Le tout début d’un très long voyage. Wouhouuuuu!

La première voiture qui est passé s’arrêta et je n’eu pas à attendre ne serais-ce qu’une minute. La conductrice était une petite anglaise toute mignonne et cela me fit assez étrange de parler avec elle de mon projet, réalisant qu’il s’agissait là de la toute première des très nombreuses personnes que je rencontrerais sur ma route et avec lesquelles j’aurais probablement une discutions similaire. Une autre voiture et j’étais déjà à Paris! J’ai attendu Aude, une amie de longue date, à son travail au théâtre de La Bastille et nous avons passé la soirée à discuter. J’étais sensée repartir dès le lendemain matin mais le réveil n’a pas sonné – ou nous ne l’avons pas entendu…? Toujours est-il que nous nous sommes réveillées à 13h en panique. J’ai rapidement regardé les indications de Hitchwiki pour sortir de Paris et me suis ruée vers le Quai de Bercy ou il était supposé y avoir un endroit ou les voitures pouvaient s’arrêter. Je ne l’ai jamais trouvé. J’ai marché en vain le long de la route, faisant attention à la conduite déjantée des parisiens, sac sur les épaule, guitare à la main, recherchant frénétiquement un spot idéal qui visiblement n’existait pas. Peut-être que l’article d’HItchwiki n’était plus à jour… J’ai pris conscience qu’il était déjà 16h et que je n’arriverais probablement pas à Strasbourg le soir même. La seule chose positive de cette journée fut la tête de Aude lorsqu’elle me vit débarquer au Théâtre, elle qui pensait ne pas me revoir avant des années… Salut salut me revoila!

strasbourg camilleJ’ai réalisé que pour sortir de Paris, le plus simple serait probablement de faire du covoiturage. J’ai donc contacté une conductrice en lui demandant s’il était possible de me déposer sur une station service en direction de Reims. Nous nous sommes retrouvées vers midi à la Gare de l’Est et après lui avoir raconté mon histoire elle décida de n’emmener jusqu’à Reims sans même me faire payer. Une preuve de plus de la grande chance des voyageurs: les gens veulent les aider juste pour le plaisir de l’idée d’un voyage auquel ils ont probablement déjà pensé, sont heureux de voir se réalisé quelque part sur terre et encore plus d’une prendre part, ne serait-ce que pour quelques centaines de kilomètres. Le trajet jusqu’à Strasbourg se déroula sans problèmes et je retrouvai mon amie Camille qui accueilli pour la nuit. Le matin elle me montra le centre ville, ses nombreuses adorables petites maisons Alsaciennes et leurs minuscules fenêtres.

Il y a des jours où tout va pour le mieux… et puis il y a les autres. J’ai pris le bus vers l’autre coté de la frontière mais, pour une raison que j’ignore, je n’ai pas réalisé où je devais sortir et me suis réveillée de ma rêverie alors que le bus était déjà de retour vers Strasbourg, passant sur le Rhin une nouvelle fois. Quand une voiture s’est finalement arrêtée pour me prendre en stop, toutes les stations service étaient fermées ou en réparation et le conducteur a du me déposer au milieu de nulle part. J’ai fini par me retrouver dans la mauvaise direction et j’ai du traverser l’autoroute par un pont après avoir franchi quelques bois et collines désolés. Puis il s’est mis à pleuvoir et mon prochain conducteur a bien voulu me déposer dans une ville afin que je puisse prendre le train. Je commençais à en avoir marre, il y avait encore pas mal de route à faire et je souhaitais arriver à Augsbourg avant la nuit. J’ai grimacé à la vue du prix du billet mais j’étais contente de pouvoir m’asseoir et lire dans le train quelques heures avant d’arriver saine et sauve. Vers 20h j’ai commencé à me poser des questions et ai demandé à l’hôtesse si l’on était sensés arriver bientôt. Elle m’informa que j’aurais malheureusement du faire un changement à Stuttgart et que je devais maintenant poursuivre jusqu’à Nünberg (bien plus au nord) avant de prendre le train de 21h30. Ah. Ok. Quand je suis finalement arrivée à Augsbourg vers 22h30 j’étais ravie que Tobias soit là à m’attendre pour me conduire chez ses parents. Je les ai rencontrés et j’ai retrouvé Naiara, mon ancienne colocataire de Barcelone. Ils m’ont accueillit chaleureusement et nous avons passé un super week-end à célébrer l’anniversaire de Naiara, à nous balader dans la ville et à faire du vélo dans la forêt lors de ce qui semblait être le premier vrai jour de printemps en europe de l’ouest.

dresden blue

Le lundi j’étais sur la route à nouveau et j’ai fait du stop jusqu’à Dresde sans problème, en rencontrant comme d’habitude plein de gens adorables sur mon chemin. J’ai rejoins Dresde et l’appartement de ma très chère Clémence en fin d’après-midi. Nous avons passé toute la soirée à parler sans interruption de tout ce qui nous était arrivé depuis l’année précédente. Après quelques jours à visiter Dresde avec elle, j’ai commencé à me sentir un peu faible et il s’est avéré que j’avais une angine. Clémence et ses colocs ont gentiment accepté que je reste en leur compagnie le temps que je me sente mieux et cela commence à être le cas grâce aux antibiotiques. Je pense pouvoir repartir demain pour Prague.

[fsg_gallery id=”1″]

6 thoughts on “From Nantes to Dresden – The first 1651 kilometers

    1. Orpheo Post author

      Hey Uwe ! Yes it has been all fine to dresden, very nice city, sun shinning, all good !
      Thanks again for your help 🙂

      Reply
  1. Jandirk Kievit

    Hi Agnes,
    Your roadtrip is on the move, congrets!
    I was in Dresden 3 weeks before the wall came down. Lots have changed since then.
    We wish you a merry journey eastwards. Don’t forget to look at the beatifull birds along the way. Send me a picture if you’ve got problems recognizing them.
    kind regards, Jandirk
    (born on the 3th of june in a normal dutch house where my dad still lives hahaha)

    Reply
    1. Orpheo Post author

      Hi Jandirk!
      Yes I bet Dresden has changed a lot… I find it to be very nice, relaxed city, full of museums and cultural stuff… Plus the sun is now shinning !
      I will remember to keep an eye open for birds and let you know, no problem 🙂
      Kusjes!

      Reply
  2. mam

    Te voilà déjà partie depuis 2 semaines, bonne route pour la Pologne (et la suite) et longue vie à ce blog, très sympa avec le défilement des photos.
    Je t’embrasse, dikke kus, mam.

    Reply
  3. naiara

    Hey sweetie!!! Nice to “hear” news from you!!! 😉

    So.. I hope you got better!!
    I have a suggestion!! Maybe when you publish a photograph you should write down where it was taken!! 😉

    I wish all the best!!! 😉

    Naiara

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s