Tag Archives: russia out of beaten path

Getting out of the beaten path – to the Altay Mountains.

so much snowGetting out of the beaten path really isn’t as simple as that. But yet, with a little good will… In Novosibirsk I took a 6 hours bus ride to reach Byisk, a smaller city. I thought I would go to the village of Tyungur in the Altay region and was hoping to find hiking companions in a hostel at the feet of the mountain that someone told me about. My lovely hostess Elena knew this hostel but she informed me that at this time of year, the high season starting in two weeks, there would probably not be anyone. Damn! However, she showed me another route. I should reach the alpinist camp of Aktru, where she was absolutely sure there would be people. Good. I took another bus to Gorno-Altaïsk at 6:30 in the morning and then another one to the village of Akraw. The trip lasted about 7 hours and I became friend  with a little babushka with mongolian traits and a pretty floral scarf in her hair. Although not speaking a word of English (and no one did in the area) she took me under her wing, helped me to order my meal and let me rest on her shoulder in the bus. As the road began to climb and snowy peaks appeared in the distance, I noticed that fewer and fewer people on the road had a Caucasian look. Then again, Mongolia, China and Kazaksthan were only a hundred kilometers away, sharing the Altay with Russia. I told the driver I wanted to go further, to Kurai, and he eventually dropped me on the road at the entrance of a small village which had to be Akraw, saying “Kurai! Kurai” with hand gestures towards the road continuing to the right. “Oh, uh, okay, Spasiba”. I walked a little in the middle of these kind of small houses with dark wooden planks and sheet roofs that I had often glimpsed beyond the train’s window, some dogs were barking, some chimneys were smoking, all around the white mountains overhung me, everything was quiet, and cars were scarce. street in aktaw altay regionWell … it must have been that, a not so beaten path! Having found what appeared to be a bus stop I sat and waited. An hour later: a mini-bus! “Kurai? – Da, da, da, da! ”
A mere twenty minutes – and just as many pinheads – later the driver opened the door for me and pointed to a snowy peak quizzically. “Yes that’s it!” He then showed me a big gray truck that seemed to come straight out of World War II parked a little further and left right away. I looked around, yawned a little, the air was getting oddly cooler … The truck started honking. What, me? You sure? Honking even more. Ah, ok ok .. I went and found there a smiling driver who began speaking Russian at full speed. I unsheathed my little notebook where Elena had written the name of the alpinist camp and the young woman sitting next to the driver, Nastka, told me: “We go too!” Great. After negotiating the price I climbed in the back, joining Natasha and three 20 years old guys in military uniform: Alexis, Stanislas and Victor.

on the way to the alpinist base altay regionThus began the 5 hours of climbing to the Aktru camp. The road we followed wasn’t really one and we were so shaken -like fortune dice ready to be thrown on the carpet- by the vagaries of the muddy and rocky “track” that it was almost laughable. Or anyway, it made me laugh, clinging to the seat as I could not to bang my head on the ceiling or rush through the cabin. On steep climbs the truck coughed and spat heavily thick smoke that filled the entire interior so that we had to open the small window in the cold to be able to breathe a little. The truck got stuck more than once and it was then a competition of pushing, shovels of earth, collection of tree trunks and rocks in order to make the muddy pond more practicable. It took us once more than an hour before seeing the truck start growling under our applause. I saw some sections of snow appear here and there, and it became more and more present as we approached the camp. Upon arrival, the rocky peaks buried in white all around the chalets of the camp were closer than ever, and a thick cloudy fog were hidding the peaks. We went to have a cup of tea in the kitchen and I saw that Elena was right, the place was far from being empty! Twenty young soldiers were there training mountaineering/survival, mentored by some teachers and guides. There were also two or three cooks and the kind director of the premises.

kitchen in arkrouSmall parenthesis: I do not know where we got this big stereotype about Russian and vodka, but I’ve never seen anyone drink it here and besides, nobody has ever offered me some… On the other side: Russians drink tea. At every meal, every hour, liters and liters every days, continuously. The Russians are really crazy about tea.

I was warming up to yet another cup of tea when Natasha and Nastka offered me to follow them to the banya. I had heard of these Russian saunas and was excited to try them after such a long day on the road. Well, that stuff is intense. The banya is composed of three rooms: One warm, one hot, and one super hot. By super hot I mean 100 degrees Celsius. Yeah, 100 degrees,  that’s right ! There is even a thermometer on the wall to prove it to us. One undresses in the warm room then scale cold water on the floor and benches of this super hot room  in order not to burn one’s feet or buttocks. I really struggled to get in, which made Nastka and Natasha laugh, and they encouraged me to lie down on the bench. I was forced to constantly refresh my face with cold water, as I really felt like my mouth was burning. Nastka then took a birch branch in a water tank and vigorously whipped my whole body. Then we went to the warm room, where one rubes its body with snow. Shock guaranteed! We alternated burning room and snow three times, not forgetting whipping branches on the way, then we went to the “normal warm” room to shampoo and soap. Voila. The whole thing took some time, but is very very nice, once the impression of burning cease!  After, I was completely washed out and fell asleep as soon as I laid on my bed in the little room that I shared with the girls (and a cat).

The camp was at around 2150 meters high and I attempted to climb one of the peaks at 3600 meters. I followed the alpinists military group, escorted by Victor who was the only one to speak a few words of English. However, I had forgotten a small detail: the altitude. Or rather, the shock of it for the Breton I am. Maybe they were just a bit too fast for me, although Victor and one of the guides were telling me to take my time, to take breaks … After an hour or so of climbing,  seeing the rest of the cast far away up and disappearing into the hills, I felt my heart beating fast, was getting dizzy and kind of felt like trowing up. I sat on a rock, gazed one last time to this view of the snowy valley and decided with a hint of disappointment to go back down with the guide and get myself a cup of tea.

The next day I retried a hike to another key place: the Blue Lake, 2840 meters. on our way to the blue lakeIt had snowed a lot during the night and the military had left earlier in the morning, fully loaded. They would spend a few nights in the mountains, the first one at the Blue Lake, so Natasha, Nastka and I only had to walk in their footsteps and follow the fresh tracks they had left in the snow. This climb had a much more tranquil route. At first, the girls made me take breaks regularly and I took this opportunity to take some pictures, then I finally found a good rhythm. The more we climbed, the landscape seemed to fade, to quickly leave only a few touches of gray rocks in an immensity of blinding white. The peaks barely differed from the edge of the sky and we heard nothing else than the whistling of the wind, some remote avalanches and the crunch of our feet jutting out into the snow. I think I had never seen so very much of it, snow, and I didn’t get tired of this particular grinding, sometimes swinging a snowball only to watch its trail down the slope and letting snow melt in my mouth between two deep respiration. I was carefully following in the footsteps of Natasha but still slipped sometimes, sanking my feet deep into the snow, my jeans were soon soaked to the knees and my leather shoes eventually lose their seal. After 4 hours of walking or so I couldn’t feel my toes anymore, but luckily we eventually arrived at the Lake. Strangely, I expected to see an actual lake, maybe would it even be blue, it seemed to me somewhat obvious at the time. I should have realized that up there as well, everything would be absolutely covered with snow, and there was not much else to see. We met with the army lads, occupied to widen some kind of holes to accommodate their tents, and we were invited to join the guides in a small hut where we had snacks and, of course, some hot tea.

clearing sky altay mountainGoing back down was much faster, but fatigue not helping, I fell countless times, buried in snow up to my waist, my trembling legs seeming to have more and more difficulty to carry me and I damaged my ankle by bumping against an invisible sharped stone. I sang the directory of the Beatles from Please Please Me to Let It Be to occupy my mind and dreamed of the banya.
Once arrived and after a good night’s sleep, I was clearly very happy with this day of pretending to be a mountaineer. I ended up leaving my military friends (who would have thought!) And went back to Kurai, riding a horse, horse ride to kurray altay regionenjoying the scenery and being much less shaken … Not getting bogged down this time! I went back to Novosibirsk the same way because there wasn’t really any route through the Altay, then took the Trans-Siberian for the last time with a two days trip to Ulan-Ude, shimmering the famous Baikal Lake from the train’s window. I just received my Mongolian visa,will spend a night or two on the lake before taking the road to Ulaanbaatar and the rest of this journey.

[fsg_gallery id=”4″]so much snowSortir des sentiers battus n’est vraiment pas une tache si simple que cela. Mais, avec un peu de bonne volonté… De Novossibirsk je pris le bus pendant 6 heures pour rejoindre Byisk, une plus petite ville. Je pensais me rendre au village de Tyungur dans la région de l’Altaï et espérais trouver des compagnons de randonnée dans une auberge de jeunesse dont on m’avait parlé au pied de la montagne. Mon adorable hôtesse Elena connaissait cette auberge mais m’informa qu’a cette période de l’année, la haute saison ne commençant que dans une quinzaine de jours, il n’y y aurait probablement personne. Mince ! Elle m’indiqua cependant un autre itinéraire. Il me faudra rejoindre le camp d’alpiniste d’Aktru, où, elle en était sure et certaine, il y aurait des gens. Bon. Je pris un autre bus vers Gorno-Altaï à 6h30 le lendemain matin puis vers le village d’Akraw. Le trajet dura environs 7h et je me liai d’amitié avec une petite babushka aux traits mongols avec un joli foulard fleuris dans les cheveux. Bien que ne parlant pas un mot d’anglais (comme d’ailleurs personne dans les parages) elle me pris sous son aile, m’aida à commander mon repas et me laissa somnoler sur son épaule dans les virages. Alors que la route commençait de grimper et que des pics enneigés apparaissaient dans le lointain, je remarquai que de moins en moins de personnes sur le chemin avaient un air caucasien. Il faut dire que la Mongolie, la Chine et le Kazakhstan n’étaient qu’a une centaine de kilomètres, se partageant l’Altaï avec la Russie. J’ai indiqué au conducteur que je souhaitais me rendre plus loin, à Kurai et il finit par me laisser sur la route à l’entrée d’un petit village qui devait être Akraw en m’indiquant “Kurai! Kurai!” de gestes de la main vers la route continuant vers la droite. “Ah, euh, d’accord, Spasiba !” J’ai marché un petit peu, au milieu de ce genre de petites maisons en planches de bois sombres et toits en tôles que j’avais souvent aperçues au delà de la vitre du train, quelques chiens aboyaient, quelques cheminées fumaient, autour, les montagnes blanches me surplombaient, tout était calme, et les voitures se faisaient rares. street in aktaw altay region Eh bien… voila, ce devait être ça, un sentier pas si battu ! Ayant trouvé ce qui semblait être un arrêt de bus je m’assis et j’attendis. Une heure plus tard: un mini-bus!  “Kurai ? – Da, da, da, da ! “
A peine vingt minutes – et tout autant de têtes d’épingles – passées et le conducteur m’ouvris la portière en pointant un sommet enneigé d’un air interrogateur. “Oui c’est ça !” Il m’indiqua alors un gros camion gris qui paraissait tout droit sorti de la seconde guerre mondiale stationnant un peu plus loin et reparti aussi sec. Je regardai autour de moi, baillai un peu, l’air s’était drôlement rafraîchis… Le camion se mis à klaxonner. Quoi,moi ? Zetes sur ? Klaxonade de plus belle. Ah, ok ok.. je m’approchai et découvris un conducteur souriant qui se mit à me parler Russe à toute allure. Je dégainai mon petit carnet sur lequel Elena avait écrit le nom du camp d’alpiniste et la jeune femme assise à coté du conducteur, Nastka, me dis: “We go  too!” Chouette. Après négociation du  prix je montais à l’arrière, ou se trouvaient déjà Natacha et 3 jeunes types de 20 ans en uniforme militaire: Alexis, Stanislas et Victor.

on the way to the alpinist base altay regionAinsi commencèrent les 5 heures d’ascension vers le camp d’Aktru. La route que nous empruntâmes n’en était pas vraiment une et nous étions tellement secoués, tels des dés de fortune prêts à être balancés sur le tapis, par les aléas de la “piste” boueuse et caillouteuse que c’en était presque risible. Enfin, moi en tout cas, cela me faisait bien rire, m’accrochant comme je pouvais au siège et au plafond afin de ne pas me cogner la tête ou de traverser précipitamment l’habitacle. Sur les montées abruptes le camion toussait grassement et crachait une fumée épaisse qui envahissait tout l’intérieur si bien que nous étions obligés d’ouvrir les petites fenêtre malgré le froid afin de pouvoir respirer un peu. Le camion s’enlisa plus d’une fois et c’était alors concours de poussées, pelletées de terre, installations de troncs d’arbres et de roches afin de rendre la mare boueuse plus praticable. Il nous fallut une fois plus d’une heure avant de voir le camion repartir en grognant sous nos applaudissements. Je voyais quelques pans de neige apparaître deçà-delà, et elle se faisait de plus en plus présente à mesure que nous approchions du camp. A l’arrivée, les pics de roche ensevelis de blancs tout autour des chalets du camp étaient plus proches que jamais, et un épais brouillard nuageux en dissimulait les sommets. Nous allâmes prendre un thé dans la cuisine et je vis qu’Elena avait raison, l’endroit était loin d’être désert ! Une vingtaine de jeunes militaires y étaient en formation d’alpinisme/survie encadrés par quelques profs et guides. Il y avait aussi deux-trois cuisinières et l’aimable directeur des lieux.

kitchen in arkrouPetit aparté: Je ne sais pas d’où nous viens ce grand stéréotype concernant les russes et la vodka, mais jamais je n’ai vu personne en boire ici, et on ne m’en a d’ailleurs jamais proposé non plus… Par contre: les russes boivent du thé. A chaque repas, a chaque heure, des litres et des litres, chaque jour continuellement. Les russes sont de grands malades du thé.

J’étais donc bien au chaud devant une énième tasse de thé lorsque Natacha et Nastka me proposèrent de les  suivre à la banya. J’avais entendu parler de ces saunas russes et était ravie d’essayer après cette longue journée de route. Eh bien, c’est intense comme truc. La banya est composée de 3 pièces: Une tiède, une chaude, et une super chaude. Par super chaude j’entends 100 degrés Celsius. Oui oui, 100 degrés, tout  à  fait! Il y a même un thermomètre accroché au mur pour nous le prouver. On se déshabille dans la pièce tiède puis on balance de l’eau froide sur le parquet  et les bancs de cette pièce super chaude afin de ne pas s’y brûler ni les pieds ni les fesses. J’ai vraiment eu du mal à y entrer, ce qui a fait rire Nastka et Natacha, puis elles m’ont incitées à m’allonger. J’étais forcée de me rafraîchir le visage constamment avec de l’eau froide, tant j’avais l’impression que ma bouche était en train de cramer. Puis Nastka pris une branche de bouleau dans un  bac d’eau et me fouetta énergiquement tout le corps. Ensuite, pièce tiède, ou l’on se frictionne le corps avec de la neige. Choc assuré! On alterne pièce brûlante et neige trois fois de suite, sans oublier fouetage de branches au passage, puis l’on se dirige vers la pièce moins chaude afin de se shampouiner et savonner. Voila. L’affaire prends pas mal de temps, mais qu’est ce que c’est agréable, une fois l’impression de brûlure passée !  Après, j’étais complètement lessivée et me suis endormie à peine posée sur mon lit dans la petite chambre que je partageais avec les filles (et un chat).

mountain view altayLe camp se situait à 2150 mètres environs et j’ai tenté une ascension vers  l’un des pics, à 3600 mètres. J’ai suivi le groupe d’alpinistes militaires, escortée par Victor qui était le seul à parler quelques mots d’anglais. Cependant, j’avais oublié un tout petit détail: l’altitude. Ou plutôt, le choc de cette dernière pour la bretonne que je suis. Peut être allaient ils tout simplement trop vite pour moi,  bien que Victor et l’un des guides me dise de prendre mon temps, de faire des pauses…  Après une heure ou deux de grimpe, alors que je voyais le reste de la troupe s’éloigner puis disparaître dans les hauteurs, je sentais mon cœur battre à 100 à l’heure, commençais à avoir la tête qui tournait et comme une envie de vomir. Je m’assis sur un rocher, contemplai une dernière fois le spectacle de cette vue sur la vallée puis décidai avec une pointe de déception de redescendre avec le guide pour me requinquer d’une tasse de thé.

Le lendemain, je retentais une randonnée vers un autre lieu clef : Le Lac Bleu, à 2840 mètres.on our way to the blue lake Il avait beaucoup neigé durant la nuit et les militaires étaient partis plus tôt le matin, chargés à bloc. Ils allaient passer quelques nuits dans la montagne et passeraient la première au Lac Bleu, Natacha, Nastka et moi n’eurent donc qu’a marcher dans leurs pas et suivre la piste fraîche qu’ils avaient laisser dans la neige. L’ascension se fit bien plus tranquillement sur ce trajet. Au début, les filles me faisaient prendre des pauses régulièrement et j’en profitais pour prendre quelques photos, puis je fini par trouver mon rythme. Plus l’on grimpait, plus le paysage paraissait s’effacer, pour ne rapidement laisser que les quelques touches de gris des roches dans une immensité d’un blanc aveuglant.  Les sommets se distinguaient à peine de la lisière du ciel et l’on n’entendait rien d’autre que les sifflements du vent, quelques avalanches éloignées et le crissement de nos pas s’avançant dans la neige.  Je crois que je n’en avait jamais vu autant, de neige, et je ne me lassais pas de ce grincement particulier, balançant parfois une boule pour la regarder laisser une traînée en dévalant la pente et la laissant fondre dans ma bouche entre deux profondes respiration. Je faisais attention à bien marcher dans les pas de Natacha mais glissais tout de même parfois et mon pied s’enfonçait alors profondément dans la neige, mon jean fut bientôt trempé jusqu’aux genoux et mes chaussures en cuir finirent par perdre leur étanchéité. Après environ 4 heures de marche je ne sentais plus mes orteils, mais heureusement nous avons fini par arriver au Lac. Étrangement, je m’attendais à en voir un, de lac, peut être même qu’il serait bleu, cela me paraissait assez évident sur le coup. J’aurais du me rendre compte que là haut aussi, tout serai absolument recouvert de neige, et qu’il n’y y aurait pas grand chose d’autre à voir. Enfin, nous retrouvâmes les alpinistes, occupés a se creuser de genres de trous pour abriter leurs tentes, et nous furent invitées à rejoindre les guides dans une petite cabane ou nous mangeâmes un peu et prîmes, évidement, une tasse de thé bien chaude.

clearing sky altay mountainLa redescente fut bien sur plus rapide, mais la fatigue n’aidant pas je tombai un nombre incalculable de fois, m’ensevelissant jusqu’à la taille dans la neige, mes jambes tremblantes semblant avoir de plus en plus de difficulté à me porter, et je m’abîmai la cheville en me cognant contre une pierre pointue invisible. Je chantai le répertoire des Beatles de Please Please Me à Let It Be pour m’occuper l’esprit et rêvai à la banya. Une fois arrivées et après une bonne nuit de sommeil réparateur, je fus évidement très contente de cette journée à me la jouer alpiniste. J’ai fini par quitter mes amis militaires (qui l’aurai cru!) et suis retournée vers Kurai à cheval horse ride to kurray altay regionoù j’ai apprécié le paysage défilant tranquillement ainsi que le fait d’être beaucoup moins secouée… Et pas d’enlisement cette fois ci ! Je refis le chemin inverse vers Novossibirsk car il n’y avait pas vraiment de route au travers de l’Altaï, et pris le transsibérien pour la dernière fois pour deux jours de trajet vers Oulan-Oude, miroitant le fameux lac Baïkal depuis la fenêtre du train. Je viens de recevoir mon visa Mongole, je vais passer une nuit ou deux sur les bords du lac avant de prendre la route vers Oulan-Bator et la suite de ce périple.

[fsg_gallery id=”4″]