Les 8 règles de l’auto-stoppeur heureux.

Le stop, c’est formidable. Non, vraiment, je vous jure ! C’est le moyen de transport idéal pour le baroudeur. Non seulement c’est gratuit, mais en plus cela vous permet de rencontrer une incroyable diversité de personne et peut vous conduire pratiquement n’importe où, même là où les bus et les trains ne vont pas forcément.  Et qui sait, votre conducteur vous proposera peut-être de vous héberger pour la nuit ou de vous offrir un repas ! En échange, tout ce que vous aurez à faire c’est de lui raconter votre vie, vos aventures, tout simplement de lui tenir compagnie pour quelques kilomètres. Pour que cette expérience se déroule au mieux, voici quelques conseils :

1. Le lieu idéal tu trouveras.

En effet, un conducteur aura beau avoir la meilleure volonté du monde, s´il ne peut pas s’arrêter pour vous prendre, il ne risque pas de le faire ! Trouvez un bas-coté dégagé, par exemple à la sortie d´une ville, d’un rond-point, ou à un feu, lorsque les voitures ne roulent pas encore trop vite. Sinon, une bande d’arrêt d’urgence ou un carrefour. Ne vous positionnez pas dans un virage ou derrière un panneau afin que l’on vous voit ! Si vous trouvez un bon endroit, inutile de tendre le pouce trop près du bord la route, vous serez vus de loin. Ne vous mettez pas en danger inutilement ! Pour vous aider à trouver un bon endroit pour sortir des grandes villes, le site hitchwiki.org est une merveille.

2. Patiemment tu souriras.

Cela semble tout bête, mais si vous attendez depuis 3 heures au même endroit et qu’il pleut comme vache qui pisse… vous n’aurez peut être plus le réflexe de sourire. Et pourtant : Souriez, souriez, souriez, voilà le mot clé ! Vous augmenterez considérablement vos chances d’être pris. Personne n’a envie de s’arrêter pour quelqu’un qui tire la tronche…  Donc ayez l’air aussi amical que possible. Ne vous asseyez jamais, restez bien droit, le bras bien tendu (eh oui, ça fatigue!) et regardez les conducteurs dans les yeux afin d’établir un contact. Pour les hommes, il est bon à savoir que, assez bizarrement, une barbe met les gens en confiance.

3. Sur l’autoroute, les stations essences tu choisiras.

Pour sortir des sentiers battus, rien ne vaut l’autostop sur des petites routes de campagnes… Mais si vous souhaitez rejoindre une grande ville rapidement, mieux vaut prendre l’autoroute. Cependant, faire du stop y est interdit dans beaucoup de pays et heureusement : c’est super dangereux. Gardez à l’esprit que l’espérance de vie d’un piéton sur l’autoroute est de 15 à 20 minutes… Pour cette raison, faites des stations essences (ou à défaut des aires de repos) vos meilleures alliées. Généralement, se placer à la sortie de la station juste avant que les voitures n’entrent sur la voie d’accélération pour rejoindre l’autoroute fonctionne bien. Vous pouvez aussi vous placer à l’entrée ou à l’intérieur du magasin et demander directement aux gens où ils vont et s’ils peuvent vous prendre. Vous pourrez voir les plaques d’immatriculation et donc favoriser les personnes allant dans votre direction mais cela ne doit pas vous empêcher de demander à tout le monde : les gens ne prennent pas la voiture que pour rentrer chez eux ;)

4. Avant de monter dans la voiture, 2 minute de réflexion tu prendras.

Quelqu’un s’arrête ? Super ! Courrez vers la portière, mais ne vous réjouissez pas trop vite. Faites vous une première impression du conducteur : A t’il l’air visiblement bourré ou défoncé ? Vous reluque t’il d’un regard peu rassurant ? N’hésitez surtout pas à dire « Non merci en fait j’ai changé d’avis, je ne vais pas par là » ou n’importe qu’elle excuse si vous ne le sentez pas. C’est une question de feeling ! Le conducteur à tout l’air d’un brave type ? C’en est probablement un. Demandez lui ou il va. Si c’est à 5 kilomètres et que vous êtes dans un très bon spot, mieux vaut peut être attendre la prochaine voiture. Si c’est à une 20ene de kilomètres, mieux vaut quand même monter, toute avancée est bonne à prendre. A vous de voir.

5. Une fois en route, un endroit pour te déposer tu arrangeras.

Ne faites pas l’erreur d’attendre la dernière minute pour savoir où l’on vous déposera, dès que vous entrez dans la voiture (après remerciement de rigueur bien sur) demandez au conducteur s’il peut vous déposer sur une station avant sa destination. S’il n’y en a pas… Essayez de trouver avec lui une solution : juste après un péage, une aire de repos… Certaines personnes ne sont pas du tout habituées à l’auto-stop et ne verrons pas ce qu’il y a de mal à vous laisser sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute… ce que vous voulez bien sur éviter. Si l’on vous le propose, refusez tout net et expliquez à votre conducteur les dangers que cela implique. De même évitez de vous faire déposer sur une station essence ou un restaurant/hôtel qui impose de prendre une sortie et de quitter l’autoroute. Il n’y y aura que très peu de passage et probablement que des riverains ! Faites en sorte que l’on vous dépose avant d’entrer dans une ville, ou vous perdrez du temps à essayer d’en sortir. Sur les routes de campagne c’est beaucoup plus simple, vous pouvez vous faire déposer à peu près n’importe ou mais évitez tout de même les bourgs (ou soyez près à marcher) et privilégiez les carrefours et sorties de communes. Si vous avez un problème ou bien que la nuit tombe, il sera plus difficile de demander de l’aide sur une route déserte au milieu de nulle part…

Si vous vous retrouvez bloqués sur l’autoroute, ne paniquez pas. Mettez vous derrière la rembarre de sécurité ou à défaut relativement loin du bord de la route. Placez vous en ligne droite ou à l’embouchure d’une entrée (les voitures y roulent moins vite), tendez le bras et bouger votre main (pouce tendu) de haut en bas. Le mouvement devrait vous faire repérer de loin par les conducteurs. Il est possible que la police s’arrête, essayer de les faire vous emmener dans un meilleur endroit. (mais ils peuvent aussi vous dire « l’autostop est interdit sur l’autoroute » et repartir directement…très utile !) Vous finirez toujours pas trouver une âme charitable pour vous prendre et vous déposer dans un endroit plus adéquat.  Ne vous démotivez pas et restez souriants.

6. Panneau ou pas panneau ?

C’est un vrai débat. Il est bon de prévoir un ou plusieurs pannh1eau indiquant  les villes clefs par lesquelles vous souhaitez passer, ou encore le nom des autoroutes. Écrivez au feutre sombre en grandes majuscules sur du carton. N’indiquez pas une ville située plus de 400km de là ou vous êtes. Vous pouvez dessiner de petits smiley, écrire des « svp », « merci », « j’ai froid :P » ou encore « maman m’attends » pour favoriser la sympathie des conducteurs. Je préfère parfois tendre le pouce sans panneau afin d’inciter les gens à s’arrêter où qu’ils aillent quitte à faire de plus petites distance ou à refuser plus de voitures. Le risque du panneau est que quelqu’un qui aurait pu s’arrêter se dise « oh je ne vais pas jusque là, mieux vaut le laisser pour une prochaine voiture qui l’avancera d’avantage. » Encore une fois, toute avancée est bonne à prendre.

7. Et le stop à plusieurs ?

C’est tout à fait possible. Les femmes ayant plus de facilité à s’arrêter pour des filles, les couples homme/femme ou femme/femme fonctionnent mieux que les couples homme/homme qui mettrons à priori un peu plus de temps avant de voir une voiture s’arrêter (mais cela arrive quand même!). Le stop à 3 est plus difficile tout simplement car vous croiserez moins de voiture avec suffisamment de place. Si vous êtes 4 ou plus, séparez vous en petits groupes et faites un concours à qui arrivera en premier ! Si vous arrivez à un endroit ou se trouvent déjà un ou des stoppeurs, essayez de vous poser relativement loin derrière lui/eux. En groupe, vous pouvez essayer de vous déguiser, de faire des chorégraphies… soyez imaginatifs et respirez la bonne humeur pour favoriser la sympathie des conducteurs !

8. Quid du stop en ville ?

…cela ne fonctionne pas, ou très rarement, la plupart des voitures ne sortant pas de la ville. Cependant, cela peut devenir intéressant lors de manifestations, festivals ou grands événements. Tenez vous à la sortie avec un panneau, lorsque l’événement prends fin et que la foule se disperse. Vous y trouverez très probablement des gens venus d’une autre ville. Par exemple : j’avais un panneau « Êtes vous du sud ? » à la sortie de Lollapalooza à Chicago et ai trouver quelqu’un pour n’emmener jusqu’à Austin le lendemain.

J’espère que ces quelques conseils vous serons utiles… N’oubliez pas de faire la conversation (sauf si votre conducteur préfère le silence bien sur), donnez le meilleur de vous même afin de transmettre une bonne image des auto-stoppeurs ! Si vous êtes vraiment morts vous pouvez sans doute vous autoriser une petite sieste après avoir demandé au conducteur si cela ne le dérange pas. Donc voilà, à vos pouces, et bon voyage !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s