Category Archives: Russia

Baikal Lake – Ulan-Ude to Ulaan-Baatar, and the Gobi Desert

baikal lakeI ended up getting a Mongolian visa with the help of Simon, my French couchsurfer in Ulan-Ude and I only had a few days left before the end of my Russian visa. I hadn’t been near the Baikal lake yet and I had to stay there a little shorter than I would have first liked. Dora, the Russian girlfriend of Simon, helped me to find a guesthouse in the middle of nowhere for a night …on the shores of the Baikal!

The mini-bus that I took quickly left the outskirts of Ulan-Ude for the hilly countryside of the surroundings and set me three hours later on a desert sand road at the intersection of a small alley sinking into the forest. At the far end was the lake. Primary source of the world’s freshwater and deepest lake, Lake Baikal looks like an unsalted sea. I could barely see the mountains on the opposite bank in the fog, and it was suddenly really much colder. I wandered on the shore waiting for sunset, meditated a moment and even took a sip of water from the lake, just for the sake of it.

[fsg_gallery id=”5″]

When finally time came for me to leave Russia, I took another mini-bus in the early morning to the last Russian town before the border and then a taxi to it. There, I stopped a car to cross the border, as it was not possible to do so on foot. The controls didn’t cause any problems but my driver and I still spent over an hour there. Once in Mongolia, the driver dropped me off and I took yet another mini-bus to the capital: Ulaanbaatar, here I am!

camels in gobi desertI was immediately marked by the benevolence of the Mongols, by their warm laughter in contrast with the apparent coldness of the Russians, and by the vastness of the completely deserted landscapes for hundreds of kilometers. We cruised only a dozen cars in 6 hours on the road and yet it was one of the busiest in the country! A bitumen road as well, which is very rare in Mongolia. The driver took this opportunity to drive over 140km / h, which, I have to say, freaked me out a little. Sometimes he would slow down to let the cows or horses whom squatted the roadsides pass. In the distance, a few Gers (yurts) here and there, scattered, and sometimes a small Buddhist monastery atop a grassy hill.

We finally arrived in Ulaanbaatar and my enthusiasm sank a little. A Big City of course: traffic, concrete, dust and horns. I spent the next two weeks preparing for my Chinese visa. I thought it would need a week only, but the list of necessary documents had recently changed and I needed an invitation from someone living in China. I therefore had to wait for my invitation before deposing my request to the consulate and it was open only three days a week … I alternated couchsurfers and guesthouses, walked around town, searched information for the rest of the trip and read quite a lot.

bus to dalanzadgadAfter eventually leaving my passport at the consulate, I met two rather fun Frenchies: Cindy and Morgan, whom just had, each on their sides, worked and traveled in Australia and Southeast Asia for the last year and a half. They were going to the south and the Gobi Desert by bus and wanted to rent a car with driver on the spot without going through an agency, so I decided to follow them. Most tourists are spending what seem to me an excessive amount for “all inclusive” tours with driver and English speaking guides. Indeed, Mongolia isn’t the most “independent traveler-friendly” country because almost none of the cities are linked together by public transport: you almost always have to pass by Ulaanbaatar or else rent a car but gasoline, mainly coming from Russia, is quite expensive, the distances very large and the roads in very poor conditions. However, if you’re somewhat resourceful, it is not complicated to get to the desired area and negotiate a fair price with the locals to rent a car or a horse, arrange to buy enough food and water in advance and go wild camping or spend a night in a ger for a few thousand tughriks. (1$ = 1437 tughriks).

bus to dalandzadgadThe ride to Dalanzadgad wasn’t the most comfortable, really. Cindy and Morgan had bought their tickets the previous day, but because I decided to join them at the last minute, I arrived at the bus station without the assurance of an available spot. Indeed: there were none. Though they let me get on all the same and I sat on a cardboard box in the aisle, itself already full of luggage and boxes. The road not frankly being one we were quite shaken. It reminded me the climbing to the alpinist camp in the Altai with the old Soviet truck and Cindy was shouting at me through the bus “This is a giant washing machine! “… of which we were the battered clothes. Less water and soap, though. After 6 hours we stopped in a strayed canteen to eat and a passenger asked me to exchange places with him. No worries! My buttocks were glad, but I quickly realised his motivation: my neighbor, a relatively stout and smelly woman was crushing me against the glass. The night eventually fall, but despite the beautiful sunset in the desert, it was a living hell: Being slightly claustrophobic around the edges, it was totally impossible for me to move an inch. Fatigue was rising but, shaken like apples on an apple tree during a storm, I do not see how anyone could have been able to sleep even only 2 minutes.

bayanzac clif gobi desertOnce arrived, around 6 am, Cindy and I slept little on a bench while Morgan, motivated, was already discussing with the drivers around. He found a worthy lad and we arranged a 3 days circuit between 3 key areas of the Gobi desert. To my great regret, we did not discover any dinosaur fossils yet spent a wonderful time exploring canyons, rocky formations and giant dunes interspersed with hundreds of miles of pebbly desert and 2 cool nights in a tent. I think the pictures speak for themselves.

hongoryn els dunes gobi desert 2Returning to UB (you be? .. The intimate nickname for Ulaanbaatar used by its English-speaking residents) we took the bus in the morning and despite the 15-hour trip, it was much more tolerable than the sleepless night we had on our way. I had a week left before having to get my passport back with, I hope, a Chinese visa inside, so I spent only a day of rest in UB before leaving alone for a horseback adventure… I will tell you about it in a coming soon new article !

[fsg_gallery id=”7″]

baikal lake      J’avais fini par obtenir un visa mongol avec l’aide de Simon, mon couchsurfer français à Oulan-oude et il ne me restait plus que quelques jours avant la fin de mon visa Russe. Ne m’étant toujours pas arrêtée au Lac Baikal, je devais donc y passer un peu plus rapidement que je ne l’aurais souhaité. Dora, la petite amie russe de Simon, m’aida à trouver une chambre d’hote au milieu de nulle part pour passer une nuit sur les rives du Baïkal.

Le mini-bus que je pris quitta vite la banlieue d’Oulan-Oude pour la campagne vallonnée de ses alentours et me déposa 3 heures plus tard sur un chemin de sable désert, à intersection d’une petite allée s’enfonçant dans la forêt. Tout au bout se trouvait le lac. Première source d’eau douce du monde ainsi que lac le plus profond, le Baïkal à tout l’air d’une mer (…sans sel!). J’apercevais à peine les montagnes dans le brouillard sur la rive opposée, et il faisait soudainement vraiment beaucoup plus froid. Je me baladai sur la rive en attendant le coucher du soleil, méditai un instant et bu même une gorgée d’eau du lac pour la forme.

[fsg_gallery id=”5″]

Lorsque fut finalement venu le moment de quitter la Russie, je pris un autre mini-bus au petit matin pour la dernière ville Russe avant la frontière puis un taxi jusqu’à celle-ci. Là, je stoppai une voiture afin de passer la frontière, étant donné qu’il n’était pas possible de le faire à pied. Les contrôles ne posèrent pas de problèmes mais mon conducteur et moi y passèrent tout de même plus d´une heure. Une fois passés en Mongolie, le conducteur me déposai et je pris un énième mini-bus vers la capitale : Oulan-Bator, me voici !

camels in gobi desertJe fus tout de suite marquée par la bienveillance des mongols, par leurs rires chaleureux contrastant avec l´apparente froideur des russes, ainsi que par l’immensité des paysages complètement déserts sur des centaines de kilomètres. Nous ne croisâmes qu’une dizaine de voitures en 6 heures sur cette route et c´était pourtant l’ une des plus fréquentée du pays ! Une route de bitume d’ailleurs, chose très rare en Mongolie. Le chauffeur en profitait pour rouler a plus de 140km/h, ce qui, je dois l’admettre, me fichait un peu la trouille. Parfois, il devait ralentir pour laisser passer les vaches ou les chevaux qui squattaient tranquillement les bords de la route. Dans le lointain, quelques Gers (yourtes mongoles) ça et là, parsemées, et parfois un petit monastère bouddhiste au sommet d´une colline herbée.

Alors que nous arrivâmes enfin à Oulan-Bator, mon engouement s’affaissa d´un poil. Une Grande Ville bien sur: trafic, béton, poussière et klaxons. Je passai les deux semaines suivantes à préparer mon visa chinois. J’avais pensé que cela ne me demanderais qu’une semaine, mais la liste des papiers nécessaires ont récemment changé et j’avais besoin de l´invitation d’une personne résident en Chine. Il me fallut donc attendre sa réception avant d’aller déposer ma demande au consulat et ce dernier n’est ouvert que 3 jours par semaines… J’alternai couchsurfers et auberges, me baladais en ville, potassai des infos pour la suite du voyage et bouquinai pas mal.

bus to dalanzadgadAprès avoir enfin laissé mon passeport au consulat, je rencontrais deux français plutôt marrants: Morgan et Cindy, qui avaient tout deux, chacun de leurs cotés, travaillé et voyagé en Australie et Asie du sud-est depuis plus d’un an et demi. Ils se rendaient vers le sud et le désert de Gobi en bus et souhaitaient louer une voiture avec chauffeur sur place sans passer par une agence, je décidais donc de les suivre. La plupart des touristes dépensent des sommes qui me semblent démesurées pour des séjours « tout compris » avec chauffeurs et guides parlant anglais. En effet, la Mongolie n’est pas le pays le plus « voyageur indépendant- friendly » étant donné que presque aucunes des villes ne sont reliées entre elles par les transports en communs : il faut toujours passer par la capitale ou bien louer une voiture mais l’essence principalement venue de russie est assez chère, les distances très grandes et les routes inexistantes. Pourtant, avec un peu de débrouille, il n’est pas compliquer de se rendre dans la région désirée et de négocier un prix correct avec les locaux pour louer une voiture ou un cheval, s’organiser pour acheter suffisamment de nourriture et d’eau à l´avance et de faire du camping sauvage ou de passer une nuit dans un ger pour quelques milliers de turiks. (1€=1870 tugriks).

bus to dalandzadgadLe trajet jusqu’à Dalanzadgad ne fut pas de tout repos…littéralement. Cindy et Morgan avaient acheté leurs billet le jour d’avant mais, m’étant décidée à la dernière minute, je débarquai à la station de bus sans l’assurance d’une place libre. Effectivement : il n’y en avait plus. On me lassa tout de même grimper à bord et je du m’assoir sur une boite en carton dans l’allée centrale, elle même blindée de bagages et de caisses. La route n’en étant pas une nous furent franchement secoués. Cela m’évoquais l’escalade en camion soviétique jusqu’au camp d’alpiniste dans l’Altaï et Cindy me criait à travers le bus « C’est une machine à laver géante ! » …dont nous étions les fringues malmenée. Eau et lessive en moins, certes. Au bout de 6 heures nous nous arrêtâmes dans une cantine paumée pour manger et un passager me proposa d’échanger ma place avec la sienne. Pas de soucis ! Mes fesses s’en réjouirent, mais je compris assez vite sa motivation : ma voisine, une vieille femme corpulente et relativement odorante m’ écrasait contre la vitre. La nuit fini par tomber, et malgré le superbe coucher de soleil dans le désert, je vivais un enfer. Moi qui suis légèrement claustrophobe sur les bords, il m’était totalement impossible de bouger d’un pouce. La fatigue se faisait ressentir, mais, secoués comme les pommes d’un pommier en pleine tempête, je ne voyais pas comment qui que se soit aurait pu s’endormir ne serait-ce que 2 minutes.

bayanzac clif gobi desertUne fois arrivés, vers 6 heures du matin, Cindy et moi nous endormirent une petite heure sur un banc tandis que Morgan, motivé, discutait déjà avec les chauffeurs aux alentours. Il trouva un brave type et nous arrangeâmes un circuit de 3 jours reliant 3 lieux clés du désert de Gobi. A mon grand regret, nous ne découvrîmes aucun fossiles de dinosaures mais passâmes néanmoins un magnifique séjour à explorer canyons, formations rocheuses et dunes géantes entrecoupés par des centaines des kilomètres de désert caillouteux et 2 fraiches nuits sous une tente. Je pense que les photos parlent d’elles même.

hongoryn els dunes gobi desert 2Pour retourner à UB (you be?.. le petit surnom intime d’Ulaan-Baatar par ses habitants anglophones) nous prîmes le bus au petit matin, et malgré les 15 heures de trajet, ce fut bien mieux supportable que la nuit blanche de l’allée. Il ne me restait plus qu’une semaine avant de devoir récupérer mon passeport avec, je l’espère, un visa pour la chine à l’intérieur, je ne passai donc qu´une journée de repos à UB avant de partir seule pour une aventure équestre… dont je vous parlerais dans un prochain article à venir très bientôt !

[fsg_gallery id=”7″]

Getting out of the beaten path – to the Altay Mountains.

so much snowGetting out of the beaten path really isn’t as simple as that. But yet, with a little good will… In Novosibirsk I took a 6 hours bus ride to reach Byisk, a smaller city. I thought I would go to the village of Tyungur in the Altay region and was hoping to find hiking companions in a hostel at the feet of the mountain that someone told me about. My lovely hostess Elena knew this hostel but she informed me that at this time of year, the high season starting in two weeks, there would probably not be anyone. Damn! However, she showed me another route. I should reach the alpinist camp of Aktru, where she was absolutely sure there would be people. Good. I took another bus to Gorno-Altaïsk at 6:30 in the morning and then another one to the village of Akraw. The trip lasted about 7 hours and I became friend  with a little babushka with mongolian traits and a pretty floral scarf in her hair. Although not speaking a word of English (and no one did in the area) she took me under her wing, helped me to order my meal and let me rest on her shoulder in the bus. As the road began to climb and snowy peaks appeared in the distance, I noticed that fewer and fewer people on the road had a Caucasian look. Then again, Mongolia, China and Kazaksthan were only a hundred kilometers away, sharing the Altay with Russia. I told the driver I wanted to go further, to Kurai, and he eventually dropped me on the road at the entrance of a small village which had to be Akraw, saying “Kurai! Kurai” with hand gestures towards the road continuing to the right. “Oh, uh, okay, Spasiba”. I walked a little in the middle of these kind of small houses with dark wooden planks and sheet roofs that I had often glimpsed beyond the train’s window, some dogs were barking, some chimneys were smoking, all around the white mountains overhung me, everything was quiet, and cars were scarce. street in aktaw altay regionWell … it must have been that, a not so beaten path! Having found what appeared to be a bus stop I sat and waited. An hour later: a mini-bus! “Kurai? – Da, da, da, da! ”
A mere twenty minutes – and just as many pinheads – later the driver opened the door for me and pointed to a snowy peak quizzically. “Yes that’s it!” He then showed me a big gray truck that seemed to come straight out of World War II parked a little further and left right away. I looked around, yawned a little, the air was getting oddly cooler … The truck started honking. What, me? You sure? Honking even more. Ah, ok ok .. I went and found there a smiling driver who began speaking Russian at full speed. I unsheathed my little notebook where Elena had written the name of the alpinist camp and the young woman sitting next to the driver, Nastka, told me: “We go too!” Great. After negotiating the price I climbed in the back, joining Natasha and three 20 years old guys in military uniform: Alexis, Stanislas and Victor.

on the way to the alpinist base altay regionThus began the 5 hours of climbing to the Aktru camp. The road we followed wasn’t really one and we were so shaken -like fortune dice ready to be thrown on the carpet- by the vagaries of the muddy and rocky “track” that it was almost laughable. Or anyway, it made me laugh, clinging to the seat as I could not to bang my head on the ceiling or rush through the cabin. On steep climbs the truck coughed and spat heavily thick smoke that filled the entire interior so that we had to open the small window in the cold to be able to breathe a little. The truck got stuck more than once and it was then a competition of pushing, shovels of earth, collection of tree trunks and rocks in order to make the muddy pond more practicable. It took us once more than an hour before seeing the truck start growling under our applause. I saw some sections of snow appear here and there, and it became more and more present as we approached the camp. Upon arrival, the rocky peaks buried in white all around the chalets of the camp were closer than ever, and a thick cloudy fog were hidding the peaks. We went to have a cup of tea in the kitchen and I saw that Elena was right, the place was far from being empty! Twenty young soldiers were there training mountaineering/survival, mentored by some teachers and guides. There were also two or three cooks and the kind director of the premises.

kitchen in arkrouSmall parenthesis: I do not know where we got this big stereotype about Russian and vodka, but I’ve never seen anyone drink it here and besides, nobody has ever offered me some… On the other side: Russians drink tea. At every meal, every hour, liters and liters every days, continuously. The Russians are really crazy about tea.

I was warming up to yet another cup of tea when Natasha and Nastka offered me to follow them to the banya. I had heard of these Russian saunas and was excited to try them after such a long day on the road. Well, that stuff is intense. The banya is composed of three rooms: One warm, one hot, and one super hot. By super hot I mean 100 degrees Celsius. Yeah, 100 degrees,  that’s right ! There is even a thermometer on the wall to prove it to us. One undresses in the warm room then scale cold water on the floor and benches of this super hot room  in order not to burn one’s feet or buttocks. I really struggled to get in, which made Nastka and Natasha laugh, and they encouraged me to lie down on the bench. I was forced to constantly refresh my face with cold water, as I really felt like my mouth was burning. Nastka then took a birch branch in a water tank and vigorously whipped my whole body. Then we went to the warm room, where one rubes its body with snow. Shock guaranteed! We alternated burning room and snow three times, not forgetting whipping branches on the way, then we went to the “normal warm” room to shampoo and soap. Voila. The whole thing took some time, but is very very nice, once the impression of burning cease!  After, I was completely washed out and fell asleep as soon as I laid on my bed in the little room that I shared with the girls (and a cat).

The camp was at around 2150 meters high and I attempted to climb one of the peaks at 3600 meters. I followed the alpinists military group, escorted by Victor who was the only one to speak a few words of English. However, I had forgotten a small detail: the altitude. Or rather, the shock of it for the Breton I am. Maybe they were just a bit too fast for me, although Victor and one of the guides were telling me to take my time, to take breaks … After an hour or so of climbing,  seeing the rest of the cast far away up and disappearing into the hills, I felt my heart beating fast, was getting dizzy and kind of felt like trowing up. I sat on a rock, gazed one last time to this view of the snowy valley and decided with a hint of disappointment to go back down with the guide and get myself a cup of tea.

The next day I retried a hike to another key place: the Blue Lake, 2840 meters. on our way to the blue lakeIt had snowed a lot during the night and the military had left earlier in the morning, fully loaded. They would spend a few nights in the mountains, the first one at the Blue Lake, so Natasha, Nastka and I only had to walk in their footsteps and follow the fresh tracks they had left in the snow. This climb had a much more tranquil route. At first, the girls made me take breaks regularly and I took this opportunity to take some pictures, then I finally found a good rhythm. The more we climbed, the landscape seemed to fade, to quickly leave only a few touches of gray rocks in an immensity of blinding white. The peaks barely differed from the edge of the sky and we heard nothing else than the whistling of the wind, some remote avalanches and the crunch of our feet jutting out into the snow. I think I had never seen so very much of it, snow, and I didn’t get tired of this particular grinding, sometimes swinging a snowball only to watch its trail down the slope and letting snow melt in my mouth between two deep respiration. I was carefully following in the footsteps of Natasha but still slipped sometimes, sanking my feet deep into the snow, my jeans were soon soaked to the knees and my leather shoes eventually lose their seal. After 4 hours of walking or so I couldn’t feel my toes anymore, but luckily we eventually arrived at the Lake. Strangely, I expected to see an actual lake, maybe would it even be blue, it seemed to me somewhat obvious at the time. I should have realized that up there as well, everything would be absolutely covered with snow, and there was not much else to see. We met with the army lads, occupied to widen some kind of holes to accommodate their tents, and we were invited to join the guides in a small hut where we had snacks and, of course, some hot tea.

clearing sky altay mountainGoing back down was much faster, but fatigue not helping, I fell countless times, buried in snow up to my waist, my trembling legs seeming to have more and more difficulty to carry me and I damaged my ankle by bumping against an invisible sharped stone. I sang the directory of the Beatles from Please Please Me to Let It Be to occupy my mind and dreamed of the banya.
Once arrived and after a good night’s sleep, I was clearly very happy with this day of pretending to be a mountaineer. I ended up leaving my military friends (who would have thought!) And went back to Kurai, riding a horse, horse ride to kurray altay regionenjoying the scenery and being much less shaken … Not getting bogged down this time! I went back to Novosibirsk the same way because there wasn’t really any route through the Altay, then took the Trans-Siberian for the last time with a two days trip to Ulan-Ude, shimmering the famous Baikal Lake from the train’s window. I just received my Mongolian visa,will spend a night or two on the lake before taking the road to Ulaanbaatar and the rest of this journey.

[fsg_gallery id=”4″]so much snowSortir des sentiers battus n’est vraiment pas une tache si simple que cela. Mais, avec un peu de bonne volonté… De Novossibirsk je pris le bus pendant 6 heures pour rejoindre Byisk, une plus petite ville. Je pensais me rendre au village de Tyungur dans la région de l’Altaï et espérais trouver des compagnons de randonnée dans une auberge de jeunesse dont on m’avait parlé au pied de la montagne. Mon adorable hôtesse Elena connaissait cette auberge mais m’informa qu’a cette période de l’année, la haute saison ne commençant que dans une quinzaine de jours, il n’y y aurait probablement personne. Mince ! Elle m’indiqua cependant un autre itinéraire. Il me faudra rejoindre le camp d’alpiniste d’Aktru, où, elle en était sure et certaine, il y aurait des gens. Bon. Je pris un autre bus vers Gorno-Altaï à 6h30 le lendemain matin puis vers le village d’Akraw. Le trajet dura environs 7h et je me liai d’amitié avec une petite babushka aux traits mongols avec un joli foulard fleuris dans les cheveux. Bien que ne parlant pas un mot d’anglais (comme d’ailleurs personne dans les parages) elle me pris sous son aile, m’aida à commander mon repas et me laissa somnoler sur son épaule dans les virages. Alors que la route commençait de grimper et que des pics enneigés apparaissaient dans le lointain, je remarquai que de moins en moins de personnes sur le chemin avaient un air caucasien. Il faut dire que la Mongolie, la Chine et le Kazakhstan n’étaient qu’a une centaine de kilomètres, se partageant l’Altaï avec la Russie. J’ai indiqué au conducteur que je souhaitais me rendre plus loin, à Kurai et il finit par me laisser sur la route à l’entrée d’un petit village qui devait être Akraw en m’indiquant “Kurai! Kurai!” de gestes de la main vers la route continuant vers la droite. “Ah, euh, d’accord, Spasiba !” J’ai marché un petit peu, au milieu de ce genre de petites maisons en planches de bois sombres et toits en tôles que j’avais souvent aperçues au delà de la vitre du train, quelques chiens aboyaient, quelques cheminées fumaient, autour, les montagnes blanches me surplombaient, tout était calme, et les voitures se faisaient rares. street in aktaw altay region Eh bien… voila, ce devait être ça, un sentier pas si battu ! Ayant trouvé ce qui semblait être un arrêt de bus je m’assis et j’attendis. Une heure plus tard: un mini-bus!  “Kurai ? – Da, da, da, da ! “
A peine vingt minutes – et tout autant de têtes d’épingles – passées et le conducteur m’ouvris la portière en pointant un sommet enneigé d’un air interrogateur. “Oui c’est ça !” Il m’indiqua alors un gros camion gris qui paraissait tout droit sorti de la seconde guerre mondiale stationnant un peu plus loin et reparti aussi sec. Je regardai autour de moi, baillai un peu, l’air s’était drôlement rafraîchis… Le camion se mis à klaxonner. Quoi,moi ? Zetes sur ? Klaxonade de plus belle. Ah, ok ok.. je m’approchai et découvris un conducteur souriant qui se mit à me parler Russe à toute allure. Je dégainai mon petit carnet sur lequel Elena avait écrit le nom du camp d’alpiniste et la jeune femme assise à coté du conducteur, Nastka, me dis: “We go  too!” Chouette. Après négociation du  prix je montais à l’arrière, ou se trouvaient déjà Natacha et 3 jeunes types de 20 ans en uniforme militaire: Alexis, Stanislas et Victor.

on the way to the alpinist base altay regionAinsi commencèrent les 5 heures d’ascension vers le camp d’Aktru. La route que nous empruntâmes n’en était pas vraiment une et nous étions tellement secoués, tels des dés de fortune prêts à être balancés sur le tapis, par les aléas de la “piste” boueuse et caillouteuse que c’en était presque risible. Enfin, moi en tout cas, cela me faisait bien rire, m’accrochant comme je pouvais au siège et au plafond afin de ne pas me cogner la tête ou de traverser précipitamment l’habitacle. Sur les montées abruptes le camion toussait grassement et crachait une fumée épaisse qui envahissait tout l’intérieur si bien que nous étions obligés d’ouvrir les petites fenêtre malgré le froid afin de pouvoir respirer un peu. Le camion s’enlisa plus d’une fois et c’était alors concours de poussées, pelletées de terre, installations de troncs d’arbres et de roches afin de rendre la mare boueuse plus praticable. Il nous fallut une fois plus d’une heure avant de voir le camion repartir en grognant sous nos applaudissements. Je voyais quelques pans de neige apparaître deçà-delà, et elle se faisait de plus en plus présente à mesure que nous approchions du camp. A l’arrivée, les pics de roche ensevelis de blancs tout autour des chalets du camp étaient plus proches que jamais, et un épais brouillard nuageux en dissimulait les sommets. Nous allâmes prendre un thé dans la cuisine et je vis qu’Elena avait raison, l’endroit était loin d’être désert ! Une vingtaine de jeunes militaires y étaient en formation d’alpinisme/survie encadrés par quelques profs et guides. Il y avait aussi deux-trois cuisinières et l’aimable directeur des lieux.

kitchen in arkrouPetit aparté: Je ne sais pas d’où nous viens ce grand stéréotype concernant les russes et la vodka, mais jamais je n’ai vu personne en boire ici, et on ne m’en a d’ailleurs jamais proposé non plus… Par contre: les russes boivent du thé. A chaque repas, a chaque heure, des litres et des litres, chaque jour continuellement. Les russes sont de grands malades du thé.

J’étais donc bien au chaud devant une énième tasse de thé lorsque Natacha et Nastka me proposèrent de les  suivre à la banya. J’avais entendu parler de ces saunas russes et était ravie d’essayer après cette longue journée de route. Eh bien, c’est intense comme truc. La banya est composée de 3 pièces: Une tiède, une chaude, et une super chaude. Par super chaude j’entends 100 degrés Celsius. Oui oui, 100 degrés, tout  à  fait! Il y a même un thermomètre accroché au mur pour nous le prouver. On se déshabille dans la pièce tiède puis on balance de l’eau froide sur le parquet  et les bancs de cette pièce super chaude afin de ne pas s’y brûler ni les pieds ni les fesses. J’ai vraiment eu du mal à y entrer, ce qui a fait rire Nastka et Natacha, puis elles m’ont incitées à m’allonger. J’étais forcée de me rafraîchir le visage constamment avec de l’eau froide, tant j’avais l’impression que ma bouche était en train de cramer. Puis Nastka pris une branche de bouleau dans un  bac d’eau et me fouetta énergiquement tout le corps. Ensuite, pièce tiède, ou l’on se frictionne le corps avec de la neige. Choc assuré! On alterne pièce brûlante et neige trois fois de suite, sans oublier fouetage de branches au passage, puis l’on se dirige vers la pièce moins chaude afin de se shampouiner et savonner. Voila. L’affaire prends pas mal de temps, mais qu’est ce que c’est agréable, une fois l’impression de brûlure passée !  Après, j’étais complètement lessivée et me suis endormie à peine posée sur mon lit dans la petite chambre que je partageais avec les filles (et un chat).

mountain view altayLe camp se situait à 2150 mètres environs et j’ai tenté une ascension vers  l’un des pics, à 3600 mètres. J’ai suivi le groupe d’alpinistes militaires, escortée par Victor qui était le seul à parler quelques mots d’anglais. Cependant, j’avais oublié un tout petit détail: l’altitude. Ou plutôt, le choc de cette dernière pour la bretonne que je suis. Peut être allaient ils tout simplement trop vite pour moi,  bien que Victor et l’un des guides me dise de prendre mon temps, de faire des pauses…  Après une heure ou deux de grimpe, alors que je voyais le reste de la troupe s’éloigner puis disparaître dans les hauteurs, je sentais mon cœur battre à 100 à l’heure, commençais à avoir la tête qui tournait et comme une envie de vomir. Je m’assis sur un rocher, contemplai une dernière fois le spectacle de cette vue sur la vallée puis décidai avec une pointe de déception de redescendre avec le guide pour me requinquer d’une tasse de thé.

Le lendemain, je retentais une randonnée vers un autre lieu clef : Le Lac Bleu, à 2840 mètres.on our way to the blue lake Il avait beaucoup neigé durant la nuit et les militaires étaient partis plus tôt le matin, chargés à bloc. Ils allaient passer quelques nuits dans la montagne et passeraient la première au Lac Bleu, Natacha, Nastka et moi n’eurent donc qu’a marcher dans leurs pas et suivre la piste fraîche qu’ils avaient laisser dans la neige. L’ascension se fit bien plus tranquillement sur ce trajet. Au début, les filles me faisaient prendre des pauses régulièrement et j’en profitais pour prendre quelques photos, puis je fini par trouver mon rythme. Plus l’on grimpait, plus le paysage paraissait s’effacer, pour ne rapidement laisser que les quelques touches de gris des roches dans une immensité d’un blanc aveuglant.  Les sommets se distinguaient à peine de la lisière du ciel et l’on n’entendait rien d’autre que les sifflements du vent, quelques avalanches éloignées et le crissement de nos pas s’avançant dans la neige.  Je crois que je n’en avait jamais vu autant, de neige, et je ne me lassais pas de ce grincement particulier, balançant parfois une boule pour la regarder laisser une traînée en dévalant la pente et la laissant fondre dans ma bouche entre deux profondes respiration. Je faisais attention à bien marcher dans les pas de Natacha mais glissais tout de même parfois et mon pied s’enfonçait alors profondément dans la neige, mon jean fut bientôt trempé jusqu’aux genoux et mes chaussures en cuir finirent par perdre leur étanchéité. Après environ 4 heures de marche je ne sentais plus mes orteils, mais heureusement nous avons fini par arriver au Lac. Étrangement, je m’attendais à en voir un, de lac, peut être même qu’il serait bleu, cela me paraissait assez évident sur le coup. J’aurais du me rendre compte que là haut aussi, tout serai absolument recouvert de neige, et qu’il n’y y aurait pas grand chose d’autre à voir. Enfin, nous retrouvâmes les alpinistes, occupés a se creuser de genres de trous pour abriter leurs tentes, et nous furent invitées à rejoindre les guides dans une petite cabane ou nous mangeâmes un peu et prîmes, évidement, une tasse de thé bien chaude.

clearing sky altay mountainLa redescente fut bien sur plus rapide, mais la fatigue n’aidant pas je tombai un nombre incalculable de fois, m’ensevelissant jusqu’à la taille dans la neige, mes jambes tremblantes semblant avoir de plus en plus de difficulté à me porter, et je m’abîmai la cheville en me cognant contre une pierre pointue invisible. Je chantai le répertoire des Beatles de Please Please Me à Let It Be pour m’occuper l’esprit et rêvai à la banya. Une fois arrivées et après une bonne nuit de sommeil réparateur, je fus évidement très contente de cette journée à me la jouer alpiniste. J’ai fini par quitter mes amis militaires (qui l’aurai cru!) et suis retournée vers Kurai à cheval horse ride to kurray altay regionoù j’ai apprécié le paysage défilant tranquillement ainsi que le fait d’être beaucoup moins secouée… Et pas d’enlisement cette fois ci ! Je refis le chemin inverse vers Novossibirsk car il n’y avait pas vraiment de route au travers de l’Altaï, et pris le transsibérien pour la dernière fois pour deux jours de trajet vers Oulan-Oude, miroitant le fameux lac Baïkal depuis la fenêtre du train. Je viens de recevoir mon visa Mongole, je vais passer une nuit ou deux sur les bords du lac avant de prendre la route vers Oulan-Bator et la suite de ce périple.

[fsg_gallery id=”4″]

Facing the Russian cities.

P1100590And so…Moscow. Moscow and its disproportionate roads, its buildings as huge blocks of concrete, crushed here and there through the city. Moscow and its rushed, grumpy inhabitants who flock day after day in the wagons of the grating, deafening and dull subway. I should have known that Moscow would not be a place for me. Too large, too gray, too polluted. Fortunately, my encounters with nice couchsurfers still made me have a good time. Especially when, getting lost by the Russian menu in this great vegetarian restaurant, Vadim, a young student of languages, came to my rescue! He was kind enough to release his afternoon to show me around the city center and the Red Square of course, even if, for the only week of the year, it was closed ! due to military preparations for the celebration of the 8th of May, which is actually on the 9th here because of the time difference. However, I could see the famous St. Basil’s Cathedral and found it very beautiful and quite impressive. Vadim then showed me his favorite park and we enjoyed an Eskimo while discussing travels and literature.Nevertheless, I soon realized that I would have to flee the city as soon as possible for the sake of my mental stability ….


P1100640I got on a train and started
the first kilometers of the Trans-Siberian. You can read the article about it here!


Someone had recommended Kazan as an interesting city
because it was the capital of the only predominantly Muslim region of Russia. I had found a nice couchsurfer and was delighted to leave Moscow. Again, I did not expect the city to be so big. It seems that this is just how Russian cities are. Big. In the sense that, unlike our city centers in Western Europe, where we can nicely hang around in a succession of narrow streets with often atypical architecture, Russian city-centers don’t actually seem like city-centers. Everything is so spaced out that you have to walk 5 minutes between each large rectangular blocks of concrete. To cross the wide streets, few crosswalks, you must go through a kind of underground tunnel where you can find various small shops. Also, everything seems to be in perpetual renovation, reconstruction, so dusty and noisy. P1100654Sidewalks are often rutted and care must be taken not to set foot in a puddle or stumble against a huge crack in concrete. . These cities gave me a general feeling of choking, as if I was suddenly doomed to be forever surrounded by these giants with hard angles, miles around me, walking walking walking through the maze of the ridiculously huge and to me almost identical streets.


You get the idea, I think. I had to
go away. No big cities no more! Done, basta! I still took the train for a stop in Yekaterinburg as my couchsurfer Victoria was expecting me. She had just returned home after living one year in Thailand and Brazil. She taught me that if the Russians are so cold at first sight, it was because they do not take the act of smiling lightly. In particular the “false smiles” are frowned upon. It is for this reason that the cashiers, waiters, in fact all persons providing services to you, do not smile, because it would be seen as a false smile given to get money out of you… They are working, not necessarily thrilled with this long day, so they do not smile, it’s as simple as that. In addition, the difficult historical past and the harsh climate of Russia taught its inhabitants to always be, in some way, on their guard. “We do not know what will happen, we must be prepared for any eventuality!” Whence their mistrust of strangers. This explains that! But once past the first barrier and it can be done quickly, I found the Russians to be really friendly and caring people. They are simply culturally aware that life is not a cakewalk. Victoria has also told me that her teachers had the habit of saying that European literature take often subject of beauty, pleasure, and poetry P1100657while Russian literature was mainly about suffering. Yep. (I wonder if they have heard of Les Misérables though ;))


Now here I am
in Novosibirsk,
capital of Siberia. Kazakhstan and Mongolia are quite nearby. I am cloistered within the walls of the apartment of my hosts to prepare my next Russian expedition. I would take a bus tomorrow morning towards the mountains of Altay and expect to spend a few days hiking before heading to the Lake Baikal.

P1100590Et donc: Moscou. Moscou et ses routes démesurées, ses bâtiments comme des pavés de béton immenses écrasés ça et là au travers de la ville, partout. Moscou et ses habitants pressés, grognons, qui se ruent jour après jour dans un wagon du métro grinçant, assourdissant et terne. J’aurais du me douter que Moscou ne serait pas un endroit pour moi. Trop grand, trop gris, trop pollué. Heureusement, mes rencontres avec d’agréables couchsurfeurs m’ont quand même fait passer de bons moment. Notamment lorsque, perdue face au menu écrit en russe de ce super restaurant végétarien, Vadim, un jeune étudiant en Langues, est venu à ma rescousse ! Il eu la gentillesse de libérer son après-midi pour me montrer un peu le centre ville et la place rouge bien sur, même si, pour la seule semaine de l’année, elle était fermée en raison des préparatifs militaires de la célébration du 8 mai, qui est en fait le 9 mai ici à cause du décalage horaire. J’ai néanmoins pu voir la célèbre cathédrale Saint-Basile et l’ai trouvée très belle et plutôt impressionnante. Puis Vadim m’a monté son parc préféré et nous avons dégusté un esquimau tout en discutant voyages et littérature. Cependant, j’ai vite pris conscience qu’il me faudrait fuir la métropole au plus vite pour le bien de ma stabilité mentale….

P1100640Je suis montée dans un train et ai ainsi entrepris mes premiers kilomètres sur le transsibérien. Vous pouvez lire l’article à ce sujet ici !

Quelqu’un m’avait recommandé Kazan comme étant une ville intéressante car la capitale de la seule région majoritairement musulmane de Russie. J’y avais trouvé un chouette couchsurfer et étais ravie de quitter Moscou. Encore une fois, je ne m’attendais pas à ce que la ville soit si grande. Il faut croire que c’est comme ça, une ville russe. C’est grand. Dans le sens ou, contrairement à nos centres ville en Europe de l’ouest ou l’ont peu flâner agréablement dans une succession de petites ruelles à l’architecture souvent atypique, les centrevilles russes ne donnent presque pas l’air d’en être. Tout est si espacé qu’il faut marcher 5 minutes entre chaque grands blocs de parpaing rectangulaires. Pour traverser les larges rues, rares sont les passages piétons, il faut passer par un genre de tunnel sous-terrain ou se sont installés divers petits magasins. De plus, tout semble être en perpétuelle rénovation, reconstruction, que sais-je, donc poussiéreux et bruyant. Les trottoirs sont souvent défoncés et il faut prendre garde à ne pas mettre le pied dans une flaque ou trébucher contre une énorme fissure de béton. P1100654Ces villes me donnent l’impression générale d’un étouffement, comme si j’y étais condamnée à être éternellement encerclée par ces géants aux angles durs, des kilomètres à la ronde, marchant marchant marchant dans le labyrinthe de ces rues ridiculement gigantesque et presque identiques à mes yeux.

Vous avez saisi l’idée, je pense. Il fallait que je me tire de là. Plus de grande ville ! Fini, basta ! J’ai tout de même repris le train pour une étape à Yekaterinburg car ma couchsurfeuse Victoria m’y attendais. Elle venait de rentrer au bercail après avoir vécu 1 ans en Thaïlande et au Brésil. Elle m’appris que si les Russes sont à première vue si froid, c’était parce qu’il ne prennent pas le fait de sourire à la légère. En particulier, les « faux-sourires » sont très mal vus. C’est pour cette raison que les caissières, serveurs, en fait toutes les personnes vous offrant un service, ne sourient pas, car cela serait perçu comme un faux-sourire donné en vue de recevoir de l’argent… Ils sont en train de travailler, ne sont pas forcément ravis de cette longue journée, alors ils ne sourient pas, c’est aussi simple que cela. De plus, le passé historique difficile et le rude climat de la Russie ont appris à ses habitant à toujours être, en quelque sorte, sur leur garde. « On ne sait pas ce qui va se passer, il faut être prêt à toute éventualité ! » D’où leur méfiance face aux inconnus. Tout s’explique ! Mais une fois cette première barrière passée et cela peut se faire rapidement, les Russes sont tout à fait amicaux et bienveillants. Ils sont simplement culturellement avertis que la vie n’est pas une partie de plaisir. Victoria m’a d’ailleurs confié que ses professeur avaient l’habitude de dire que la littérature européenne avait souvent pour sujets beauté, plaisirs, et poésie alors que la littérature Russe n’était que souffrance. Yep. (Je me demande s’ils ont entendu parler des Misérables cela dit !;) )P1100657

Me voici maintenant à Novossibirsk, capitale de la Sibérie.  Le Kazakhstan et la Mongolie sont tout proches. Je suis cloitrée entre les murs de l’appartement de mes hôtes pour préparer la suite de cette expédition russe. Je prendrais le bus demain matin vers les montagnes de l’Altai et compte bien y passer quelques jours de randonné avant de me diriger vers la région du lac Baïkal.