Dali, Shangri-la and The Tiger Leaping Gorge… Last Chinese adventures !

RS Near Dali, YunnanI stayed a little more than two weeks in this beautifuly lost community farm in the mountains of Yunnan to refill with peace and quiet away from the din of the city.  The residents took the opportunity to ask me to give English “lessons” an hour a day for the 14 children of the community . Me? A teacher? That was a first ! Communauty kids in YunnanThe children were aged from 5 to 15 years so it wasn’t easy to find activities suited to their level, but since I personally learned a lot of English through music, I decided, armed with a guitar, to teach them ” You Are My Sunshine ” and ” Hey Jude”… They were absolutely adorable and did great, it was really a cool experience that I will remember for a long time.
I could have easily spent a few more weeks away from the “real world”, but I had to keep in mind the rest of my trip (and my soon-ending Chinese visa.)
So I went to Dali, a city known as a Backpackers refuge, where I hoped to do a little shopping and send a “Birthday gifts package ” to my sisters. While exploring the rainy streets, I “fell” on Alice. She was on an internship in an architectural firm in Shanghai since May and was now spending her last months in China visiting the country before returning to her engineering studies in France. We found ourselves in the same “20 kuay” hostel (ie 2 dollars) and in the evening, after the storm had cut off the power and that we were sharing a candlelit table with Kris (an old Dutchman that had been in china for almost a year) and Patrick (a future German judge – who recently joined Istanbul from Germany within a month of biking – currently visiting China),  the 4 of us we decided to leave the next morning for a “small” hiking in the surrounding mountains.
RS Can you see the Monkey KingIn the morning: it was still raining. Obviously, “the small” mountain hike began with a ”small” ascension. One hour of these stone steps that the Chinese apparently love to build so much, and soon my body reminded me that I had definitely not been very active during the weeks in the community… A little breathless was I, if I may say ! But once the climbing accomplished, the view of the misty waterfalls disappering among tons of greenish rocks – or rocky greens – my condition quickly recovered. The next 7 hours going down in the valley were walked ​​without significant problems, moist but surely pleasant.
Meanwhile waiting for a mini bus to take us back to the hostel, I mechanically stroked the bright green leaves of a bush at the edge of the road before I realized that three of my fingers were covered with tiny red thorns that I hastened to remove … too late. My hand began to swell and stayed itchy for three days. Note to myself : Beware of plants (even if they look innocent ! ) when in unknown territory … Notice that if I had been an ant, it would have been the end of me ! ANYWAY…
RS Tiger leaping gorge Trio !Several hundred kilometers from Dali was a quite poetic site named the Tiger Leaping Gorge. You could supposedly do an incredible trek there. However Patrick informed us that he wanted to go earlier but, after an earthquake in southern Sichuan a week before, the place was temporarily closed to public. The 3 of us, Alice, Patrick and myself, wanting to wait for the reopening – but not too long either! – we questioned the hostel’s receptionist. After a quick phone call, she informed us that the gorges were indeed still closed to public until further notice but that, according to her contact, some tourists were still entering the site, hidden on a local’s mini-bus. The earthquake actually affected a region much northern and the site was out of danger … So be it !
We went to the small village at the entrance where, indeed, we were flunked at the gates. We had to wait a few hours before we found a driver willing to drop us off near an inn in the gorge at an acceptable price. Delighted to be so close, we camouflaged, guffawing behind the seats of the tinted windows van, fingers crossed, like a bunch of kids playing hide and seek… with the Chinese authorities. Ha! A few meters rolling and that was it. Hooray! Fantastic! Not only did we not have to pay the entrance ticket, but the surroundings would also probably be empty of tourists.
Already, the landscape of the Tiger Leaping Gorge was revealing itself to us. A river, a raging muddy torrent between steep sections of rocks on top of which sometimes appeared a snowy summit on a cloudy breakthrough. Rather impressive. Our friendly driver made ​​several stops to allow us to take pictures of the view, and we continued our journey with him singing a few tunes of traditional Chinese music remixed to a techno beat.
RS Misty misty place (Tiger leaping gorge)The following morning, the real fun began. First, we descended into the gorge for an hour of a rather steep and bumpy hike, even passing by a relatively archaic metal ladder cloistered along a piece of rock. Going down, the roar from the tiger became more and more intense and once arrived at the bank, we could hardly hear one another. To reach a rock in the river a suspended pontoon was installed, but the “door” to access it was closed … Nothing more than a small obstacle for the team of adventurers we were then! After a few twists and climbs, we paid the price of this entry by the blood of some nasty scratches and we finally reached the bridge to admire the ferocity of the  stream flow in first class.
Then, of course, we had to go back up. We picked up our bags at the hostel and undertook a long hike back to the entrance village. Several hours up, several hours flat, a little rain, a bowl of noodles, some more flat, some more fog, never-ending mist, waterfalls, a night at a guesthouse, 3 hours of hard climbing, legs that would scream if they could but a splendid view, always. Arrived in a small village, supposedly 1 hour walk from the entrance, we lost our path without realizing it. It was only much later, when the way ended at the edge of a cornfield that we understood our mistake. We backtracked for some time, followed another path that led nowhere either and then we admitted that we were all too exhausted to dare re-starting the ascent to the village where we probably took the wrong way. We could see the river which meant that the road couldn’t be so far away…

RS Chinese House in YunnanNevermind the path ! We decided to ”cut through”. Through cornfields, small woods in muddy, slippery ground populated by giant spiders which, if we didn’t look up, were often ending up right on our face, which caused many falls and as much exclamations, through “field” of rocks and pebbles interspersed with tall grass rolling freely at every of our steps, very steep, often forcing us to slowly, slowly advance on the buttocks, destabilized by our heavy backpacks. If we wanted a little slice of adventure … we were served ! Patrick and I rather laughed about it but Alice not quite, spiders apparently not being her best friends. It is with roars of joy that we finally landed on the tarmac, not kissing it, but almost. We just had to wander in the mountains for 3 hours. We stopped a car to drop us off at the entrance of the village, which was not really far away in the end… We devoured dishes of grilled eggplant, tofu and tomato omelets accompanied, of course, with rice like the hungry bums we were ! Then Alice and I hugged Patrick who went south and the both of us went towards Shangri-la, at the border of Sichuan.
We stopped a bus that happened to be populated by a team of basketball players going to Shangri-la. We had a rather funny journey with these outgoing and crazy players, communicating with the few words of Chinese that Alice knew and sign language… Strange to suddenly be faced by huge and hefty Chinese lads !
Once arrived in the city one of the players walked us to the old town beneath the cold wind from the high altitude and we found a hostel to collapse for a well deserved sleep.

RS Shangri-la  streetShangri-la had a feeling of Tibet, and I realized that I was already at the border of the Himalayas. People had a more coppery complexion, due to the harsh climate. There was Buddhist temples, stupas squares, and prayer flags hanging everywhere. Alice and I stayed there a few nights wandering the small and quiet streets then she flew to Shanghai and I headed North to the Sichuan region, reputed to almost be more Tibetan than Tibet since the Chinese invasion … Impossible indeed to travel freely in the Tibetan region, you need a special permit, to be part of a group with a guide and to pay the price. I prefered to go directly to Nepal, Tibet will be for another time … Farewell China! It was a real culinar and ocular pleasure. And now: mythical Kathmandu awaits.

[fsg_gallery id=”11″]

RS Near Dali, YunnanJe restais un peu plus de deux semaines dans cette superbe ferme communautaire perdue dans les montagnes du Yunnan à faire le plein de calme et de sérénité loin de la frénésie des villes. On en profita pour me demander de donner des « cours » d’anglais 1 heure par jour aux 14 enfants de la communauté. Moi ? Prof ? Ce fut une première !Communauty kids in Yunnan Les enfants étant agés de 5 à 15 ans ce ne fut pas évident de trouver des activités adaptées à leur niveau mais, ayant moi même beaucoup appris de l’anglais grâce à la musique, je décidais, armée d’une guitare, de leur enseigner « You Are My Sunshine » et « Hey Jude »… Ils furent absolument adorables et se débrouillèrent super bien, ce fut vraiment une très belle expérience dont je me souviendrais longtemps.

J’aurais pu facilement y passer encore quelques semaines, loin du « monde réel », mais il me fallait garder à l’esprit la suite de mon voyage (et mon visa chinois qui prendrais bientôt fin.)

Je me dirigeais donc vers Dali, ville réputée comme étant un refuge de Backpackers, où je pensais pouvoir faire un peu de shopping et envoyer un « colis-cadeaux-anniversaires » à mes frangines. Alors que j’en explorais les rues pluvieuses, je « tombais » sur Alice. Elle était en stage dans un cabinet d’architecture à Shanghai depuis mai et profitait de son dernier mois en Chine pour voir du pays avant de reprendre ses études d’ingénieur à Lille. Nous nous retrouvâmes dans la même auberge « à 20 kuay » (c’est à dire 2 euros et quelques) et le soir venu, après que l’orage ai coupé l’électricité et que nous partageâmes une table éclairée aux bougies avec Kris (un vieil hollandais habitant en chine depuis presque un an) et Patrick (un future juge allemand – ayant récemment rejoins Istanbul depuis l’Allemagne en moins d’un mois de vélo!- actuellement visitant la chine), nous décidâmes de partir tous les 4 le lendemain matin pour une “petite” randonnée dans les montagnes environnantes.

RS Can you see the Monkey KingLe matin venu : il pleuvait toujours. Évidemment, la “petite” randonnée montagnarde commença par une “petite” ascension. Une heure de ces marches de pierre comme les chinois savent si bien les faire, et très vite mon corps me rappela que je n’avais décidément pas été très active durant ces semaines à la communauté… Un poil essoufflée l’Orpheo, si je puis dire ! Mais une fois la montée accomplie, la vue des cascades embrumée perdues entre des tonnes de roches verdies – ou de verdures rocheuses, que sais-je – mon état se remis rapidement. Les 7 heures de descente dans la vallée se firent sans problème notable, humides certes mais très agréables.

En attendant un mini-bus pour nous ramener à l’auberge, je caressai machinalement les feuilles vert-vif d’un buisson au bord de la route avant de me rendre compte que 3 de mes doigts étaient recouverts de minuscules épines rouges que je m’empressai d’enlever…trop tard. Ma main commença à enfler et me démangea trois jours durant. Note à moi même : Se méfier des végétaux (même s’ils ont l’air innocents!) lorsqu’en terre inconnue… Dire que si j’avais été une fourmis, s’en eut été fini de ma vie ! …BREF

RS Tiger leaping gorge Trio !A plusieurs centaines de kilomètres de Dali se trouvait le lieu à l’énoncé fort poétique des Gorges du Saut du Tigre. On pouvait y faire, parait-il, une incroyable randonnée. Cependant Patrick nous informa qu’il avait voulu s’y rendre précédemment mais que, suite à un tremblement de terre au sud du Sichuan, le lieu était momentanément fermé au public. Souhaitant tous les trois, Alice, Patrick et moi-même, attendre sa réouverture – mais pas trop longtemps non plus- nous interrogeâmes la réceptionniste de l’auberge. Après un rapide appel téléphonique, elle nous informa que les gorges étaient en effet toujours fermées au public jusqu’à nouvel ordre mais que, d’après son contact, certains touristes s’y rendaient néanmoins, passant l’entrée cachés dans le mini-bus d’un habitant, le tremblement de terre n’ayant réellement affecté qu’une région plus au nord et le site étant hors de danger… Ainsi soit-il !

Nous nous rendîmes donc vers le petit village de l’entrée où, effectivement, nous fîmes recalés. Nous dûmes attendre quelques heures avant de trouver un chauffeur acceptant de nous déposer près d’une auberge dans les gorges à un prix acceptable. Réjouis d’être si près du but, nous nous camouflâmes en nous esclaffant derrière les sièges de la camionnette aux vitres teintées, croisant les doigts, tels une bande de gosses jouant à cache cache… avec les autorités chinoises. Ha ! Quelques mètres parcourus, et nous étions passés. Hourra ! Fantastique ! Non seulement nous n’avons pas eu de ticket d’entrée à payer, mais en plus les environs seraient probablement vides de touristes.

Déjà, le paysage des Gorges du Saut du Tigre se dévoilait à nos yeux. Un fleuve, un furieux torrent boueux autour duquel escaladaient en pente raide des pans sylvestres et au bout desquels on distinguait parfois un sommet enneigé lors d’une percée nuageuse. Plutôt impressionnant. Notre sympathique chauffeur fit quelques arrêts pour nous permettre de prendre des photos de la vue et nous continuâmes notre route, chantonnant avec lui quelques airs de musique traditionnelle chinoise remixée sur un beat techno.

RS Misty misty place (Tiger leaping gorge)Le lendemain de bon matin, les choses sérieuses commencèrent. D’abord, nous descendîmes dans la gorge durant 1 heure de parcours accidenté plutôt pentu, passant même par une échelle en métal relativement archaïque cloîtrée le long d’un pan de roche. A mesure de notre progression, le rugissement de la gorge du tigre se faisait de plus en plus intense et une fois arrivés sur la rive, s’est à peine si l’on pouvait s’entendre parler. Pour rejoindre un rocher au milieu du fleuve un ponton suspendu avait été installé, mais la « porte » pour y accéder était fermée… Rien de plus qu’une nouvelle petite épreuve pour l’équipe d’aventuriers que nous étions alors ! Après quelques contorsions et escalades, nous payâmes le prix de cette entrée ci par le sang de quelques méchantes égratignures puis nous parvinrent enfin au pont et purent admirer la férocité de l’écoulement du torrent en première classe.

Ensuite, bien sur, il nous fallut remonter. Nous récupérâmes nos sacs à l’auberge puis entreprîmes une longue randonnée pour retourner au village de l’entrée. Plusieurs heures de montée, plusieurs heures de plat en altitude, un peu de pluie, un bol de nouilles, encore du plat, de la brume, beaucoup de brume, une nuit en auberge, 3 dures heures de montée, des jambes qui crieraient au meurtre si elles pouvaient parler mais une vue splendide, toujours. Arrivés dans un petit village, à théoriquement 1 heure de marche de l’entrée, nous perdîmes notre chemin sans nous en rendre compte. Ce n’est que bien plus tard, alors que le chemin pris fin à l’orée d’un champ de maïs que nous comprîmes notre erreur. Nous retroussâmes chemin quelque temps, suivîmes une autre voie qui ne mena nulle part puis nous réalisâmes que nous étions tous les trois bien trop exténués pour oser ré-entreprendre l’ascension jusqu’au village où nous nous étions probablement trompé de chemin. Nous pouvions apercevoir le fleuve ce qui signifiait que la route n’était sans doute pas si loin…

RS Chinese House in YunnanTant pis pour le chemin! Nous décidâmes de couper “a travers”. A travers champs de maïs donc, de petits bosquets au sol boueux et glissant peuplés d’araignées gigantesques qui, si l’on ne regardait pas bien devant soit, se retrouvait souvent en plein sur notre visage, ce qui nous causa maintes chutes et tout autant d’exclamations, a travers des “champs” de roches et de cailloux roulants entrecoupé d’herbes hautes, toujours en pente raide, ce qui nous obligeait bien souvent à lentement, lentement progresser sur les fesses, déstabilisés par nos lourds sac à dos. Si l’on souhaitait encore une petite tranche d’aventure… nous étions servis ! Patrick et moi en rions plutôt, Alice un peu moins, les araignées n’étant apparemment pas ses meilleures amies. C’est avec des rugissements de joie que nous atterrissâmes finalement sur le macadam, ne l’embrassant pas, mais presque. Nous venions d’errer dans la montagne pendant 3 heures. Nous stoppâmes une voiture pour nous déposer au village de l’entrée qui n’était au final vraiment pas très loin… Nous dévorâmes des plats d’aubergine grillées, de tofu et d’omelettes au tomates accompagnés, bien sur, de riz comme des affamés (que nous étions!) puis Alice et moi embrassèrent Patrick qui se rendait vers le sud alors que nous souhaitions nous diriger vers Shangri-la, à la frontière de la région du Sichuan. Nous arrêtâmes un bus qui s’avéra être peuplé d’une équipe de Basketteurs se rendant vers Shangri-la. Le voyage fut plutôt cocasse et les joueurs sociables et loufoques, communiquant grâce aux quelques mots de Chinois d’Alice et au langage de signes… Étrange de soudain se retrouver face à des chinois immenses et baraqués !

Une fois arrivés en ville l’un des joueurs nous dirigea vers la vieille ville, sous le vent glacial de haute altitude, et nous trouvâmes une auberge où nous écrouler pour un sommeil due-ment mérité.

RS Shangri-la  streetShangri-la avait des airs de Tibet, et je réalisai que je me trouvais déjà à la frontière de l’Himalaya. Les gens y avait le teint plus cuivré, du à l’ardeur du climat. On y trouvait des temples bouddhistes, des stupas sur les places, et des drapeau de prières accrochés un peu partout. Alice et moi y restâmes quelques nuits à parcourir les petites rues tranquilles puis elle pris un avion pour Shanghai et je me dirigeais vers le Nord et la région du Sichuan, réputée pour être presque plus tibétaine que le Tibet depuis l’invasion chinoise… Impossible en effet de se rendre librement dans la région tibétaine, il vous faut un permis spécial, faire partie d’un groupe avec un guide et en payer le prix fort. Je préférais donc me rendre directement au Nepal, le Tibet sera pour autre autre fois… Adieu la chine ! Ce fut un vrai plaisir oculaire et culinaire. Maintenant : en route vers la mythique Katmandou.

[fsg_gallery id=”11″]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s