Baikal Lake – Ulan-Ude to Ulaan-Baatar, and the Gobi Desert

baikal lakeI ended up getting a Mongolian visa with the help of Simon, my French couchsurfer in Ulan-Ude and I only had a few days left before the end of my Russian visa. I hadn’t been near the Baikal lake yet and I had to stay there a little shorter than I would have first liked. Dora, the Russian girlfriend of Simon, helped me to find a guesthouse in the middle of nowhere for a night …on the shores of the Baikal!

The mini-bus that I took quickly left the outskirts of Ulan-Ude for the hilly countryside of the surroundings and set me three hours later on a desert sand road at the intersection of a small alley sinking into the forest. At the far end was the lake. Primary source of the world’s freshwater and deepest lake, Lake Baikal looks like an unsalted sea. I could barely see the mountains on the opposite bank in the fog, and it was suddenly really much colder. I wandered on the shore waiting for sunset, meditated a moment and even took a sip of water from the lake, just for the sake of it.

[fsg_gallery id=”5″]

When finally time came for me to leave Russia, I took another mini-bus in the early morning to the last Russian town before the border and then a taxi to it. There, I stopped a car to cross the border, as it was not possible to do so on foot. The controls didn’t cause any problems but my driver and I still spent over an hour there. Once in Mongolia, the driver dropped me off and I took yet another mini-bus to the capital: Ulaanbaatar, here I am!

camels in gobi desertI was immediately marked by the benevolence of the Mongols, by their warm laughter in contrast with the apparent coldness of the Russians, and by the vastness of the completely deserted landscapes for hundreds of kilometers. We cruised only a dozen cars in 6 hours on the road and yet it was one of the busiest in the country! A bitumen road as well, which is very rare in Mongolia. The driver took this opportunity to drive over 140km / h, which, I have to say, freaked me out a little. Sometimes he would slow down to let the cows or horses whom squatted the roadsides pass. In the distance, a few Gers (yurts) here and there, scattered, and sometimes a small Buddhist monastery atop a grassy hill.

We finally arrived in Ulaanbaatar and my enthusiasm sank a little. A Big City of course: traffic, concrete, dust and horns. I spent the next two weeks preparing for my Chinese visa. I thought it would need a week only, but the list of necessary documents had recently changed and I needed an invitation from someone living in China. I therefore had to wait for my invitation before deposing my request to the consulate and it was open only three days a week … I alternated couchsurfers and guesthouses, walked around town, searched information for the rest of the trip and read quite a lot.

bus to dalanzadgadAfter eventually leaving my passport at the consulate, I met two rather fun Frenchies: Cindy and Morgan, whom just had, each on their sides, worked and traveled in Australia and Southeast Asia for the last year and a half. They were going to the south and the Gobi Desert by bus and wanted to rent a car with driver on the spot without going through an agency, so I decided to follow them. Most tourists are spending what seem to me an excessive amount for “all inclusive” tours with driver and English speaking guides. Indeed, Mongolia isn’t the most “independent traveler-friendly” country because almost none of the cities are linked together by public transport: you almost always have to pass by Ulaanbaatar or else rent a car but gasoline, mainly coming from Russia, is quite expensive, the distances very large and the roads in very poor conditions. However, if you’re somewhat resourceful, it is not complicated to get to the desired area and negotiate a fair price with the locals to rent a car or a horse, arrange to buy enough food and water in advance and go wild camping or spend a night in a ger for a few thousand tughriks. (1$ = 1437 tughriks).

bus to dalandzadgadThe ride to Dalanzadgad wasn’t the most comfortable, really. Cindy and Morgan had bought their tickets the previous day, but because I decided to join them at the last minute, I arrived at the bus station without the assurance of an available spot. Indeed: there were none. Though they let me get on all the same and I sat on a cardboard box in the aisle, itself already full of luggage and boxes. The road not frankly being one we were quite shaken. It reminded me the climbing to the alpinist camp in the Altai with the old Soviet truck and Cindy was shouting at me through the bus “This is a giant washing machine! “… of which we were the battered clothes. Less water and soap, though. After 6 hours we stopped in a strayed canteen to eat and a passenger asked me to exchange places with him. No worries! My buttocks were glad, but I quickly realised his motivation: my neighbor, a relatively stout and smelly woman was crushing me against the glass. The night eventually fall, but despite the beautiful sunset in the desert, it was a living hell: Being slightly claustrophobic around the edges, it was totally impossible for me to move an inch. Fatigue was rising but, shaken like apples on an apple tree during a storm, I do not see how anyone could have been able to sleep even only 2 minutes.

bayanzac clif gobi desertOnce arrived, around 6 am, Cindy and I slept little on a bench while Morgan, motivated, was already discussing with the drivers around. He found a worthy lad and we arranged a 3 days circuit between 3 key areas of the Gobi desert. To my great regret, we did not discover any dinosaur fossils yet spent a wonderful time exploring canyons, rocky formations and giant dunes interspersed with hundreds of miles of pebbly desert and 2 cool nights in a tent. I think the pictures speak for themselves.

hongoryn els dunes gobi desert 2Returning to UB (you be? .. The intimate nickname for Ulaanbaatar used by its English-speaking residents) we took the bus in the morning and despite the 15-hour trip, it was much more tolerable than the sleepless night we had on our way. I had a week left before having to get my passport back with, I hope, a Chinese visa inside, so I spent only a day of rest in UB before leaving alone for a horseback adventure… I will tell you about it in a coming soon new article !

[fsg_gallery id=”7″]

baikal lake      J’avais fini par obtenir un visa mongol avec l’aide de Simon, mon couchsurfer français à Oulan-oude et il ne me restait plus que quelques jours avant la fin de mon visa Russe. Ne m’étant toujours pas arrêtée au Lac Baikal, je devais donc y passer un peu plus rapidement que je ne l’aurais souhaité. Dora, la petite amie russe de Simon, m’aida à trouver une chambre d’hote au milieu de nulle part pour passer une nuit sur les rives du Baïkal.

Le mini-bus que je pris quitta vite la banlieue d’Oulan-Oude pour la campagne vallonnée de ses alentours et me déposa 3 heures plus tard sur un chemin de sable désert, à intersection d’une petite allée s’enfonçant dans la forêt. Tout au bout se trouvait le lac. Première source d’eau douce du monde ainsi que lac le plus profond, le Baïkal à tout l’air d’une mer (…sans sel!). J’apercevais à peine les montagnes dans le brouillard sur la rive opposée, et il faisait soudainement vraiment beaucoup plus froid. Je me baladai sur la rive en attendant le coucher du soleil, méditai un instant et bu même une gorgée d’eau du lac pour la forme.

[fsg_gallery id=”5″]

Lorsque fut finalement venu le moment de quitter la Russie, je pris un autre mini-bus au petit matin pour la dernière ville Russe avant la frontière puis un taxi jusqu’à celle-ci. Là, je stoppai une voiture afin de passer la frontière, étant donné qu’il n’était pas possible de le faire à pied. Les contrôles ne posèrent pas de problèmes mais mon conducteur et moi y passèrent tout de même plus d´une heure. Une fois passés en Mongolie, le conducteur me déposai et je pris un énième mini-bus vers la capitale : Oulan-Bator, me voici !

camels in gobi desertJe fus tout de suite marquée par la bienveillance des mongols, par leurs rires chaleureux contrastant avec l´apparente froideur des russes, ainsi que par l’immensité des paysages complètement déserts sur des centaines de kilomètres. Nous ne croisâmes qu’une dizaine de voitures en 6 heures sur cette route et c´était pourtant l’ une des plus fréquentée du pays ! Une route de bitume d’ailleurs, chose très rare en Mongolie. Le chauffeur en profitait pour rouler a plus de 140km/h, ce qui, je dois l’admettre, me fichait un peu la trouille. Parfois, il devait ralentir pour laisser passer les vaches ou les chevaux qui squattaient tranquillement les bords de la route. Dans le lointain, quelques Gers (yourtes mongoles) ça et là, parsemées, et parfois un petit monastère bouddhiste au sommet d´une colline herbée.

Alors que nous arrivâmes enfin à Oulan-Bator, mon engouement s’affaissa d´un poil. Une Grande Ville bien sur: trafic, béton, poussière et klaxons. Je passai les deux semaines suivantes à préparer mon visa chinois. J’avais pensé que cela ne me demanderais qu’une semaine, mais la liste des papiers nécessaires ont récemment changé et j’avais besoin de l´invitation d’une personne résident en Chine. Il me fallut donc attendre sa réception avant d’aller déposer ma demande au consulat et ce dernier n’est ouvert que 3 jours par semaines… J’alternai couchsurfers et auberges, me baladais en ville, potassai des infos pour la suite du voyage et bouquinai pas mal.

bus to dalanzadgadAprès avoir enfin laissé mon passeport au consulat, je rencontrais deux français plutôt marrants: Morgan et Cindy, qui avaient tout deux, chacun de leurs cotés, travaillé et voyagé en Australie et Asie du sud-est depuis plus d’un an et demi. Ils se rendaient vers le sud et le désert de Gobi en bus et souhaitaient louer une voiture avec chauffeur sur place sans passer par une agence, je décidais donc de les suivre. La plupart des touristes dépensent des sommes qui me semblent démesurées pour des séjours « tout compris » avec chauffeurs et guides parlant anglais. En effet, la Mongolie n’est pas le pays le plus « voyageur indépendant- friendly » étant donné que presque aucunes des villes ne sont reliées entre elles par les transports en communs : il faut toujours passer par la capitale ou bien louer une voiture mais l’essence principalement venue de russie est assez chère, les distances très grandes et les routes inexistantes. Pourtant, avec un peu de débrouille, il n’est pas compliquer de se rendre dans la région désirée et de négocier un prix correct avec les locaux pour louer une voiture ou un cheval, s’organiser pour acheter suffisamment de nourriture et d’eau à l´avance et de faire du camping sauvage ou de passer une nuit dans un ger pour quelques milliers de turiks. (1€=1870 tugriks).

bus to dalandzadgadLe trajet jusqu’à Dalanzadgad ne fut pas de tout repos…littéralement. Cindy et Morgan avaient acheté leurs billet le jour d’avant mais, m’étant décidée à la dernière minute, je débarquai à la station de bus sans l’assurance d’une place libre. Effectivement : il n’y en avait plus. On me lassa tout de même grimper à bord et je du m’assoir sur une boite en carton dans l’allée centrale, elle même blindée de bagages et de caisses. La route n’en étant pas une nous furent franchement secoués. Cela m’évoquais l’escalade en camion soviétique jusqu’au camp d’alpiniste dans l’Altaï et Cindy me criait à travers le bus « C’est une machine à laver géante ! » …dont nous étions les fringues malmenée. Eau et lessive en moins, certes. Au bout de 6 heures nous nous arrêtâmes dans une cantine paumée pour manger et un passager me proposa d’échanger ma place avec la sienne. Pas de soucis ! Mes fesses s’en réjouirent, mais je compris assez vite sa motivation : ma voisine, une vieille femme corpulente et relativement odorante m’ écrasait contre la vitre. La nuit fini par tomber, et malgré le superbe coucher de soleil dans le désert, je vivais un enfer. Moi qui suis légèrement claustrophobe sur les bords, il m’était totalement impossible de bouger d’un pouce. La fatigue se faisait ressentir, mais, secoués comme les pommes d’un pommier en pleine tempête, je ne voyais pas comment qui que se soit aurait pu s’endormir ne serait-ce que 2 minutes.

bayanzac clif gobi desertUne fois arrivés, vers 6 heures du matin, Cindy et moi nous endormirent une petite heure sur un banc tandis que Morgan, motivé, discutait déjà avec les chauffeurs aux alentours. Il trouva un brave type et nous arrangeâmes un circuit de 3 jours reliant 3 lieux clés du désert de Gobi. A mon grand regret, nous ne découvrîmes aucun fossiles de dinosaures mais passâmes néanmoins un magnifique séjour à explorer canyons, formations rocheuses et dunes géantes entrecoupés par des centaines des kilomètres de désert caillouteux et 2 fraiches nuits sous une tente. Je pense que les photos parlent d’elles même.

hongoryn els dunes gobi desert 2Pour retourner à UB (you be?.. le petit surnom intime d’Ulaan-Baatar par ses habitants anglophones) nous prîmes le bus au petit matin, et malgré les 15 heures de trajet, ce fut bien mieux supportable que la nuit blanche de l’allée. Il ne me restait plus qu’une semaine avant de devoir récupérer mon passeport avec, je l’espère, un visa pour la chine à l’intérieur, je ne passai donc qu´une journée de repos à UB avant de partir seule pour une aventure équestre… dont je vous parlerais dans un prochain article à venir très bientôt !

[fsg_gallery id=”7″]

2 thoughts on “Baikal Lake – Ulan-Ude to Ulaan-Baatar, and the Gobi Desert

  1. Naiara

    Nice!!!

    I am righting down some places for my trip.. one day!!! Thanks for the inspiration (and for testing it first!!!:)
    I am gonna see Sanna in some days and we obviously are going to think about you together.. and send good vibes for you… don’t get scared if you feel it!!! >)

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s