Chinaaaaaaaaaaah ! First Impressions.

old pingyao streetsSorry it took so long to give you news … but it is sometimes hard to write on a moving planet! Hehehe.

I was welcomed in China by a group of Dinosaurs (… statues of Dinosaurs) scattered on both sides of the road just after the Mongolian border. When I arrived in the first city, Hohhot, barely out of the bus and making my first steps in the main street a small giggle crisis inadvertently took me. My senses were besieged by these great colorful characters plastered everywhere, the fruit stands, strange octopus or chicken feet skewers, the smiles and surprised looks that I produced on my way, the choking noises and the throbbing heat. China! Holy cow ! The road and my feet had eventually brought me to China. Alright.

street food in muslim street Xi'anI was amused to see that a single attempt of conversation with a taxi driver could gather a small group of onlookers around us, attending the scene with curiosity as if it were some street show. I quickly came to realize that China really was a world apart with a completely different culture and that the language of signs and imitations that was helping me well so far had suddenly become incomprehensible. So I got used to walk around with my little “images guide” and a notebook with a few key phrases written in with Chinese characters by the first couchsurfer I met there. I was super excited by the varied, fairly healthy and very cheap food after one month spent in Mongolia … where it was just the opposite. Here: cucumbers, spinach, mushrooms and tofu aplenty, all cooked in a wok with chili soy sauce served with a bowl of sticky rice and watermelon juice. I practiced using chopsticks.

As you probably know, China is a rather large country. Even with a 3-month visa I knew I would be able to explore only parts of it. So I decided to focus on the southwest, getting there by bus and train from Inner Mongolia and making several stops on my way while avoiding the East Coast and its megacities.
giant statue yunyangI began this Chinese journey with the city of Datong, its city center was in full reconstruction in order give it a (fake) old style and attract more tourists. One hour away from town ranged the Buddhist caves of Yunyang, where statues of Buddhas, Bodhisattvas and deities of Indian inspiration had been dug in the sand of a rocky mountain around 1600 years ago. Some of the statues were over 15 meters and it was a profoundly impressive place.

Then I reached a very old and very small village carved into hills near the Yellow River of which most of the population had long since migrated to the comfort of a city with running water and now only older people lived there. I got refilled with calm and serenity, facing an incredible scenery. Then I went to Pingyao, of which the well-preserved city center has undergone little changes since the Ming Dynasty and gave an idea of ​​what would have been a Chinese city about 400 years ago.

cave dwellings village with yellow river viewsXi’an and its famous terracotta warriors where also a place I really want to stop by on my way. I was lucky enough to be hosted there by a lovely couchsurfer … One of my favorite things about couchsurfing is that, although you can dissect the profile of a member, you never really know in advance what their place is gonna be like. Of course, as long as I have a roof over my head, the place does not matter so much. I happened to be staying in real “travelers squats” with sleeping bags spread over every inch of floor or in a hammock in the 20th floor of a Muscovite tower, on the floor of apartments without running water or electricity or else in a deserted villa on a peninsula on the Nile… When Mohan opened the door of her house, I had the intuition that I would be treated like a princess. Her mother greeted me with a big smile in her Rococo-like living room while Mohan handed me a cup of rose tea with honey and offered me plate of juicy peaches. She told me I could stay as long as I wanted and I happily took this advantage to have a break and recharge my batteries a little after this first trimester of travel toward the sunrise. Small yoga sessions and long reading sessions were shedduled during this week, interspersed with very good food and equally good discussions about France and China with Mohan and her family.

sitting terracota warriorDespite the very different customs (and sometimes somewhat … surprising! for us westerners), very fragrant squatting public toilets whose walls are often a series of low walls without doors, throat clearing before spitting that take you by surprise, the ubiquitous full volume music and busy telephone discussions, cigarettes lit on buses or trains or anywhere and such, I smile or groan inwardly and continue to rejoice to the warm, welcoming and engaging Chinese people, delighted to see a foreign face, often generous and ready to mutual aid beyond the language barrier.

Next step: The Zhangjiajie Natural Park in Hunan Province and its landscapes worthy of Avatar’s Pendora, and I promise you this time I will not let nearly a month pass before I give you some more details!

[fsg_gallery id=”9″]

old pingyao streetsDésolée d’avoir mis autant de temps à donner de mes nouvelles… mais ce n’est pas si évident d’écrire sur une planète en mouvement ! Hehehe.

J’ai été accueilli en Chine par une troupe de Dinosaures (…de statues de Dinosaures) parsemés de part et d’autre de la route juste après la frontière Mongole. Lors de mon arrivée dans la première ville, Hohhot, à peine sortie du bus et faisant mes premiers pas dans la rue principale une petite crise de gloussements me pris par inadvertance. Mes sens furent assiégés par ces grands caractères colorés placardés partout, ces stands de fruits, de brochettes étranges de poulpe ou de pieds de poules, ces sourires et regards étonnés que je produisais sur mon passage, ces bruits suffocants et cette chaleur lancinante. La Chine ! Sacré nom d’une pipe ! La route et mes pieds avaient fini par m’amener jusqu’en Chine. Alright.

street food in muslim street Xi'anJ’étais amusée de voir qu’une simple tentative de conversation avec un chauffeur de taxi pouvait rassembler un petite troupe de badauds autours de nous, assistant à la scène avec curiosité comme s’il s’agissait d’un spectacle de rue. Très vite je me suis rendu compte que la Chine était un monde à part avec une culture complètement différente et que le langage de signes et d’imitations qui ne me réussissait pas trop mal jusqu’ici était soudain devenu incompréhensible. J’ai donc pris l’habitude de me promener avec mon livre d’illustrations ainsi qu’un carnet avec quelques phrases clés écrites en caractères chinois par ma première rencontre couchsurfeuse. Je me réjouissais de la nourriture très variée, plutôt saine et très bon marché après 1 mois passé en Mongolie … où c’était tout le contraire. Ici: concombres, épinards, champignons et tofu à profusion, le tout cuisiné en wok avec une sauce soja pimentée et servi avec un bol de riz collant et un jus de pastèque. Je m’entrainai au maniement des baguettes.

Comme vous le savez sans doute, la Chine est un pays relativement grand. Même avec un visa de 3 mois je savais ne pouvoir en explorer qu’une partie. Je décidai donc de privilégier le sud-ouest, m’y rendant en bus et train depuis la Mongolie intérieure en faisant plusieurs arrêts, tout en évitant la cote Est et ses mégalopoles.
giant statue yunyangJe commençai donc ce périple chinois par la ville de Datong, dont le centre ville était en complète reconstruction afin lui donner un (faux) style ancien et attirer plus de touristes. A 1h de la ville se situaient les grottes bouddhistes de Yunyang, où des statues de Bouddhas, Bodhisattva et de déité d’inspiration Indienne avaient été creusées dans le sable rocheux d’une montagne il y a environs 1600 ans. Certaines de ses statues mesuraient plus de 15 mètres et c’était un endroit vraiment impressionnant.
Je me rendais ensuite dans un très ancien et tout petit village creusé dans les collines près du Fleuve Jaune dont la plupart de la population avait depuis longtemps migré vers le confort d’une ville offrant l’eau courante et qui n’était maintenant peuplé que de vieilles gens. J’y fis le plein de calme et de sérénité face à d’incroyables paysages. Puis à Pingyao, dont le centre ville très bien conservée n’a subit que peu de changement depuis la dynastie Ming et donnait une idée de ce que devait être une ville chinoise il y a 400 ans.

cave dwellings village with yellow river viewsJe me devais de faire un tour du coté de chez Xi’an afin de voir les célèbres guerriers en terre cuite. J’eus la chance d’y être hébergée par une adorable couchsurfeuse… Une des choses que je préfère avec couchsurfing c’est que, bien que l’on puisse décortiquer le profil d’un membre, on ne sait jamais vraiment à l’avance là ou l’on va tomber. Bien sur, tant que j’ai un toit au dessus de ma tête l’endroit ne m’importe pas tellement. Il m’est arrivé de dormir dans de véritables «squats pour voyageurs» avec des sacs de couchages étalés sur chaque centimètre de plancher ou bien dans un hamac au 20ième étage d’une tour Moscovite, dans une villa déserte sur une péninsule sur le Nil ou encore à même le sol dans des appartements sans eau ni électricité. Quand Mohan m’ouvrit la porte de chez elle, j’eus l’intuition que j’y serait traitée comme une princesse. Sa mère m’accueillit avec un grand sourire dans son salon aux allures Rococo tandis que Mohan me mis une tasse de thé à la rose et au miel entre les mains et m’offrit un plateau de pêches juteuses. Elle me dit que je pouvais rester aussi longtemps que je le souhaitais et j’en profitai allègrement afin de faire une pause pour me ressourcer un peu après ce premier trimestre de voyage vers le soleil levant. Petites séances de Yoga et longues séances de lecture furent au programme durant cette semaine, entrecoupées par de très bons repas et toutes aussi bonnes discussions sur la France et la Chine avec Mohan et sa famille.

sitting terracota warriorMalgré les coutumes bien différentes (et parfois quelque peu … surprenantes ! pour nous autres occidentaux), les toilettes publiques « à la turque » très odorantes dont les murs ne sont bien souvent qu’une succession de murets bas sans portes, les raclements de gorge précédents un crachat qui vous prennent par surprise, la musique à plein volume omniprésente et les discussions téléphoniques animées, les cigarettes allumées dans les bus ou les trains ou n’importe où, les files d’attentes qui prennent des airs de « troupeaux d’attente » où doubler n’est pas un problème, je souris ou râle intérieurement et continu de me réjouir de l’accueil bienveillant et avenant des chinois, ravis de voir un visage étranger, souvent généreux et prêts à l’entre-aide au delà du gouffre de la langue.

Prochaine étape : Le parc Naturel de Zhangjiajie dans la province de Hunan et ses paysages dignes de la Pandora du film Avatar, et je vous promet cette fois ci de ne pas laisser passer presque un mois avant de vous en parler plus en détail !

[fsg_gallery id=”9″]

3 thoughts on “Chinaaaaaaaaaaah ! First Impressions.

  1. Suzanne Cornelia

    Oh comme tous ces mets on l’air délicieux!! apprend bien comment faire de la nourriture asiatique pour nous faire a ton retour un festin comme pour le Moyen-Orient 🙂 oui oui rien que ça. Allez je t’adore et continu a profiter!

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s