Hunan, Guizhou, Guangxi and Yunnan Provinces: My journey in south-west China.

RS Fenghuang 2To reach Zhangjiajie, the closest city from the famous Wulingyuan National Park, I spent about 15 hours sitting in the third class of a slowly but surely racing train across China. Whenever I claim wanting to book the third class (or “hard seat”) for trips longer than 10 hours, mainly at night, people look at me with wide eyes. “You’re sure?” …”Of course I’m sure!” Okay, the two rows of seats around a small table that is shared betwin four or six people are not the most comfortable I’ve ever seen. Sure, the blinding light stays on all night long. Right, the number of passengers talking (including those whom do not have a seat and are standing or squatting in the aisles and around the stinky toilets) added to the smartphones’ music product a noise level sometimes almost unbearable. True, it is not uncommon to have to endure the smoke of a cigarette, some nasty coughing or an air-con either absent or far too strong. But hey, it is the most economical means of transportation in China! Beleive me though, it’s really not as bad as it seems. I can even endure it relatively well thanks to my survival kit: ear plugs / inflatable pillow / sleeping bag-cocoon … and a lot to read. Right now, Im using the spare time to write this article. And I often come across friendly neighbors: we share our food, play cards, try a tiny conversation.

RS Rice terraces in BashaOnce I stepped into the region of Hunan, the scenery became much greener, more mountainous, beautiful. This ubiquitous greenery wouldn’t disappear all along my exploration of the Southwest regions. The Wulingyuan National Park was no exception. It is known for having been James Cameron´s inspiration for the floating islands of Pandora in his movie Avatar and although the truth of this rumor is more than doubtful, I quickly understood why one could be mistaken. The erosion phenomenon that created these peaky rock formations is quite stunning. Why, here rather than anywhere else, such a surreal rendering? The magic of the place is conducive to the imagination and it would seldom be surprising to see fairies, genies or dragons suddenly emerge on the horizon.

Obviously, such a spectacular spot does not remains unknown, and the “National Park” isn’t too far from turning into “Amusement Park.” Everything has been installed, organized, signalised to welcome trouble-free the hordes of tourists, mostly Chinese, whom come through the doors each day and flickers on each and every part of this immense park thanks to the coming and going of the countless buses. A well oiled machinery. The admission is valid for 3 days and in the evening most visitors return to Zhangjiajie to spend the night. However, I found a little hostel inside the park and therefore spent four days and three nights in total immersion, climbing and descending thousands of steps, meeting some quite strange bugs and trying, with great difficulty, to get away from the signposted trails, beaten and beaten again by the soles of thousands of daily visitors.

I then went a little further south to the center of Fenghuang, where beautiful old buildings on stilts and ancient bridges framed the river. I had caught a bad cold because of the air conditioning in the hostel so I took a little rest in this charming town for a short week, waking up every morning marveled by the enchanting view of the river.

RS Old men chilling in ZhaoxingFor my next stop, I decided to venture into smaller villages in the region of Ghuizou. According to wikipedia, the Ghuizou Province is known for not having 3 penny in its pocket, 3 patch of arable land nor 3 days of sunshine per year. Super …! I must have been lucky since it did not rain at all during the week I was there, and I ate as well as anywhere else. It is true though that the region seemed poorer than the ones I had previously visited, but mass tourism had, however, already appeared. I went to Basha, a small village of Tang minority where men and women still wore traditional clothes and were living of agriculture in stilts houses completely wooden built except for the tile roofs.

A few hundred miles away, I encountered the Dong minority village of Zhaoxing. A secluded place where time seemed to have lapse … Well, almost. In the recent years, the villagers watch arrivals of tourists groups in search for authenticity and began to develop a business in accordance. During my visit, the streets of Zhaoxing were in full renovation, cultivating a “neo-old” look, filled with boutiques of traditional (or not) jewelery, guesthouses and Western-like restaurants, as it now seems be the case almost everywhere in China, unfortunately…? I have to admit that it did not prevent me from admiring the somewhat folkloric charm of the village and in a corner of my mind there was this little voice reminding me that I also was, after all, one of these god damned tourists.

The famous town of Yangshuo quite obviously made no exception to the rule. Site of inspiration for many Chinese artists and poets, it is on the classic “Beijing-Xian-Shanghai-Yangshuo” tour and even had a wide pedestrian walkway called “West Street” including everything a tourist might need (or might think needing). Anyway, the surrounding Sugarloaf mountains makes it really worth a visit: perfect place for cycling, hiking and swimming in the Li River. There I even experienced the first Karaoke session of my life! Two Irish, two British, one Australian, one American, as many different English accents breaking their voices down and a Chinese dude questioning the identity of Lady Gaga made it quite an interesting experience.

RS Wulingyuan national park 3Time passes, as usual, the sun never ends burning, there is more rice than one could dream of and the internet flow is worse than ever. (understand here my excuse for the delay of this article… Ehum.) I arrived about a week ago in the region of Yunnan, where I was greeted by the smiling residents of a beautiful eco-farm community. I might crash there a while to -among other things- pick up a few beans and learn how to make noodles, happily lost in the middle of nowhere. Chillax.

 

 

 

[fsg_gallery id=”10″]

RS Fenghuang 2Pour rejoindre Zhangjiajie, la ville la plus proche du célèbre Parc National de Wulingyuan, je passai 15 heures assise en troisième classe d’un train filant lentement mais sûrement à travers la Chine. A chaque fois que j’affirme vouloir prendre la troisième classe ou « hard seat » pour des trajets de plus de 10 heures, souvent de nuit, on me regarde avec des yeux ronds. « T’es sure ? » « Bien sur que je suis sure ! » D’accord, les deux rangées de banquettes autour d’une petite table que l’on partage à quatre ou six ne sont pas des plus confortable que je connaisse. Certes, la lumière aveuglante reste allumée toute la nuit. Okay, le nombre de passagers qui discutent (en incluant ceux qui n’ont pas de place assise et se trouvent debout ou accroupis dans les allées et autour des toilettes odorantes) ajouté aux smartphones et à la « musique d’ambiance » du train produit un volume sonore parfois à la limite du supportable. Enfin, c’est vrai, il n’est pas rare de devoir endurer la fumée d’une cigarette, quelques crachats ou une climatisation soit absente, soit trop poussée. Mais, heh, est le moyen de transport le plus économique en chine ! Je vous rassure, ce n’est vraiment pas aussi terrible que cela en à l’air. Je le supporte même relativement correctement grâce à mon kit de survie: Bouchons pour oreilles / oreiller gonflable / sac de couchage-coccon… et beaucoup de lecture. Là tout de suite, j’en profite même pour peaufiner cet article. Souvent, je tombe sur des voisins sympathiques : on partage nos provisions, joue aux cartes, tente un semblant de discussion.

RS Rice terraces in BashaUne fois entrée dans la région du Hunan, les paysages devinrent plus verts, plus montagneux, magnifiques. Cette verdure omniprésente ne me quittera pas tout du long de mon exploration des régions du Sud-Ouest. Le parc naturel de Wulingyuan ne fit pas exception. Il a pour réputation d’avoir été l’inspiration de James Cameron pour les îles flottantes de Pandora dans son film Avatar et bien que la véracité de cette rumeur soit plus que douteuse, je compris rapidement que l’on pu s’y méprendre. Le phénomène d’érosion à l’origine de ses formations rocheuses en pic y est bluffant. Pourquoi, à cet endroit plus qu’un autre, un rendu si surréaliste ? La magie de l’endroit est propice à l’imagination et l’on ne s’étonnerait presque pas de voir des fées, génies et autres dragons soudain surgir à l’horizon. Évidemment, un endroit si spectaculaire ne demeure pas inconnu, et le « parc naturel » prend vite des airs de « parc d’attraction ». Tout à été installé, organisé, fléché pour un accueil sans vagues des hordes de touristes, principalement chinois, qui en franchissent les portes chaque jours et vacillent de part et d’autres de cet immense parc à l’aide de l’allée et venu des mini-bus. L’entrée est valable pour 3 jours et plupart des visiteurs retournent à Zhangjiajie le soir venu pour y passer la nuit. Je trouvai cependant une auberge de jeunesse à l’intérieur du parc et passai donc quatre jours et trois nuits en total immersion, montai et descendais des milliers de marches, rencontrai des insectes étranges et tentai, avec grande difficulté, de m’éloigner des sentiers signalisés, battus et rebattus par les semelles des milliers de visiteurs journaliers. Je me rendis ensuite un peu plus au sud, vers le centre-ville de Fenghuang, ou de superbes vieilles bâtisses sur pilotis encadraient un fleuve traversé par d’antiques ponts. J’avais attrapé un mauvais rhume à cause de la climatisation dans l’auberge et je me reposai donc dans cette jolie ville une petite semaine, m’émerveillant chaque matin de la vue enchanteresse du fleuve. Pour la prochaine étape, je décidai de m’aventurer dans de plus petits villages dans la région du Ghuizou. Selon wikipedia, le Ghuizou est connu pour ne pas avoir 3 sous en poche, 3 lopin de terre cultivable et 3 jours de beau temps par an. … super ! Je devais être bien tombé puisse qu’il ne plut pas du tout durant la semaine où je m’y trouvai, et j’y mangeai aussi bien qu’ailleurs. Il est vrai que la région avait l’air un peu plus pauvre que celles que j’avais visitées auparavant, mais le tourisme de masse y avait néanmoins déjà fait son apparition. Je me rendis à Basha, un tout petit village de minorité Tang ou les hommes et les femmes portaient encore quotidiennement un costume traditionnel et vivaient de l’agriculture dans des maisons en pilotis complètement construites en bois à l’exception des toits de tuiles. A quelques centaines de kilomètres de là, le village Zhaoxing de la minorité des Dong. Un endroit reclus ou l’écoulement du temps semblait s’être arrêté… Ou presque. Ces dernières années, les villageois ont vu arriver des groupes de touristes en quête d’authenticité et ont commencé à développer un business en concordance.

RS Old men chilling in ZhaoxingLors de ma venue, les rues de Zhaoxing étaient en pleine rénovation, se cultivant un look « neo-ancien », parsemées de boutiques de vêtements et bijoux traditionnels (ou pas), de guesthouses et de restaurants au menus occidentaux, comme cela semble maintenant être le cas presque partout en Chine… Malheureusement ? Cette constatation ne m’empêchai pas d’admirer le charme pittoresque du village et je gardai encré dans un coin de ma tête le fait que j’étais moi aussi, après tout, l’une de ces sacrés touristes. La célèbre ville de Yangshuo ne fit bien sur pas exception à la règle. Lieu d’inspiration de nombreux artistes et poètes Chinois, elle figure sur le circuit touristique classique « Pékin-Xian-Shangai-Yangshuo » et comprends même une grande allée piétonne appelée « Rue occidentale » comprenant tout ce dont le touriste-lambda pourrait avoir besoin (ou non). Les montagnes environnantes en pain de sucre valaient tout de même vraiment le détour : un endroit parfait pour balades à vélo et baignades dans la rivière Li. J’y ai même expérimenté la première séance Karaoke de ma vie ! Deux irlandaises, deux anglais, une australienne, une américaine, autant d’accents différents se cassant la voix et un chinois se questionnant sur l’identité de Lady Gaga.

RS Wulingyuan national park 3Le temps s’écoule, comme à son habitude, le soleil n’en fini pas de cogner, le riz coule à flot et le débit d’internet est pire que jamais. (Comprendre ici la raison du retard de cet article… humhum) Me voici arrivée depuis quelques jours dans la région du Yunnan ou j’ai été accueillie par les résidents souriants d’une ferme communautaire écolo. Je pense y rester quelque temps pour, entre autres, récolter deux trois haricots et apprendre à faire des nouilles, paumée au milieu de nulle part. Normal quoi.

 

 

[fsg_gallery id=”10″]