Om shiva parvati, chillum chapati : A Rajasthani month.

Jodhpur the blue cityAaah … India. It’s been more than two months already that I’m rambling around it, coming across Vishnu, Brahma and Shiva at each corner, devouring chapati (a kind of flat bread) with every bite of curry and nodding my head from left to right, clasping my hands to greet and smile to the little old ladies in their flamboyant saris.
Nodding is the Indian way of saying yes, and when I finally realized that the Hindus were constanty doing it and what it meant, I quickly got into the habit myself… an habit that is now not far from an OCD!
But I think I like this OCD. And I have to say: I love India. When I arrived, I was a tiny bit on my guards. I had heard so much about it, so many stories, most of which were a bit shabby. But I soon realized that I had every reason to chill and go with the flow. I can count on the fingers of one hand the groups of children that insistently asked me for money or a pencil, a sweet or whatever, saw a few impressively dissabeled beggars in Bombay only, and if my memory is right, no wandering hands. All in all… no reason to be traumatized ! But I can imagine that a visit to India as first “third world country” can be a bit overwhelming.
This constant upheaval, personally… it suits me rather well! I try to convert to the local pace and, in the land of Yoga and Meditation, I aim to take things “Shanti shanti” (peace, quiet) ! So much to see, so much to do here, I’m already thinking about my next visit which will probably have to last a bit longer… But back on topic:

After leaving Jaipur, Hannah , Amanda and I took a break of a few days in Pushkar. The old town was spread around its holy lake and it was not uncommon to randomly come accross impressive buildings with beautiful architecture at the corner of an alley. Rajasthan: Land of Maharajas!

Music player in JaisalmerThe girls had planned a workaway(volunteering) in a camp in the Thar desert near Jaisalmer city in western Rajasthan, few kilometers away from the Pakistani border, and I was delighted to join them for this adventure after sending a request email to the owner. Over the centuries, Rajasthan has been heavily influenced by the Muslim culture. For example the way they paint the laughing almond eyes on the Maharaja represented on the walls of houses and palaces, and their folk songs sometimes reminded me a little something of Rai music.
The camp (Damodra desert camp) was composed of a dozen large tents, rented for the night for a hundred euros “all inclusive” by Indian and foreign tourists. It was the most luxurious camp of the surroundings and we felt really privileged to be able to stay there for free as long as we wanted ! It turned out that Prithvi, the owner, was the most adorable guy, very much shanti shanti. He informed us that he was aware of the constant stimulation of the tourists by local merchants and wanted to allow them to just relax in a quiet place and discover another facet of India. Needless to say that the “voluntary” side of the arrangement was not the most extravagant … we just had to sweep some sand away and answer a few emails ! The entire staff and Prithvi were from a small village nearby and were all extremely friendly, smiling, helping and a tiny winy bit crazy, especially when Prithvi had gone to Jaisalmer for the day and the rest of the staff began to sing and to run after each others around the camp… like mice when the cat sleeps! Prithvi also showed us one evening another very popular camp… it really was not the same! Hundreds of tents, full volume Pop music…. very far from the calm and authentic “desertic” atmosphere of Damodra….

Traditional folk dancer spiting fire in the desert campWe stayed there about ten days, getting used to the very very relaxed pace, our feet constantly in the sand and our heads beneath the desert sun. Sometimes we went into town to roam around in the Jaisalmer Fort, and during an unforgettable day we had a camel excursion into the dunes for sunset. Every day after nightfall a fire was lit in the middle of the camp, while the guests arrived a concert of traditional music accompanied by folk dancers (the dancers in beautifull dresses and glittering jewelry often was a man!) started. We munched on pakora (small pieces of spicy fried dough) and grilled peanuts before the delicious buffet dinner. Unfortunately, our Western stomachs did not incredibly well adapt to these local dishes and we frequently had severe cramps, so much that Hannah fell severely ill on the last day of our stay, nailing her to bed and preventing the cousins ​​to go to Bhaumikk’ s wedding… Although it was difficult to leave the camp, I really didn’t want to miss the event and we sadly parted. FYI, Hannah is now much better and she and Amanda are happily dancing night and day on the beaches of Goa.

Neelam, baba and BhaumiikkSo I was alone again, well, alone with thousand of Hindus of course! I went back to Jaipur just on time for Bhaumikk’s wedding :bought some goldy jewelery on a market, groomed myself into a blue silk sari tailor made in Pushkar and raced through the city on the back of a motorbike to reach the yard / garden where the celebrations took place. Once there, I realized that there were several weddings going on next to each other and so I headed to the “Bhaumikk weds Neelam ” panel. The groom had just arrived, perched on a white horse like a fairy prince! All around family and friends danced and chattered hands on the music played by a small orchestra. The procession walked gently to the garden where a large number of guests were already eating dinner, standing here and there in the yard. All around it were diverse Indian food stalls: nans, chapattis and papadam directly out of the “oven” (tandoori), many curries and dals (lentil soup), ice cream, extra sweet pastries, extra spicy sauces, salad bar, etc. . A bit later the bride arrived in a gorgeous red sari, escorted by her sisters and friends throwing flower petals in her path. Bhaumikk helped her get on the stage and the couple settled in two extravagant thrones were they sat for hours. Strange to think they had met only two days before for the wedding preparations ! The guests came in turn to take a picture with the bride and groom, ate a little and then quietly began to leave. By the late evening, only close friends and family remained, Neelam and Bhaumikk could finally eat… or rather get fed! They sat at a long table with some friends and the remaining guests came in turns to take a small piece of food on their plates and bring it to their mouths as a blessing. It was almost midnight when I went to bed, but the rituals, including the actual marriage solemnized when the couple would have turned 7 times around a fire at 3am, were’ t close to an end …
It was a beautiful, interesting evening and I spent a real good time chatting with the sisters, nieces and friends of Bhaumikk .

Morning meditation by the lakeDecember approaching too fast for my taste, I made a small stop in Jodpur, the blue city, another in romantic Udaipur, to see its numerous lakes and palaces, and then I had to head South and skip the many places I wanted to see on the way… I had planned to join an ashram in Kerala and their Yoga retreat were beginning on the 1st. The journey took two and a half days by numerous trains and buses, including a stop for a night in Mumbai. Then one morning I woke up on my bunk and glimpsed with surprise at the palm forests through the bus’s window. Welcome to Kerala ! I stayed about 20 days at the ashram and the 4h of yoga postures, 2h of meditation and chanting and Yogic Diet (lacto-vegan without stimulant -tea/coffe/garlic/onions/chilis for an easy digestion) every day did wonders to my body and mind! Since this experience I try to keep up with this life-style and practice the 5 aspects of Yoga – Proper exercice / Proper diet / Proper breathing / Proper Relaxation / Meditation and positive thinking – every day or at least as much as possible on those nomadic times 😉

Fest at the ashram

Delicious southern indian thali, served on a banana leaf at the ashram

Om shiva parvati, shilom chapati : Un mois Rajasthani.

  Jodhpur the blue city    Aaah…India. Voici déjà plus de deux mois que je m’y trimbale, que j’y croise Vishnu, Brahma et Shiva a chaque coins de rue, que j’y dévore des chapati (genre de pain plat) avec chaque bouchée de curry et que j’y dodeline la tête de gauche à droite en joignant mes mains pour saluer et faire sourire les petites vieilles dans leurs saris flamboyants.
Le dodelinage est la manière indienne d’acquiescer, et lorsque j’ai fini par me rendre compte que les hindou le faisaient constamment et ce que cela signifiais, j’en ai très vite pris l’habitude… habitude qui n’est maintenant pas loin de frôler le tic.
Je crois que je l’aime bien, ce tic. Et je l’aime beaucoup, l’Inde. A mon arrivée, j’étais un peu au taquet, sur mes gardes. On m’en avait tellement parlé, raconté tellement d’histoires, la plupart un peu glauques. Mais j’ai rapidement réalisé que j’avais toutes les raisons de souffler et de me laisser porter par le flot. Je peux compter sur les doigts d’une main les groupes d’enfants que j’ai croisé me demandant avec insistance de l’argent ou un crayon, un bonbon ou quoi, quelques mendiants aux malformations impressionnantes à Bombay seulement et, si ma mémoire est bonne, aucune main baladeuse. En soit… aucune raison d’être traumatisée ! Mais je peux comprendre qu’une visite de l’Inde comme premier « pays du tiers-monde » puisse être un peu bouleversante, les regards et la sollicitation étant constants.
Ce bouleversement continuel, personnellement, il me va tout a fait ! J’essaye de me convertir au rythme local et, au pays du Yoga et de la Méditation, je tache de prendre les choses « Shanti shanti » (paix, tranquille) ! Tellement de choses à voir et à faire ici, je suis déjà presque en train de penser à ma prochaine visite qui se devra sans doute de durer un peu plus longtemps… Mais revenons à nos moutons :

Music player in JaisalmerAprès avoir quitté Jaipur, Hannah, Amanda et moi-même firent un arrêt de quelques jours à Pushkar. La vieille ville se déployait autour de son lac sacré et il n’était pas rare qu’au détour d’une ruelle nous tombâmes nez-à-nez avec d’impressionnants buildings à l’architecture magnifique. Le Rajasthan : pays des Maharajah ! Les filles avaient prévu un workaway (volontariat) dans un campement dans le désert du Thar près de la ville de Jaisalmer, à l’ouest du Rajasthan, quelques dizaines de kilomètres après la frontière Pakistanaise, et j’étais ravie de pouvoir me joindre à elles pour cette aventure après avoir envoyé une demande par mail au propriétaire. Au cours des siècles, le Rajasthan à été très influencé par la culture musulmane. On retrouve par exemple leur manière de peindre les yeux en amande rieurs sur les maharajah représentés sur les murs des maisons et des palais, et leurs chants folkloriques m’évoquaient parfois un petit quelque chose de Raï.
Traditional folk dancer spiting fire in the desert campLe campement (Damodra desert camp) était composé d’une dizaine de grande tentes, louées à la nuit pour une centaine d’euros « tout compris » par des touristes indiens et étrangers. Il s’agissait du campement le plus luxueux des alentours et nous nous sentîmes vraiment privilégiées de pouvoir y rester gratuitement aussi longtemps que nous le souhaitions ! Il s’avéra que Prithvi, le propriétaire, était l’un des types les plus adorables, les plus shanti qui soient. Il nous informa qu’il était conscient de cette sollicitation constante des touristes par les marchants locaux et qu’il souhaitait juste permettre aux touristes de se détendre un peu dans un lieu paisible et de découvrir une autre facette de l’Inde. Autant dire que le coté « volontariat » de l’arrangement ne fut pas des plus extravagants… c’est à peine si nous avions à balayer quelques grains de sable et répondre à quelques emails par jours! L’ensemble du staff ainsi que Prithbi étaient originaire d’un petit village à proximité et ils furent tous extrêmement amicaux, souriants, avenants et un poil loufoques, surtout lorsque Prithvi partait pour Jaisalmer et que le reste du staff se mettaient à chantonner et à se courir après à travers le campement… comme les souris quand le chat dort ! Prithvi nous à aussi fait visiter un soir un autre campement assez populaire… ce n’était vraiment pas le même délire ! Des centaines de tentes, de la musique Pop à plein volumes…. bien loin du calme et de la vraie ambiance « désert » de Damodra….

Nous y restâmes une dizaine de jours, prenant un rythme très très relax, les pieds constamment dans le sable sous le soleil du désert. Parfois nous nous rendions en ville pour nous balader dans le fort de Jaisalmer, et lors d’une journée inoubliable nous firent une excursion dans les dunes à dos de dromadaires pour le coucher du soleil. Chaque soir, une fois la nuit tombée, un feu était allumé au milieu du campement, les clients arrivaient et nous avions le droit à un concert de musique traditionnelle accompagné d’une danse folklorique (dont la danseuse en robe et bijoux scintillant était souvent un homme!) en grignotant des pakora (genre de petits morceaux de pâte épicée fris) et des cacahouètes grillées avant le délicieux buffet du diner. Malheureusement, nos estomacs occidentaux ne s’adaptèrent pas formidablement bien à ces mets locaux et nous avions fréquemment de fortes crampes, au point que Hannah tomba sévèrement malade le dernier jour de notre séjour, la clouant au lit et empêchant les cousines de pouvoir se rendre au mariage de Bhaumikk… Bien qu’il me fut difficile de quitter le campement, je voulais vraiment ne pas manquer l’évènement et c’est donc avec regrets que nous nous séparâmes. Pour info, Hannah va maintenant beaucoup mieux et elle et Amanda sont aux anges, dansant nuit et jours sur les plages de Goa.

Neelam, baba and BhaumiikkJ’étais donc à nouveau seule, enfin, seule avec quelques milliers d’Hindous bien sur ! Je retournai à Jaipur juste le temps du mariage de Bhaumikk : j’achetais quelques bijoux dorés sur un marché, me parai d’un sari bleu en soie fait sur mesure à Pushkar et fonçai à travers la ville en Tuktuk afin de me rendre dans la cour/jardin ou les célébrations auraient lieux. Sur place, je me rendis compte qu’il y avait plusieurs mariages les uns à coté les autres et je me dirigeais donc vers le panneau « Bhaumikk weds Neelam ». Le futur marié venait tout juste d’arriver, juché sur un cheval blanc tel un prince ! Autour, la famille et les amis dansaient et claquaient des mains sur la musique jouée par un petit orchestre. La procession se dirigea gentiment vers le jardin ou un grand nombre d’invités étaient déjà en train de diner, debout, un peu partout dans la cour. Tout autour de cette dernière étaient installés des stands de nourriture indienne diverses et variées, nans, chapatis et papadam directement sortis du « four » (tandoori), de nombreux curries et dals (soupes de lentilles), crèmes glacées, pâtisseries extra sucrées, sauces extra pimentées, bar à salade, etc. Un peu plus tard la mariée arriva dans un sublime sari rouge, escortée de ses sœurs et amies jetant des pétales de fleur sur son passage. Bhaumikk l’aida à monter sur la scène et les futurs mariés s’installèrent dans deux trônes clinquants ou il restèrent assis des heures durant. Étrange de se dire qu’ils ne s’étaient rencontrés que 2 jours auparavant pour les préparatifs du mariage ! Les invités vinrent à tour de rôle prendre une photo avec les mariés, mangèrent encore un peu puis commencèrent à tranquillement quitter les lieux. En fin de soirée, il ne restait plus que la famille et les amis proches, Neelam et Bhaumikk purent enfin aller manger… ou plutôt se faire donner à manger ! Ils s’installèrent à une longue table avec quelques amis et les invités restant virent à tour de rôle prendre un petit morceau de nourriture de leur assiette et leur porter à la bouche comme bénédiction. Il était alors presque minuit et je partis me coucher, mais les rituels, dont l’actuel mariage célébré lorsque les fiancés auront tourné 7 fois autour d’un feu vers 3h du matin, n’était pas près d’être fini…
Ce fut une très belle et très intéressent soirée où je passai un bon moment à discuter avec les sœurs, nièces et amis de Bhaumikk.

Morning meditation by the lakeDécembre approchait bien trop vite à mon goût, je fis une visite de quelques jours à Jodpur, la ville bleue, puis à la romantique Udaipur, avec ses nombreux lacs et palaces puis je dus me diriger vers le Sud et zapper de nombreux sites que j’aurais voulu voir en chemin : J’avais prévu de rejoindre un ashram dans le Kerala et leur stage de Yoga commençait le 1er. Le trajet me pris 2 jours et demi de train et de bus, avec un court arrêt pour une nuit à Bombay, puis un beau matin je me réveillai sur ma couchette et apercevais avec surprise des forêts de palmiers par la fenêtre du bus. Bienvenue au Kerala ! Je passais 20 jours dans l’Ashram et, ma foi, les 4h de postures de yoga par jours, les 2 heures de méditation, le régime Yogic (lacto-végétalien sans stimulants -thé/caffé/oignons/ail/piments- affin de facilité la digestion) ainsi que les exercices de respiration me firent un bien fou au corps et à l’esprit ! Depuis cette expérience je tache de conserver ce mode de vie et de pratiquer les 5 aspects du Yoga – Exercice juste/ Nourriture juste / Respiration juste / Relaxation juste / Méditation et pensée positive – tous les jours, ou du moins autant qu’il m’es possible durant cette période nomade 😉

Fest at the ashram

Délicieux thali de l’inde du sud servit sur une feuille de Bananier à l’ashram…

 

 

 

 

 

Holy cow!… Made it to Northen India.

Cow, Monkey, Baba, RishikeshIn Lumbini I had met Hannah and Amanda, two American cousins, ​​and as we were going in the same direction, we decided to travel some time together. A month of Indian adventures later, we didn’t split ways yet !

We crossed the border on foot, excited by the vision of the sign ‘Welcome to India” and headed to Varanasi for a first stop. Varanasi is the most sacred city for Hindus, crossed by the Ganges, it is the privileged place for holy cremations and is deemed to be particularly intense. When we arrived at night, after 15 hours of travel (supposed to be 6) in a local bus a little uncomfortable with a super powerful horn and packed with men staring at us with round eyes, we were accosted without surprise by a tide of auto-rickshaw drivers… So, that was the beginning of a constant extreme negotiation of the prices!

We found a room in a guesthouse for 300 rupees or 2$ each and the three of us crashed in one double bed after a good (cold) shower. That night I had ​​a lucid dream where, for the first time, I took off my wings and flew over the gorgeous snowy mountain of the Himalayas, perceiving the mystical ruins of unknown civilizations and camels strolling on the grassy tops.
Flowers for DewaliOur first morning in Varanasi, we decided to have breakfast on a terrace overlooking the Ganges. Impressed by the constant cremations, burning piles of logs on top of which we could distinguish silhouettes crackling and sometimes even a foot licked by flames, we quickly realized that this was perhaps not the most grandiose idea, the wind pushing the acrid smoke in our direction and some ash landing in our orange juices. Here, death is clearly rooted in the Indian life-style and culture. Unlike in our Western traditions where it is hidden, feared, almost taboo, corpses are here seen as a natural thing. In the narrow, smelly, trashy alleys of the old city populated by all kinds of cows, horses and goats joining the crowd of people between the little shops, it is not uncommon to glimpse a funeral procession. The corpse is in the open air, embalmed with fragranced butter, decorated with orange and red flowers, it is carried by six men moving towards the shores of the sacred river where it will be burnt almost entirely (the chest for men and hips for women are kept) before the remains and ashes are thrown in the waters. Chest and hips will be eaten by dogs, birds and fishes to allow them a reincarnation as a human being. Children, pregnant women, people killed by diseases or snake bites are directly thrown in the Ganges: they are considered as already purified, according to the words of an old man that we met around the river banks.

Ganga ride, varanasi 13During a boat ride on the Ganges at sunrise, its rays illuminating the old buildings with surreal colors, we gazed at the impressive sight of the crowd of pilgrims, babas and locals doing their daily toilet in the sacred waters of the river, right next to the cremation Ghats .

We made a quick stop in Agra to visit the famous Taj Mahal in the morning. After paying 750RS against 20 for locals, despite the heavy rain that greeted us and the slippery marble walkways, we had to admit that the majestic building was nevertheless worth seeing…

Flower sellersThen Rishikesh. Considered as the world capital of Yoga and made ​​famous by the meditative trip that the Beatles did there in 1968, I was looking forward to spend some time improving my yoga practice while Amanda and Hannah went for a week in an Ashram a few kilometers away from the city. I rented a small room in a hotel for 100 rupees per night, went twice a day to a very good institute of Yoga that someone recommended to me, appreciated the quiet village of Laxman Julah and dipped my feet in the icy Ganges rising in the nearby mountains of the Himalayas. Every night I could watch the sunset over the river from the terrace of one of the many cafes, wedged on the ground between countless cushions and improvising a kind of world music with Israeli, Nepalese, Brazilians, Germans, Canadians and Indian babas with the help of djembes, flutes, guitars, didgeridoos and other traditional instruments whose names I can’t recall… aaah, that kind of lifestyle suited me just fine! Hannah and Amanda met up with me again and enjoyed it equally. The peaceful days went nicely and we realized that Rishikesh was probably one of these places, these black holes, these temporal vortex where it would be oh so nice to get lost for a small eternity and a half.

Golden temple at night, AmritsarAlas! A backpacker being a backpacker… shouldn’t it be backpacking ? A 3 months visa only and so much to discover in a country like India, so vast, so rich, so full of promises of discoveries, encounters and too spicy foods ! The road (and potholes) was calling for us. But where to ? I eagerly wanted to go north, to Ladakh, of which I had heard so much praise about the desolate landscapes of the Himalayas, but the first snows of winter had already blocked the way… I would have to come back in the summer! So we headed west to Amritsar in the state of Punjab where lies the Golden Temple, Sikhism’s holiest place. We had the opportunity to sleep in a dormitory for pilgrims in the precincts of the temple, and despite my bed infested with vermin that nibbled me all night, it was a very intense visit: the golden temple set in the middle of a sacred lake, the devotees prostrating in tears and my hands teeming with warm energy after only a few minutes of meditation.

Fort in JaipurWe then started heading south ! First stop in Rajasthan where we were greeted by Bhaummik in Jaipur, a couchsurfer/photographer recently returned home after working 10 years in the Bollywood industry in Bombay. We arrived in town just in time for Diwali, a major Hindu festival, celebrating the return of Rama, the victory of good over evil, by an orgy of lights, firecrackers and fireworks of all kinds. The festivities take place several days before and after the actual date of Diwali. That night, I joined Bhaummik for a small expedition in the neighborhood, wishing a happy Diwali to uncles, cousins, grandparents and friends. The women dressed up in their finest saris after spending the day cooking a variety of snacks and very sweet pastries that they offer to every new visitor. In each street children light fireworks, shouting, laughing, running in all directions under the bursts of light. I was happy to be there, intimately involved in this celebration. Thanks to the extraordinary power of couchsurfing, we’ll even be able to attend an Indian wedding since Bhaummik invited us to his own, two weeks later ! … Here is a perfect excuse to get saris ! I will tell you more about it and our expedition to the Thar Desert in the next article. And besides, if someone reads these words… I encourage you to let me know by leaving a comment ! I’m a little curious 😉

[fsg_gallery id=”13″]

Cow, Monkey, Baba, RishikeshA Lumbini j’avais fais la connaissance de Hannah et Amanda, deux cousines américaines, et comme nous nous rendions dans la même direction, nous décidâmes de, pourquoi pas, faire un bout de chemin ensemble. Un mois de péripéties indiennes plus tard, nous ne nous sommes toujours pas quittées !

Nous avons franchis la frontière à pied, enthousiasmées par la vision du panneau “Welcome to India”, et nous rendîmes à Varanasi pour une première étape. Varanasi est la ville la plus sacrée pour les Hindous, traversée par le Gange, elle est le lieu privilégié des crémations et est réputée comme étant particulièrement intense. Dès notre arrivée, de nuit, après 15 heures de trajet (sensé n’en durer que 6) dans un bus local peu confortable au klaxon super puissant et peuplé d’hommes nous fixant avec des yeux ronds, nous fumes accostées sans grand étonnement par une marée de conducteurs d’auto-tuktuk… C’était donc le début d’une constante négociation extrême des prix !

Nous trouvâmes une chambre dans une guesthouse pour 300 roupies soit 1€20 chacune et nous écroulâmes toutes les trois dans un grand lit double après une bonne douche (froide). J´y fis un rêve lucide où, pour la première fois, je pris mon envol et survolai les sublimes monts enneigés de l’Himalaya, apercevant les ruines mystiques de civilisations inconnues et des caravanes de chameaux se baladant sur les sommets fleuris.

Flowers for DewaliPour notre premier matin à Varanasi, nous souhaitâmes prendre le petit déjeuner en terrasse avec vue sur le Gange. Impressionnées par les constantes incinérations, les piles de bûches enflammées desquelles nous pouvions distinguer des silhouettes crépitantes et parfois même un pied léché par les flammes, nous réalisâmes rapidement que ce n’était peut-être pas l’idée la plus grandiose, le vent poussant la fumée acre dans notre direction et quelques cendres atterrissant dans nos jus d’orange. Ici, la mort est visiblement ancrée dans la vie et la culture Indienne. Contrairement à nos traditions occidentales où ils sont cachés, craints, presque tabous, les cadavres sont ici considérés comme une chose normale. Dans les petites ruelles sales et odorantes de la vieille ville, peuplées de tous types de vaches, chevaux et chèvres qui se mêlent à la foule des passants entre les petites échoppes, il n’est pas rare d’apercevoir un cortège funéraire. Le cadavre à l’air libre, embaumé de crèmes parfumées, décorés de fleures oranges et rouges, est porté par 6 hommes se dirigeant vers les bords du fleuve sacré ou il sera brûlé presque entièrement (la poitrine pour les hommes et les hanches pour les femmes sont conservées) avant d’en jeter les restes et les cendres à l’eau. La poitrine et les hanches seront mangées par les chiens, les oiseaux et les poissons afin de leur permettre une réincarnation en être humain. Les enfants, les femmes enceinte, ceux morts d’un virus ou d’une piqûre de serpent sont directement jetés dans le Gange: ils sont considérés comme étant déjà purs, selon les dires d’un vieil homme croisé sur les bords du fleuve.

Ganga ride, varanasi 13Lors d’une balade en barque sur le Gange pour le levé du soleil, ses rayons illuminant les vieux bâtiments de couleurs surréalistes, nous contemplâmes la vue impressionnante de la foule des pèlerins, des Sadhus (Babas) et des habitants faisant leur toilette quotidienne dans les eaux sacrées du fleuve boueux, juste à coté des Ghats d’incinération.

Nous fîmes un rapide arrêt à Agra afin de visiter le célèbre Taj Mahal au petit matin. Après avoir payer 750Rs contre 20 pour les locaux, malgré la pluie battante qui nous accueillit et les allées de marbre glissantes, nous admîmes que la majestueuse construction valait néanmoins le détour…

Flower sellersEnsuite: Rishikesh. Considérée comme la capitale mondiale du Yoga et rendue célèbre par la virée méditative qu’y firent les Beatles en 1968, j’étais impatience de pouvoir y passer quelque temps afin d’améliorer ma pratique du Yoga alors qu’ Amanda et Hannah se rendirent une semaine dans un Ashram à quelques kilomètres de la ville. Je louai une petite chambre dans un hôtel pour 100 roupies par nuit, me rendais deux fois par jours dans un très bon institut de Yoga que quelqu’un m’avait conseillé, appréciai la quiétude du village de Laxman Julah et me trempai les pieds dans le Gange glacé qui prend sa source dans les proches montagnes de l’Himalaya. Chaque soir je pouvais admirer le coucher du soleil sur le fleuve depuis la terrasse de l’un des nombreux cafés, calée par terre entre d’innombrables coussins à improviser un genre de musique du monde avec Israélites, Népalais, Brésiliens, Allemands, Canadiens, Babas indiens et l’aide de djembés, flûtes, guitares, didgeridoos et autres instruments traditionnels dont le nom m’échappe… aaah, autant dire que ce genre de rythme de vie me convenait assez ! Hannah et Amanda me retrouvèrent et l’apprécièrent tout autant. Les paisibles jours s’écoulaient gentiment et nous réalisâmes que Rishikesh était probablement l’un de ces endroits, ces trous-noirs, ces vortex temporels ou il serait si agréable de se perdre pour une petite éternité et demi.

Golden temple at night, AmritsarMais bon ! Un barroudeur étant un barroudeur… ne se doit il pas de barouder ? Un visa de 3 mois seulement et tellement à découvrir dans un pays tel que l’inde, si vaste, si riche, si plein de promesses de découvertes, de rencontres et de plats trop épicés ! La route (et ses nids de poules) nous appela à elle. Mais vers où ? Je souhaitais avidement me rendre au Nord, au Ladakh, dont on m’avais fait tant d’éloges des paysages désolés de l’Himalaya, mais les premières neiges de l’hiver en avaient déjà bloqué l’accès… Il me faudra revenir en été! Nous nous dirigeâmes donc vers l’ouest et Amritsar dans l’état du Punjab ou se situe le temple d’or, lieu le plus sacré du Sikhisme. Nous eurent l’occasion de dormir dans un dortoir réservé aux pèlerins dans l’enceinte même du temple, et malgré mon lit infesté de vermines qui me grignotèrent toute la nuit, ce fut une visite très intense: le temple d’or posé au milieu d’un lac sacré, les dévots se prosternant les larmes aux yeux et mes mains fourmillant de chaleureuse énergie après seulement quelques minutes de méditation.

Fort in JaipurNous mirent ensuite cap vers le Sud ! Premier stop au Rajasthan ou nous furent accueillies à Jaipur par Bhaummik, un couchsurfer photographe récemment rentré “au bercail” après avoir travaillé 10 ans dans l’industrie Bollywoodienne à Bombay. Nous arrivâmes en ville juste à temps pour Diwali, l’une des principales fêtes Hindou, célébrant le retour de Rama, la victoire du bien sur le mal, par une orgie de lumières, pétards et feux d’artifices. Les festivité ont lieu plusieurs jours avant et après l’actuelle date du Diwali. Ce soir la, je joignai Bhaummik pour une petite expédition dans le voisinage, souhaitant un joyeux Diwali aux oncles, cousines, et autres grands parents qui habitent presque tous dans le même quartier. Les femmes ont sorti leurs plus beaux saris après avoir passer la journée à cuisiner différents plats et pâtisseries très sucrées qu’elles offrent à chaque nouveau visiteur. Partout dans les rues les enfants allument des feux d’artifice en criant, riant, courant dans tous les sens sous les explosions de lumières. J’étais heureuse de pourvoir participer intimement à cette célébration et, grâce à l’extraordinaire pouvoir de couchsurfing, nous allons même pouvoir assister à un mariage indien puisque Bhaummik nous invita à son marriage, deux semaines plus tard ! … Voila une excuse parfaite pour nous procurer des saris ! Je vous en parlerais d’avantage dans le prochain article ainsi que de notre expédition dans le désert de Thar. Et d’ailleurs, si quelqu’un lit ces mots… je vous encourage à vous manifester en laissant un commentaire! Je suis un peu curieuse 😉

[fsg_gallery id=”13″]

Nepal

RS Buddha Stupa, Kathmandu, NepalSo here I am. In Kathmandu, a Monday night, I just got back my passport with a brand new Indian visa inside and I am about to go south for a few days of Nepalese discoveries before crossing the border. So… That was 10 days of wandering in the steaming, teeming, disorienting streets and alleys, their colorful concrete walls bleeding in the dust while hundreds, thousands of women and men and kids from here or sometimes from there, saris, micro- buses, motorcycles, taxis, rickshaws and a few cows, were jostling, vibrating with honks under the sun. That was the smiles of people and finally being able to have a conversation with anyone, everyone speaking english, and making new friends every 50 meters (although they often try to get something from you, it’s still a shared cup o tea!). That was tree or four journey to the Indian embassy, beautiful mandalas, a lot of Dahl-Bat, of Momos and Masala-Tea. (respectively: rice with curry and lentil soup, ravioli with vegetables and spiced milk tea (cinnamon and ginger I think)).RS Bouddha Park Kathmandu That was Stupas, temples, golden statues, thousands of colorful prayer flags floating in the wind, a melting pot of Hinduism and Buddhism, monks waking you up at 5am with their microphoned prayers and mantras and then monkeys, a monkey drinking from the bottle, a monkey licking an ice cream cone, monkeys walking, cush, on rooftops instead of trees since the neverending advancement of the city. I rather liked Kathmandu… All around it: those wooded mounts.

A few kilometers away from the bustle of the city was a National Park on which, during a day of hiking with a group of couchsurfers, I couldn’t manage to decide whether I’d rather see or not see a leopard, I glimpsed a black and white monkey disappear into huge tree branches and tried to stay away from spiders and leeches. At the top of the mountain, we gazed a snowy peak, alone, cut on the skyline during a cloudy breakthrough.

RS Lake in PokharaIn Pokhara, I joined a friend met in Yangshuo in China around a plate of Momo, made ​​a little trip on the lake and then climbed up to the “white stupas for world peace” for a privileged view of the Himalayas.

The next day was spent in Lumbini, Buddha Sakyamundi‘s birthplace, meditating at the foot of an ancient tree.

Goodbye Nepal, or rather see you later, it was short but intense, it was fantastic! I’ll be back one day to visit more deeply and might then be able to do a trek, perhaps even, who knows … to the Everest Basecamp ?

[fsg_gallery id=”12″]

RS Buddha Stupa, Kathmandu, NepalM’y voici donc. A Katmandou, un lundi soir, je viens juste de récupérer mon passeport avec un visa Indien flambant neuf à l’intérieur et m’apprête à partir vers le sud pour quelques jours de découvertes Népalaise avant de franchir la frontière. Voila 10 jours de vagabondages dans ces rues et ruelles fumantes, grouillantes, déboussolantes, ou les murs de béton bariolés déteignent sous la poussière alors que des centaines, des milliers de femmes et d’homme, de gosses d’ici ou parfois d’ailleurs, des saris, des micro-bus, des motos, des taxis, des tuk-tuks et quelques vaches, se bousculent, vibrants, à coups de klaxons sous le soleil. Voila le sourire des gens, pouvoir enfin entretenir une conversation avec n’importe qui, tous parlants anglais et se faire de nouveaux potes tous les 50 mètres (bien qu’ils essayent souvent de tirer quelque chose de vous, c’est toujours une tasse de thé partagée !). RS Bouddha Park KathmanduTrois-quatre allés-retours- à l’embrassade indienne, de magnifiques mandalas, pas mal de Dalh-Bat, de Momos, et de Thé-Masala. (respectivement du Riz-curry avec soupe de lentilles, des raviolis aux légumes et du Thé au lait épicé (cannelle et gingembre je crois)). Des Stupas, des temples, des statues dorées, des milliers de drapeaux de prières colorés flottants dans le vent, melting-pot de Bouddhisme et d’Hindouisme, des moines vous réveillant à 5h par leurs prières et mantras microphoniques et puis des singes, un macaque qui boit à la bouteille, un macaque qui lèche un cornet de glace, des macaques se promenant, pépères, sur les toits à défaut des arbres depuis l’incessante avancée de la ville. Katmandou me branche assez. Et tout autour, ces montages boisées.

A quelques kilomètres de la frénésie de la ville se situe un parc National où, lors d’une journée de randonnée avec un groupe de couchsurfers, je n’arrivai pas à décider si je préférerai voir ou ne pas voir de léopard, j’apercevais des singes noirs et blanc disparaître entre les branches d’immenses arbres et tentais de me tenir à distance des araignées et des sangsues. Au sommet de la montagne, nous contemplâmes un pic enneigé, seul, découpé sur la ligne horizon lors d’une percée nuageuse.

RS Lake in PokharaA Pokhara, je retrouvai une amie rencontré à Yangshuo en Chine autour d’une assiette de Momo, fis une petite virée sur le lac puis grimpai jusqu’au « stupas blanc pour la paix dans le monde » pour une vue privilégiée de l’Himalayas.

Le lendemain je passai la journée à Lumbini, le lieu de naissance de Bouddha Sakyamundi et méditai au pied d’un arbre millénaire.

Adieu Nepal, ou plutôt à bientôt, ce fut court mais intense, ce fut fantastique ! Je reviendrai un jour `pour visiter plus en détail et, qui sait, serai peut être alors en mesure de faire un trek… jusqu’au campement de l’Everest ?

[fsg_gallery id=”12″]

Dali, Shangri-la and The Tiger Leaping Gorge… Last Chinese adventures !

RS Near Dali, YunnanI stayed a little more than two weeks in this beautifuly lost community farm in the mountains of Yunnan to refill with peace and quiet away from the din of the city.  The residents took the opportunity to ask me to give English “lessons” an hour a day for the 14 children of the community . Me? A teacher? That was a first ! Communauty kids in YunnanThe children were aged from 5 to 15 years so it wasn’t easy to find activities suited to their level, but since I personally learned a lot of English through music, I decided, armed with a guitar, to teach them ” You Are My Sunshine ” and ” Hey Jude”… They were absolutely adorable and did great, it was really a cool experience that I will remember for a long time.
I could have easily spent a few more weeks away from the “real world”, but I had to keep in mind the rest of my trip (and my soon-ending Chinese visa.)
So I went to Dali, a city known as a Backpackers refuge, where I hoped to do a little shopping and send a “Birthday gifts package ” to my sisters. While exploring the rainy streets, I “fell” on Alice. She was on an internship in an architectural firm in Shanghai since May and was now spending her last months in China visiting the country before returning to her engineering studies in France. We found ourselves in the same “20 kuay” hostel (ie 2 dollars) and in the evening, after the storm had cut off the power and that we were sharing a candlelit table with Kris (an old Dutchman that had been in china for almost a year) and Patrick (a future German judge – who recently joined Istanbul from Germany within a month of biking – currently visiting China),  the 4 of us we decided to leave the next morning for a “small” hiking in the surrounding mountains.
RS Can you see the Monkey KingIn the morning: it was still raining. Obviously, “the small” mountain hike began with a ”small” ascension. One hour of these stone steps that the Chinese apparently love to build so much, and soon my body reminded me that I had definitely not been very active during the weeks in the community… A little breathless was I, if I may say ! But once the climbing accomplished, the view of the misty waterfalls disappering among tons of greenish rocks – or rocky greens – my condition quickly recovered. The next 7 hours going down in the valley were walked ​​without significant problems, moist but surely pleasant.
Meanwhile waiting for a mini bus to take us back to the hostel, I mechanically stroked the bright green leaves of a bush at the edge of the road before I realized that three of my fingers were covered with tiny red thorns that I hastened to remove … too late. My hand began to swell and stayed itchy for three days. Note to myself : Beware of plants (even if they look innocent ! ) when in unknown territory … Notice that if I had been an ant, it would have been the end of me ! ANYWAY…
RS Tiger leaping gorge Trio !Several hundred kilometers from Dali was a quite poetic site named the Tiger Leaping Gorge. You could supposedly do an incredible trek there. However Patrick informed us that he wanted to go earlier but, after an earthquake in southern Sichuan a week before, the place was temporarily closed to public. The 3 of us, Alice, Patrick and myself, wanting to wait for the reopening – but not too long either! – we questioned the hostel’s receptionist. After a quick phone call, she informed us that the gorges were indeed still closed to public until further notice but that, according to her contact, some tourists were still entering the site, hidden on a local’s mini-bus. The earthquake actually affected a region much northern and the site was out of danger … So be it !
We went to the small village at the entrance where, indeed, we were flunked at the gates. We had to wait a few hours before we found a driver willing to drop us off near an inn in the gorge at an acceptable price. Delighted to be so close, we camouflaged, guffawing behind the seats of the tinted windows van, fingers crossed, like a bunch of kids playing hide and seek… with the Chinese authorities. Ha! A few meters rolling and that was it. Hooray! Fantastic! Not only did we not have to pay the entrance ticket, but the surroundings would also probably be empty of tourists.
Already, the landscape of the Tiger Leaping Gorge was revealing itself to us. A river, a raging muddy torrent between steep sections of rocks on top of which sometimes appeared a snowy summit on a cloudy breakthrough. Rather impressive. Our friendly driver made ​​several stops to allow us to take pictures of the view, and we continued our journey with him singing a few tunes of traditional Chinese music remixed to a techno beat.
RS Misty misty place (Tiger leaping gorge)The following morning, the real fun began. First, we descended into the gorge for an hour of a rather steep and bumpy hike, even passing by a relatively archaic metal ladder cloistered along a piece of rock. Going down, the roar from the tiger became more and more intense and once arrived at the bank, we could hardly hear one another. To reach a rock in the river a suspended pontoon was installed, but the “door” to access it was closed … Nothing more than a small obstacle for the team of adventurers we were then! After a few twists and climbs, we paid the price of this entry by the blood of some nasty scratches and we finally reached the bridge to admire the ferocity of the  stream flow in first class.
Then, of course, we had to go back up. We picked up our bags at the hostel and undertook a long hike back to the entrance village. Several hours up, several hours flat, a little rain, a bowl of noodles, some more flat, some more fog, never-ending mist, waterfalls, a night at a guesthouse, 3 hours of hard climbing, legs that would scream if they could but a splendid view, always. Arrived in a small village, supposedly 1 hour walk from the entrance, we lost our path without realizing it. It was only much later, when the way ended at the edge of a cornfield that we understood our mistake. We backtracked for some time, followed another path that led nowhere either and then we admitted that we were all too exhausted to dare re-starting the ascent to the village where we probably took the wrong way. We could see the river which meant that the road couldn’t be so far away…

RS Chinese House in YunnanNevermind the path ! We decided to ”cut through”. Through cornfields, small woods in muddy, slippery ground populated by giant spiders which, if we didn’t look up, were often ending up right on our face, which caused many falls and as much exclamations, through “field” of rocks and pebbles interspersed with tall grass rolling freely at every of our steps, very steep, often forcing us to slowly, slowly advance on the buttocks, destabilized by our heavy backpacks. If we wanted a little slice of adventure … we were served ! Patrick and I rather laughed about it but Alice not quite, spiders apparently not being her best friends. It is with roars of joy that we finally landed on the tarmac, not kissing it, but almost. We just had to wander in the mountains for 3 hours. We stopped a car to drop us off at the entrance of the village, which was not really far away in the end… We devoured dishes of grilled eggplant, tofu and tomato omelets accompanied, of course, with rice like the hungry bums we were ! Then Alice and I hugged Patrick who went south and the both of us went towards Shangri-la, at the border of Sichuan.
We stopped a bus that happened to be populated by a team of basketball players going to Shangri-la. We had a rather funny journey with these outgoing and crazy players, communicating with the few words of Chinese that Alice knew and sign language… Strange to suddenly be faced by huge and hefty Chinese lads !
Once arrived in the city one of the players walked us to the old town beneath the cold wind from the high altitude and we found a hostel to collapse for a well deserved sleep.

RS Shangri-la  streetShangri-la had a feeling of Tibet, and I realized that I was already at the border of the Himalayas. People had a more coppery complexion, due to the harsh climate. There was Buddhist temples, stupas squares, and prayer flags hanging everywhere. Alice and I stayed there a few nights wandering the small and quiet streets then she flew to Shanghai and I headed North to the Sichuan region, reputed to almost be more Tibetan than Tibet since the Chinese invasion … Impossible indeed to travel freely in the Tibetan region, you need a special permit, to be part of a group with a guide and to pay the price. I prefered to go directly to Nepal, Tibet will be for another time … Farewell China! It was a real culinar and ocular pleasure. And now: mythical Kathmandu awaits.

[fsg_gallery id=”11″]

RS Near Dali, YunnanJe restais un peu plus de deux semaines dans cette superbe ferme communautaire perdue dans les montagnes du Yunnan à faire le plein de calme et de sérénité loin de la frénésie des villes. On en profita pour me demander de donner des « cours » d’anglais 1 heure par jour aux 14 enfants de la communauté. Moi ? Prof ? Ce fut une première !Communauty kids in Yunnan Les enfants étant agés de 5 à 15 ans ce ne fut pas évident de trouver des activités adaptées à leur niveau mais, ayant moi même beaucoup appris de l’anglais grâce à la musique, je décidais, armée d’une guitare, de leur enseigner « You Are My Sunshine » et « Hey Jude »… Ils furent absolument adorables et se débrouillèrent super bien, ce fut vraiment une très belle expérience dont je me souviendrais longtemps.

J’aurais pu facilement y passer encore quelques semaines, loin du « monde réel », mais il me fallait garder à l’esprit la suite de mon voyage (et mon visa chinois qui prendrais bientôt fin.)

Je me dirigeais donc vers Dali, ville réputée comme étant un refuge de Backpackers, où je pensais pouvoir faire un peu de shopping et envoyer un « colis-cadeaux-anniversaires » à mes frangines. Alors que j’en explorais les rues pluvieuses, je « tombais » sur Alice. Elle était en stage dans un cabinet d’architecture à Shanghai depuis mai et profitait de son dernier mois en Chine pour voir du pays avant de reprendre ses études d’ingénieur à Lille. Nous nous retrouvâmes dans la même auberge « à 20 kuay » (c’est à dire 2 euros et quelques) et le soir venu, après que l’orage ai coupé l’électricité et que nous partageâmes une table éclairée aux bougies avec Kris (un vieil hollandais habitant en chine depuis presque un an) et Patrick (un future juge allemand – ayant récemment rejoins Istanbul depuis l’Allemagne en moins d’un mois de vélo!- actuellement visitant la chine), nous décidâmes de partir tous les 4 le lendemain matin pour une “petite” randonnée dans les montagnes environnantes.

RS Can you see the Monkey KingLe matin venu : il pleuvait toujours. Évidemment, la “petite” randonnée montagnarde commença par une “petite” ascension. Une heure de ces marches de pierre comme les chinois savent si bien les faire, et très vite mon corps me rappela que je n’avais décidément pas été très active durant ces semaines à la communauté… Un poil essoufflée l’Orpheo, si je puis dire ! Mais une fois la montée accomplie, la vue des cascades embrumée perdues entre des tonnes de roches verdies – ou de verdures rocheuses, que sais-je – mon état se remis rapidement. Les 7 heures de descente dans la vallée se firent sans problème notable, humides certes mais très agréables.

En attendant un mini-bus pour nous ramener à l’auberge, je caressai machinalement les feuilles vert-vif d’un buisson au bord de la route avant de me rendre compte que 3 de mes doigts étaient recouverts de minuscules épines rouges que je m’empressai d’enlever…trop tard. Ma main commença à enfler et me démangea trois jours durant. Note à moi même : Se méfier des végétaux (même s’ils ont l’air innocents!) lorsqu’en terre inconnue… Dire que si j’avais été une fourmis, s’en eut été fini de ma vie ! …BREF

RS Tiger leaping gorge Trio !A plusieurs centaines de kilomètres de Dali se trouvait le lieu à l’énoncé fort poétique des Gorges du Saut du Tigre. On pouvait y faire, parait-il, une incroyable randonnée. Cependant Patrick nous informa qu’il avait voulu s’y rendre précédemment mais que, suite à un tremblement de terre au sud du Sichuan, le lieu était momentanément fermé au public. Souhaitant tous les trois, Alice, Patrick et moi-même, attendre sa réouverture – mais pas trop longtemps non plus- nous interrogeâmes la réceptionniste de l’auberge. Après un rapide appel téléphonique, elle nous informa que les gorges étaient en effet toujours fermées au public jusqu’à nouvel ordre mais que, d’après son contact, certains touristes s’y rendaient néanmoins, passant l’entrée cachés dans le mini-bus d’un habitant, le tremblement de terre n’ayant réellement affecté qu’une région plus au nord et le site étant hors de danger… Ainsi soit-il !

Nous nous rendîmes donc vers le petit village de l’entrée où, effectivement, nous fîmes recalés. Nous dûmes attendre quelques heures avant de trouver un chauffeur acceptant de nous déposer près d’une auberge dans les gorges à un prix acceptable. Réjouis d’être si près du but, nous nous camouflâmes en nous esclaffant derrière les sièges de la camionnette aux vitres teintées, croisant les doigts, tels une bande de gosses jouant à cache cache… avec les autorités chinoises. Ha ! Quelques mètres parcourus, et nous étions passés. Hourra ! Fantastique ! Non seulement nous n’avons pas eu de ticket d’entrée à payer, mais en plus les environs seraient probablement vides de touristes.

Déjà, le paysage des Gorges du Saut du Tigre se dévoilait à nos yeux. Un fleuve, un furieux torrent boueux autour duquel escaladaient en pente raide des pans sylvestres et au bout desquels on distinguait parfois un sommet enneigé lors d’une percée nuageuse. Plutôt impressionnant. Notre sympathique chauffeur fit quelques arrêts pour nous permettre de prendre des photos de la vue et nous continuâmes notre route, chantonnant avec lui quelques airs de musique traditionnelle chinoise remixée sur un beat techno.

RS Misty misty place (Tiger leaping gorge)Le lendemain de bon matin, les choses sérieuses commencèrent. D’abord, nous descendîmes dans la gorge durant 1 heure de parcours accidenté plutôt pentu, passant même par une échelle en métal relativement archaïque cloîtrée le long d’un pan de roche. A mesure de notre progression, le rugissement de la gorge du tigre se faisait de plus en plus intense et une fois arrivés sur la rive, s’est à peine si l’on pouvait s’entendre parler. Pour rejoindre un rocher au milieu du fleuve un ponton suspendu avait été installé, mais la « porte » pour y accéder était fermée… Rien de plus qu’une nouvelle petite épreuve pour l’équipe d’aventuriers que nous étions alors ! Après quelques contorsions et escalades, nous payâmes le prix de cette entrée ci par le sang de quelques méchantes égratignures puis nous parvinrent enfin au pont et purent admirer la férocité de l’écoulement du torrent en première classe.

Ensuite, bien sur, il nous fallut remonter. Nous récupérâmes nos sacs à l’auberge puis entreprîmes une longue randonnée pour retourner au village de l’entrée. Plusieurs heures de montée, plusieurs heures de plat en altitude, un peu de pluie, un bol de nouilles, encore du plat, de la brume, beaucoup de brume, une nuit en auberge, 3 dures heures de montée, des jambes qui crieraient au meurtre si elles pouvaient parler mais une vue splendide, toujours. Arrivés dans un petit village, à théoriquement 1 heure de marche de l’entrée, nous perdîmes notre chemin sans nous en rendre compte. Ce n’est que bien plus tard, alors que le chemin pris fin à l’orée d’un champ de maïs que nous comprîmes notre erreur. Nous retroussâmes chemin quelque temps, suivîmes une autre voie qui ne mena nulle part puis nous réalisâmes que nous étions tous les trois bien trop exténués pour oser ré-entreprendre l’ascension jusqu’au village où nous nous étions probablement trompé de chemin. Nous pouvions apercevoir le fleuve ce qui signifiait que la route n’était sans doute pas si loin…

RS Chinese House in YunnanTant pis pour le chemin! Nous décidâmes de couper “a travers”. A travers champs de maïs donc, de petits bosquets au sol boueux et glissant peuplés d’araignées gigantesques qui, si l’on ne regardait pas bien devant soit, se retrouvait souvent en plein sur notre visage, ce qui nous causa maintes chutes et tout autant d’exclamations, a travers des “champs” de roches et de cailloux roulants entrecoupé d’herbes hautes, toujours en pente raide, ce qui nous obligeait bien souvent à lentement, lentement progresser sur les fesses, déstabilisés par nos lourds sac à dos. Si l’on souhaitait encore une petite tranche d’aventure… nous étions servis ! Patrick et moi en rions plutôt, Alice un peu moins, les araignées n’étant apparemment pas ses meilleures amies. C’est avec des rugissements de joie que nous atterrissâmes finalement sur le macadam, ne l’embrassant pas, mais presque. Nous venions d’errer dans la montagne pendant 3 heures. Nous stoppâmes une voiture pour nous déposer au village de l’entrée qui n’était au final vraiment pas très loin… Nous dévorâmes des plats d’aubergine grillées, de tofu et d’omelettes au tomates accompagnés, bien sur, de riz comme des affamés (que nous étions!) puis Alice et moi embrassèrent Patrick qui se rendait vers le sud alors que nous souhaitions nous diriger vers Shangri-la, à la frontière de la région du Sichuan. Nous arrêtâmes un bus qui s’avéra être peuplé d’une équipe de Basketteurs se rendant vers Shangri-la. Le voyage fut plutôt cocasse et les joueurs sociables et loufoques, communiquant grâce aux quelques mots de Chinois d’Alice et au langage de signes… Étrange de soudain se retrouver face à des chinois immenses et baraqués !

Une fois arrivés en ville l’un des joueurs nous dirigea vers la vieille ville, sous le vent glacial de haute altitude, et nous trouvâmes une auberge où nous écrouler pour un sommeil due-ment mérité.

RS Shangri-la  streetShangri-la avait des airs de Tibet, et je réalisai que je me trouvais déjà à la frontière de l’Himalaya. Les gens y avait le teint plus cuivré, du à l’ardeur du climat. On y trouvait des temples bouddhistes, des stupas sur les places, et des drapeau de prières accrochés un peu partout. Alice et moi y restâmes quelques nuits à parcourir les petites rues tranquilles puis elle pris un avion pour Shanghai et je me dirigeais vers le Nord et la région du Sichuan, réputée pour être presque plus tibétaine que le Tibet depuis l’invasion chinoise… Impossible en effet de se rendre librement dans la région tibétaine, il vous faut un permis spécial, faire partie d’un groupe avec un guide et en payer le prix fort. Je préférais donc me rendre directement au Nepal, le Tibet sera pour autre autre fois… Adieu la chine ! Ce fut un vrai plaisir oculaire et culinaire. Maintenant : en route vers la mythique Katmandou.

[fsg_gallery id=”11″]

Hunan, Guizhou, Guangxi and Yunnan Provinces: My journey in south-west China.

RS Fenghuang 2To reach Zhangjiajie, the closest city from the famous Wulingyuan National Park, I spent about 15 hours sitting in the third class of a slowly but surely racing train across China. Whenever I claim wanting to book the third class (or “hard seat”) for trips longer than 10 hours, mainly at night, people look at me with wide eyes. “You’re sure?” …”Of course I’m sure!” Okay, the two rows of seats around a small table that is shared betwin four or six people are not the most comfortable I’ve ever seen. Sure, the blinding light stays on all night long. Right, the number of passengers talking (including those whom do not have a seat and are standing or squatting in the aisles and around the stinky toilets) added to the smartphones’ music product a noise level sometimes almost unbearable. True, it is not uncommon to have to endure the smoke of a cigarette, some nasty coughing or an air-con either absent or far too strong. But hey, it is the most economical means of transportation in China! Beleive me though, it’s really not as bad as it seems. I can even endure it relatively well thanks to my survival kit: ear plugs / inflatable pillow / sleeping bag-cocoon … and a lot to read. Right now, Im using the spare time to write this article. And I often come across friendly neighbors: we share our food, play cards, try a tiny conversation.

RS Rice terraces in BashaOnce I stepped into the region of Hunan, the scenery became much greener, more mountainous, beautiful. This ubiquitous greenery wouldn’t disappear all along my exploration of the Southwest regions. The Wulingyuan National Park was no exception. It is known for having been James Cameron´s inspiration for the floating islands of Pandora in his movie Avatar and although the truth of this rumor is more than doubtful, I quickly understood why one could be mistaken. The erosion phenomenon that created these peaky rock formations is quite stunning. Why, here rather than anywhere else, such a surreal rendering? The magic of the place is conducive to the imagination and it would seldom be surprising to see fairies, genies or dragons suddenly emerge on the horizon.

Obviously, such a spectacular spot does not remains unknown, and the “National Park” isn’t too far from turning into “Amusement Park.” Everything has been installed, organized, signalised to welcome trouble-free the hordes of tourists, mostly Chinese, whom come through the doors each day and flickers on each and every part of this immense park thanks to the coming and going of the countless buses. A well oiled machinery. The admission is valid for 3 days and in the evening most visitors return to Zhangjiajie to spend the night. However, I found a little hostel inside the park and therefore spent four days and three nights in total immersion, climbing and descending thousands of steps, meeting some quite strange bugs and trying, with great difficulty, to get away from the signposted trails, beaten and beaten again by the soles of thousands of daily visitors.

I then went a little further south to the center of Fenghuang, where beautiful old buildings on stilts and ancient bridges framed the river. I had caught a bad cold because of the air conditioning in the hostel so I took a little rest in this charming town for a short week, waking up every morning marveled by the enchanting view of the river.

RS Old men chilling in ZhaoxingFor my next stop, I decided to venture into smaller villages in the region of Ghuizou. According to wikipedia, the Ghuizou Province is known for not having 3 penny in its pocket, 3 patch of arable land nor 3 days of sunshine per year. Super …! I must have been lucky since it did not rain at all during the week I was there, and I ate as well as anywhere else. It is true though that the region seemed poorer than the ones I had previously visited, but mass tourism had, however, already appeared. I went to Basha, a small village of Tang minority where men and women still wore traditional clothes and were living of agriculture in stilts houses completely wooden built except for the tile roofs.

A few hundred miles away, I encountered the Dong minority village of Zhaoxing. A secluded place where time seemed to have lapse … Well, almost. In the recent years, the villagers watch arrivals of tourists groups in search for authenticity and began to develop a business in accordance. During my visit, the streets of Zhaoxing were in full renovation, cultivating a “neo-old” look, filled with boutiques of traditional (or not) jewelery, guesthouses and Western-like restaurants, as it now seems be the case almost everywhere in China, unfortunately…? I have to admit that it did not prevent me from admiring the somewhat folkloric charm of the village and in a corner of my mind there was this little voice reminding me that I also was, after all, one of these god damned tourists.

The famous town of Yangshuo quite obviously made no exception to the rule. Site of inspiration for many Chinese artists and poets, it is on the classic “Beijing-Xian-Shanghai-Yangshuo” tour and even had a wide pedestrian walkway called “West Street” including everything a tourist might need (or might think needing). Anyway, the surrounding Sugarloaf mountains makes it really worth a visit: perfect place for cycling, hiking and swimming in the Li River. There I even experienced the first Karaoke session of my life! Two Irish, two British, one Australian, one American, as many different English accents breaking their voices down and a Chinese dude questioning the identity of Lady Gaga made it quite an interesting experience.

RS Wulingyuan national park 3Time passes, as usual, the sun never ends burning, there is more rice than one could dream of and the internet flow is worse than ever. (understand here my excuse for the delay of this article… Ehum.) I arrived about a week ago in the region of Yunnan, where I was greeted by the smiling residents of a beautiful eco-farm community. I might crash there a while to -among other things- pick up a few beans and learn how to make noodles, happily lost in the middle of nowhere. Chillax.

 

 

 

[fsg_gallery id=”10″]

RS Fenghuang 2Pour rejoindre Zhangjiajie, la ville la plus proche du célèbre Parc National de Wulingyuan, je passai 15 heures assise en troisième classe d’un train filant lentement mais sûrement à travers la Chine. A chaque fois que j’affirme vouloir prendre la troisième classe ou « hard seat » pour des trajets de plus de 10 heures, souvent de nuit, on me regarde avec des yeux ronds. « T’es sure ? » « Bien sur que je suis sure ! » D’accord, les deux rangées de banquettes autour d’une petite table que l’on partage à quatre ou six ne sont pas des plus confortable que je connaisse. Certes, la lumière aveuglante reste allumée toute la nuit. Okay, le nombre de passagers qui discutent (en incluant ceux qui n’ont pas de place assise et se trouvent debout ou accroupis dans les allées et autour des toilettes odorantes) ajouté aux smartphones et à la « musique d’ambiance » du train produit un volume sonore parfois à la limite du supportable. Enfin, c’est vrai, il n’est pas rare de devoir endurer la fumée d’une cigarette, quelques crachats ou une climatisation soit absente, soit trop poussée. Mais, heh, est le moyen de transport le plus économique en chine ! Je vous rassure, ce n’est vraiment pas aussi terrible que cela en à l’air. Je le supporte même relativement correctement grâce à mon kit de survie: Bouchons pour oreilles / oreiller gonflable / sac de couchage-coccon… et beaucoup de lecture. Là tout de suite, j’en profite même pour peaufiner cet article. Souvent, je tombe sur des voisins sympathiques : on partage nos provisions, joue aux cartes, tente un semblant de discussion.

RS Rice terraces in BashaUne fois entrée dans la région du Hunan, les paysages devinrent plus verts, plus montagneux, magnifiques. Cette verdure omniprésente ne me quittera pas tout du long de mon exploration des régions du Sud-Ouest. Le parc naturel de Wulingyuan ne fit pas exception. Il a pour réputation d’avoir été l’inspiration de James Cameron pour les îles flottantes de Pandora dans son film Avatar et bien que la véracité de cette rumeur soit plus que douteuse, je compris rapidement que l’on pu s’y méprendre. Le phénomène d’érosion à l’origine de ses formations rocheuses en pic y est bluffant. Pourquoi, à cet endroit plus qu’un autre, un rendu si surréaliste ? La magie de l’endroit est propice à l’imagination et l’on ne s’étonnerait presque pas de voir des fées, génies et autres dragons soudain surgir à l’horizon. Évidemment, un endroit si spectaculaire ne demeure pas inconnu, et le « parc naturel » prend vite des airs de « parc d’attraction ». Tout à été installé, organisé, fléché pour un accueil sans vagues des hordes de touristes, principalement chinois, qui en franchissent les portes chaque jours et vacillent de part et d’autres de cet immense parc à l’aide de l’allée et venu des mini-bus. L’entrée est valable pour 3 jours et plupart des visiteurs retournent à Zhangjiajie le soir venu pour y passer la nuit. Je trouvai cependant une auberge de jeunesse à l’intérieur du parc et passai donc quatre jours et trois nuits en total immersion, montai et descendais des milliers de marches, rencontrai des insectes étranges et tentai, avec grande difficulté, de m’éloigner des sentiers signalisés, battus et rebattus par les semelles des milliers de visiteurs journaliers. Je me rendis ensuite un peu plus au sud, vers le centre-ville de Fenghuang, ou de superbes vieilles bâtisses sur pilotis encadraient un fleuve traversé par d’antiques ponts. J’avais attrapé un mauvais rhume à cause de la climatisation dans l’auberge et je me reposai donc dans cette jolie ville une petite semaine, m’émerveillant chaque matin de la vue enchanteresse du fleuve. Pour la prochaine étape, je décidai de m’aventurer dans de plus petits villages dans la région du Ghuizou. Selon wikipedia, le Ghuizou est connu pour ne pas avoir 3 sous en poche, 3 lopin de terre cultivable et 3 jours de beau temps par an. … super ! Je devais être bien tombé puisse qu’il ne plut pas du tout durant la semaine où je m’y trouvai, et j’y mangeai aussi bien qu’ailleurs. Il est vrai que la région avait l’air un peu plus pauvre que celles que j’avais visitées auparavant, mais le tourisme de masse y avait néanmoins déjà fait son apparition. Je me rendis à Basha, un tout petit village de minorité Tang ou les hommes et les femmes portaient encore quotidiennement un costume traditionnel et vivaient de l’agriculture dans des maisons en pilotis complètement construites en bois à l’exception des toits de tuiles. A quelques centaines de kilomètres de là, le village Zhaoxing de la minorité des Dong. Un endroit reclus ou l’écoulement du temps semblait s’être arrêté… Ou presque. Ces dernières années, les villageois ont vu arriver des groupes de touristes en quête d’authenticité et ont commencé à développer un business en concordance.

RS Old men chilling in ZhaoxingLors de ma venue, les rues de Zhaoxing étaient en pleine rénovation, se cultivant un look « neo-ancien », parsemées de boutiques de vêtements et bijoux traditionnels (ou pas), de guesthouses et de restaurants au menus occidentaux, comme cela semble maintenant être le cas presque partout en Chine… Malheureusement ? Cette constatation ne m’empêchai pas d’admirer le charme pittoresque du village et je gardai encré dans un coin de ma tête le fait que j’étais moi aussi, après tout, l’une de ces sacrés touristes. La célèbre ville de Yangshuo ne fit bien sur pas exception à la règle. Lieu d’inspiration de nombreux artistes et poètes Chinois, elle figure sur le circuit touristique classique « Pékin-Xian-Shangai-Yangshuo » et comprends même une grande allée piétonne appelée « Rue occidentale » comprenant tout ce dont le touriste-lambda pourrait avoir besoin (ou non). Les montagnes environnantes en pain de sucre valaient tout de même vraiment le détour : un endroit parfait pour balades à vélo et baignades dans la rivière Li. J’y ai même expérimenté la première séance Karaoke de ma vie ! Deux irlandaises, deux anglais, une australienne, une américaine, autant d’accents différents se cassant la voix et un chinois se questionnant sur l’identité de Lady Gaga.

RS Wulingyuan national park 3Le temps s’écoule, comme à son habitude, le soleil n’en fini pas de cogner, le riz coule à flot et le débit d’internet est pire que jamais. (Comprendre ici la raison du retard de cet article… humhum) Me voici arrivée depuis quelques jours dans la région du Yunnan ou j’ai été accueillie par les résidents souriants d’une ferme communautaire écolo. Je pense y rester quelque temps pour, entre autres, récolter deux trois haricots et apprendre à faire des nouilles, paumée au milieu de nulle part. Normal quoi.

 

 

[fsg_gallery id=”10″]

Chinaaaaaaaaaaah ! First Impressions.

old pingyao streetsSorry it took so long to give you news … but it is sometimes hard to write on a moving planet! Hehehe.

I was welcomed in China by a group of Dinosaurs (… statues of Dinosaurs) scattered on both sides of the road just after the Mongolian border. When I arrived in the first city, Hohhot, barely out of the bus and making my first steps in the main street a small giggle crisis inadvertently took me. My senses were besieged by these great colorful characters plastered everywhere, the fruit stands, strange octopus or chicken feet skewers, the smiles and surprised looks that I produced on my way, the choking noises and the throbbing heat. China! Holy cow ! The road and my feet had eventually brought me to China. Alright.

street food in muslim street Xi'anI was amused to see that a single attempt of conversation with a taxi driver could gather a small group of onlookers around us, attending the scene with curiosity as if it were some street show. I quickly came to realize that China really was a world apart with a completely different culture and that the language of signs and imitations that was helping me well so far had suddenly become incomprehensible. So I got used to walk around with my little “images guide” and a notebook with a few key phrases written in with Chinese characters by the first couchsurfer I met there. I was super excited by the varied, fairly healthy and very cheap food after one month spent in Mongolia … where it was just the opposite. Here: cucumbers, spinach, mushrooms and tofu aplenty, all cooked in a wok with chili soy sauce served with a bowl of sticky rice and watermelon juice. I practiced using chopsticks.

As you probably know, China is a rather large country. Even with a 3-month visa I knew I would be able to explore only parts of it. So I decided to focus on the southwest, getting there by bus and train from Inner Mongolia and making several stops on my way while avoiding the East Coast and its megacities.
giant statue yunyangI began this Chinese journey with the city of Datong, its city center was in full reconstruction in order give it a (fake) old style and attract more tourists. One hour away from town ranged the Buddhist caves of Yunyang, where statues of Buddhas, Bodhisattvas and deities of Indian inspiration had been dug in the sand of a rocky mountain around 1600 years ago. Some of the statues were over 15 meters and it was a profoundly impressive place.

Then I reached a very old and very small village carved into hills near the Yellow River of which most of the population had long since migrated to the comfort of a city with running water and now only older people lived there. I got refilled with calm and serenity, facing an incredible scenery. Then I went to Pingyao, of which the well-preserved city center has undergone little changes since the Ming Dynasty and gave an idea of ​​what would have been a Chinese city about 400 years ago.

cave dwellings village with yellow river viewsXi’an and its famous terracotta warriors where also a place I really want to stop by on my way. I was lucky enough to be hosted there by a lovely couchsurfer … One of my favorite things about couchsurfing is that, although you can dissect the profile of a member, you never really know in advance what their place is gonna be like. Of course, as long as I have a roof over my head, the place does not matter so much. I happened to be staying in real “travelers squats” with sleeping bags spread over every inch of floor or in a hammock in the 20th floor of a Muscovite tower, on the floor of apartments without running water or electricity or else in a deserted villa on a peninsula on the Nile… When Mohan opened the door of her house, I had the intuition that I would be treated like a princess. Her mother greeted me with a big smile in her Rococo-like living room while Mohan handed me a cup of rose tea with honey and offered me plate of juicy peaches. She told me I could stay as long as I wanted and I happily took this advantage to have a break and recharge my batteries a little after this first trimester of travel toward the sunrise. Small yoga sessions and long reading sessions were shedduled during this week, interspersed with very good food and equally good discussions about France and China with Mohan and her family.

sitting terracota warriorDespite the very different customs (and sometimes somewhat … surprising! for us westerners), very fragrant squatting public toilets whose walls are often a series of low walls without doors, throat clearing before spitting that take you by surprise, the ubiquitous full volume music and busy telephone discussions, cigarettes lit on buses or trains or anywhere and such, I smile or groan inwardly and continue to rejoice to the warm, welcoming and engaging Chinese people, delighted to see a foreign face, often generous and ready to mutual aid beyond the language barrier.

Next step: The Zhangjiajie Natural Park in Hunan Province and its landscapes worthy of Avatar’s Pendora, and I promise you this time I will not let nearly a month pass before I give you some more details!

[fsg_gallery id=”9″]

old pingyao streetsDésolée d’avoir mis autant de temps à donner de mes nouvelles… mais ce n’est pas si évident d’écrire sur une planète en mouvement ! Hehehe.

J’ai été accueilli en Chine par une troupe de Dinosaures (…de statues de Dinosaures) parsemés de part et d’autre de la route juste après la frontière Mongole. Lors de mon arrivée dans la première ville, Hohhot, à peine sortie du bus et faisant mes premiers pas dans la rue principale une petite crise de gloussements me pris par inadvertance. Mes sens furent assiégés par ces grands caractères colorés placardés partout, ces stands de fruits, de brochettes étranges de poulpe ou de pieds de poules, ces sourires et regards étonnés que je produisais sur mon passage, ces bruits suffocants et cette chaleur lancinante. La Chine ! Sacré nom d’une pipe ! La route et mes pieds avaient fini par m’amener jusqu’en Chine. Alright.

street food in muslim street Xi'anJ’étais amusée de voir qu’une simple tentative de conversation avec un chauffeur de taxi pouvait rassembler un petite troupe de badauds autours de nous, assistant à la scène avec curiosité comme s’il s’agissait d’un spectacle de rue. Très vite je me suis rendu compte que la Chine était un monde à part avec une culture complètement différente et que le langage de signes et d’imitations qui ne me réussissait pas trop mal jusqu’ici était soudain devenu incompréhensible. J’ai donc pris l’habitude de me promener avec mon livre d’illustrations ainsi qu’un carnet avec quelques phrases clés écrites en caractères chinois par ma première rencontre couchsurfeuse. Je me réjouissais de la nourriture très variée, plutôt saine et très bon marché après 1 mois passé en Mongolie … où c’était tout le contraire. Ici: concombres, épinards, champignons et tofu à profusion, le tout cuisiné en wok avec une sauce soja pimentée et servi avec un bol de riz collant et un jus de pastèque. Je m’entrainai au maniement des baguettes.

Comme vous le savez sans doute, la Chine est un pays relativement grand. Même avec un visa de 3 mois je savais ne pouvoir en explorer qu’une partie. Je décidai donc de privilégier le sud-ouest, m’y rendant en bus et train depuis la Mongolie intérieure en faisant plusieurs arrêts, tout en évitant la cote Est et ses mégalopoles.
giant statue yunyangJe commençai donc ce périple chinois par la ville de Datong, dont le centre ville était en complète reconstruction afin lui donner un (faux) style ancien et attirer plus de touristes. A 1h de la ville se situaient les grottes bouddhistes de Yunyang, où des statues de Bouddhas, Bodhisattva et de déité d’inspiration Indienne avaient été creusées dans le sable rocheux d’une montagne il y a environs 1600 ans. Certaines de ses statues mesuraient plus de 15 mètres et c’était un endroit vraiment impressionnant.
Je me rendais ensuite dans un très ancien et tout petit village creusé dans les collines près du Fleuve Jaune dont la plupart de la population avait depuis longtemps migré vers le confort d’une ville offrant l’eau courante et qui n’était maintenant peuplé que de vieilles gens. J’y fis le plein de calme et de sérénité face à d’incroyables paysages. Puis à Pingyao, dont le centre ville très bien conservée n’a subit que peu de changement depuis la dynastie Ming et donnait une idée de ce que devait être une ville chinoise il y a 400 ans.

cave dwellings village with yellow river viewsJe me devais de faire un tour du coté de chez Xi’an afin de voir les célèbres guerriers en terre cuite. J’eus la chance d’y être hébergée par une adorable couchsurfeuse… Une des choses que je préfère avec couchsurfing c’est que, bien que l’on puisse décortiquer le profil d’un membre, on ne sait jamais vraiment à l’avance là ou l’on va tomber. Bien sur, tant que j’ai un toit au dessus de ma tête l’endroit ne m’importe pas tellement. Il m’est arrivé de dormir dans de véritables «squats pour voyageurs» avec des sacs de couchages étalés sur chaque centimètre de plancher ou bien dans un hamac au 20ième étage d’une tour Moscovite, dans une villa déserte sur une péninsule sur le Nil ou encore à même le sol dans des appartements sans eau ni électricité. Quand Mohan m’ouvrit la porte de chez elle, j’eus l’intuition que j’y serait traitée comme une princesse. Sa mère m’accueillit avec un grand sourire dans son salon aux allures Rococo tandis que Mohan me mis une tasse de thé à la rose et au miel entre les mains et m’offrit un plateau de pêches juteuses. Elle me dit que je pouvais rester aussi longtemps que je le souhaitais et j’en profitai allègrement afin de faire une pause pour me ressourcer un peu après ce premier trimestre de voyage vers le soleil levant. Petites séances de Yoga et longues séances de lecture furent au programme durant cette semaine, entrecoupées par de très bons repas et toutes aussi bonnes discussions sur la France et la Chine avec Mohan et sa famille.

sitting terracota warriorMalgré les coutumes bien différentes (et parfois quelque peu … surprenantes ! pour nous autres occidentaux), les toilettes publiques « à la turque » très odorantes dont les murs ne sont bien souvent qu’une succession de murets bas sans portes, les raclements de gorge précédents un crachat qui vous prennent par surprise, la musique à plein volume omniprésente et les discussions téléphoniques animées, les cigarettes allumées dans les bus ou les trains ou n’importe où, les files d’attentes qui prennent des airs de « troupeaux d’attente » où doubler n’est pas un problème, je souris ou râle intérieurement et continu de me réjouir de l’accueil bienveillant et avenant des chinois, ravis de voir un visage étranger, souvent généreux et prêts à l’entre-aide au delà du gouffre de la langue.

Prochaine étape : Le parc Naturel de Zhangjiajie dans la province de Hunan et ses paysages dignes de la Pandora du film Avatar, et je vous promet cette fois ci de ne pas laisser passer presque un mois avant de vous en parler plus en détail !

[fsg_gallery id=”9″]

Karakorum monastery and Horse Riding in Mongolia.

okhron valleyGenghis Khan is a true hero in Mongolia. His face is on every banknote and there are statues of him everywhere. The city that he built as the capital of his empire in the 13 th century, Karakorum, is known for its Buddhist monastery, Erdene Zuu, the oldest still visible one in Mongolia. Its 3 rather well preserved temples are the only remaining ones on the site that originally had about 60 of them. I went to the new adjacent town, Kharkhorin, to visit the monastery and then rent horses and go to the region of the Orkhon River, its lakes and waterfalls, famous to be one of the finest in the country. Upon my arrival in the city of Kharkhorin I knew it would please me much more than the current capital. The absence of high buildings allowed a panoramic view of the mountains surrounding the town and I climbed a hill to get a better view of the wall of the karakorum monestary 7monastery and its kind of small towers called Stupas. In the yellowed grass I was attacked by an army of grasshoppers and crickets, dispersing with each of my steps, beating my legs like a strange rain coming from the ground. At the top, I met a smiling stone turtle. They are protectors circumscribing the enclosure of the ancient city, a symbol of eternity. There remain a few of them and they are still considered sacred: the inhabitants decorate them with small stones and Buddhist scarves.

Meg, a couchsurfer friend from UB, had got me in touch with Toddkhuslen (meaning “clear wish”), Mongolian teenager who could let me three horses (one for me, one for him, one for our bags, water and food) for 9000 tugriks per horse per day. It was a long day of riding until my young guide and myself reached the campsite of his parents near the waterfalls (dried at this season) of the Orkhon River. There was a “kitchen” ger with a stove/heater, two beds and a small black and white TV connected to a battery. Another ger probably served as bedroom for my guide, his parents, his two sisters and little brother. A bit further, three gers each with 5 beds and a stove were reserved for Mongolian and foreign tourists. In the kitchen, which was the common room, the kids were playing on the floor with dozens of vertebrae bones of sheep a traditional Mongolian game: Shagai, kind of ossicles, the rules are somewhat a mix between Mikado and marbles.

mongolia lake horsesThe next day we went, still on horseback, to the region of the 8 lakes. We crossed steppes populated with herds of yaks, goats, sheep, horses and a small pine mountain. Once we got near one of the lakes we spent the night in another camp. I met a group of four tourists: two Americans, one Canadian and one German. Our hosts prepared a typical Mongolian dish of flat noodles, some vegetables and yak meat. Mongolian food is not so varied and very rich. Almost all the dishes are meaty (mutton or yak) with milk, eggs and wheat or rice, dumplings or soups. Fruits and vegetables are rare and rather expensive as imported. Harald, the German guy, being a vegetarian as well, they foresaw a meatless version and I shared a meal with them for 2000 tugriks.
In the morning my guide charged the wearer horse again and we set out back to the camp of his parents for one last night before returning to Kharkhorin. From the first day of horseback my buttocks, thighs and calves made me suffer greatly and gave me a lame duck walk. After the 4th day of trek, I was a nothing but shapeless, painful mass yet somehow still moving. It took me several days to get over it! When I think that I had originally planned to leave for two or three weeks on horseback… I probably wouldn’t have survived … or at least my posterior! But these four days were really a great experience that I will remember for a long time. Alone (or almost, my guide was often far ahead of me and did not speak a word of English) facing the incredible Mongolian landscapes and talking with (or, actually, talking to) my new equine friend! Mongolians do not name their animals so I just called him “Dude”.

But I had to leave Dude, go back to UB, get my passport. And go on a new adventure: on my way to China! This journey to the east is on pause for a few months: lets head south from now on.

(I meant to put on many more pictures to illustrate this post but they happen to be impossible to upload with this poor connection…)

[fsg_gallery id=”8″]

okhron valleyGenghis Khan est un vrai héro en Mongolie. On trouve son visage sur chaque billet de banque et des statues de lui un peu partout. La ville qu’il construit comme capitale de son empire au 13ieme siècle, Karakorum, est connue pour son monastère bouddhiste, Erdene Zuu, le plus ancien encore visible en Mongolie. Ses 3 temples plutôt bien conservés sont les seuls restant sur ce site qui en avait à l’origine environ 60. Je me rendis dans la nouvelle ville adjacente, Kharkhorin, pour visiter ce monastère et ensuite louer des chevaux et me rendre dans la région du fleuve Orkhon, ses lacs et ses cascades, célèbre comme étant l’une des plus belles du pays. Dès mon arrivée dans la ville de Kharkhorin je su karakorum monestary 7qu’elle me plairais d’avantage que l’actuelle capitale. L’absence de très haut buildings permettait une vue panoramique des montagnes entourant la petite ville et je grimpai une colline pour avoir une meilleure vue des remparts du monastère et ces genres de petites tours appelées Stupas. Dans l’herbe jaunie je fus confrontée à une armée de sauterelles et de criquets, se dispersant à chacun de mes pas en me fouettant les jambes comme une étrange pluie venue du sol. Au sommet, je rencontrais une tortue de pierre souriante. Il s’agit de protecteurs qui délimitaient l’enceinte de l’ancienne ville, symbole d’éternité. Il en reste quelques unes et elles sont encore considérées comme sacrées: les habitants y déposent de petits cailloux et des foulards bouddhistes.

Meg, une amie couchsurfeuse à UB, m’avait mis en contact avec Toddkhuslen (ce qui signifie “un souhait clair”), adolescent mongol qui pouvait me louer 3 chevaux (un pour moi, un pour lui, un pour nos sacs, eau et nourriture) pour 9000 tughriks par cheval par jour. Il fallut une longue journée d’équitation à mon jeune guide et moi-même pour rejoindre le campement de ses parents près des cascades (asséchées à cette saison) du fleuve Orkhon. Il y avait un ger « cuisine » avec un un poêle en guise de gazinière-chauffage, deux lits et une petite télé en noir et blanc branchée sur une batterie. Un autre ger servait vraisemblablement de chambre à mon guide, ses parents, ses 2 sœurs et son petit frère. Un peu plus loin, trois gers avec chacun 5 lits et un poêle étaient réservés au touristes mongoles ou étrangers de passage. Dans la cuisine, pièce commune, les enfants jouaient par terre avec des dizaines d’os de vertèbres de moutons à un jeu traditionnel mongol : Shagai, des osselets dont les règles sont un genre de mixe entre mikado et billes.

mongolia lake horsesLe lendemain nous nous rendîmes, toujours à cheval, vers la région des 8 lacs. Nous traversâmes des steppes peuplées de troupeaux de yaks, de chèvres et moutons ou de hordes de chevaux puis une petite montagne de pins. Une fois arrivés près de l’un des lacs nous passâmes la nuit dans un autre campement. J’y rencontrai un groupe de 4 touristes : 2 américains, 1 canadiens et 1 allemands. Nos hôtes préparèrent un plat mongole typique à base de nouilles plates, de quelques légumes et de viande de yak. La nourriture mongole est peu variée et très riche. Presque tous les plats sont à base de viande (de mouton ou de yak) de lait, d’oeufs et de blé ou de riz, en beignets ou soupes. Les fruits et légumes sont assez rares et plutôt chers car importés. Harald, l’allemand, étant végétarien lui aussi, ils prévirent une version sans viande et je partageais leur repas pour 2000 tughriks.
Au petit matin mon guide chargea à nouveau le cheval porteur et nous repartîmes vers le campement de ses parents pour une dernière nuit avant de rentrer à Kharkhorin. Dès le premier jour de cheval mes fesses, cuisses et mollets me firent grandement souffrir et me donnèrent une démarche de canard boiteux. Au bout du 4ième jour de trek, je n’étais plus qu’une masse informe douloureuse… pourtant mouvante tant bien que mal. Il me fallut plusieurs jours pour m’en remettre ! Et dire que j’avais prévu initialement de partir pour 2 ou 3 semaines à cheval. Je n’y aurait probablement pas survécu… ou du moins mon postérieur ! Mais ces 4 jours furent vraiment une très belle expérience dont je me souviendrai longtemps. Seule (ou presque, mon guide étant souvent loin devant moi et ne parlant pas un mot d’anglais) face aux incroyables paysages mongols et discutant (enfin, monologuant) avec mon nouvel ami équin ! Les mongols ne nomment jamais leurs animaux alors je l’appelai juste « Dude ».
Mais je du quitter Dude, rentrer à UB, récupérer mon passeport. Et partir pour une nouvelle aventure: en route vers la Chine ! Le voyage vers l’est est sur Pause pour quelques mois : cap vers le sud à présent.

(Je voulais mettre beaucoup plus de photo pour illustrer cet article mais elles sont impossible à mettre en ligne avec la connexion pourrie dont je dispose…)

[fsg_gallery id=”8″]

Baikal Lake – Ulan-Ude to Ulaan-Baatar, and the Gobi Desert

baikal lakeI ended up getting a Mongolian visa with the help of Simon, my French couchsurfer in Ulan-Ude and I only had a few days left before the end of my Russian visa. I hadn’t been near the Baikal lake yet and I had to stay there a little shorter than I would have first liked. Dora, the Russian girlfriend of Simon, helped me to find a guesthouse in the middle of nowhere for a night …on the shores of the Baikal!

The mini-bus that I took quickly left the outskirts of Ulan-Ude for the hilly countryside of the surroundings and set me three hours later on a desert sand road at the intersection of a small alley sinking into the forest. At the far end was the lake. Primary source of the world’s freshwater and deepest lake, Lake Baikal looks like an unsalted sea. I could barely see the mountains on the opposite bank in the fog, and it was suddenly really much colder. I wandered on the shore waiting for sunset, meditated a moment and even took a sip of water from the lake, just for the sake of it.

[fsg_gallery id=”5″]

When finally time came for me to leave Russia, I took another mini-bus in the early morning to the last Russian town before the border and then a taxi to it. There, I stopped a car to cross the border, as it was not possible to do so on foot. The controls didn’t cause any problems but my driver and I still spent over an hour there. Once in Mongolia, the driver dropped me off and I took yet another mini-bus to the capital: Ulaanbaatar, here I am!

camels in gobi desertI was immediately marked by the benevolence of the Mongols, by their warm laughter in contrast with the apparent coldness of the Russians, and by the vastness of the completely deserted landscapes for hundreds of kilometers. We cruised only a dozen cars in 6 hours on the road and yet it was one of the busiest in the country! A bitumen road as well, which is very rare in Mongolia. The driver took this opportunity to drive over 140km / h, which, I have to say, freaked me out a little. Sometimes he would slow down to let the cows or horses whom squatted the roadsides pass. In the distance, a few Gers (yurts) here and there, scattered, and sometimes a small Buddhist monastery atop a grassy hill.

We finally arrived in Ulaanbaatar and my enthusiasm sank a little. A Big City of course: traffic, concrete, dust and horns. I spent the next two weeks preparing for my Chinese visa. I thought it would need a week only, but the list of necessary documents had recently changed and I needed an invitation from someone living in China. I therefore had to wait for my invitation before deposing my request to the consulate and it was open only three days a week … I alternated couchsurfers and guesthouses, walked around town, searched information for the rest of the trip and read quite a lot.

bus to dalanzadgadAfter eventually leaving my passport at the consulate, I met two rather fun Frenchies: Cindy and Morgan, whom just had, each on their sides, worked and traveled in Australia and Southeast Asia for the last year and a half. They were going to the south and the Gobi Desert by bus and wanted to rent a car with driver on the spot without going through an agency, so I decided to follow them. Most tourists are spending what seem to me an excessive amount for “all inclusive” tours with driver and English speaking guides. Indeed, Mongolia isn’t the most “independent traveler-friendly” country because almost none of the cities are linked together by public transport: you almost always have to pass by Ulaanbaatar or else rent a car but gasoline, mainly coming from Russia, is quite expensive, the distances very large and the roads in very poor conditions. However, if you’re somewhat resourceful, it is not complicated to get to the desired area and negotiate a fair price with the locals to rent a car or a horse, arrange to buy enough food and water in advance and go wild camping or spend a night in a ger for a few thousand tughriks. (1$ = 1437 tughriks).

bus to dalandzadgadThe ride to Dalanzadgad wasn’t the most comfortable, really. Cindy and Morgan had bought their tickets the previous day, but because I decided to join them at the last minute, I arrived at the bus station without the assurance of an available spot. Indeed: there were none. Though they let me get on all the same and I sat on a cardboard box in the aisle, itself already full of luggage and boxes. The road not frankly being one we were quite shaken. It reminded me the climbing to the alpinist camp in the Altai with the old Soviet truck and Cindy was shouting at me through the bus “This is a giant washing machine! “… of which we were the battered clothes. Less water and soap, though. After 6 hours we stopped in a strayed canteen to eat and a passenger asked me to exchange places with him. No worries! My buttocks were glad, but I quickly realised his motivation: my neighbor, a relatively stout and smelly woman was crushing me against the glass. The night eventually fall, but despite the beautiful sunset in the desert, it was a living hell: Being slightly claustrophobic around the edges, it was totally impossible for me to move an inch. Fatigue was rising but, shaken like apples on an apple tree during a storm, I do not see how anyone could have been able to sleep even only 2 minutes.

bayanzac clif gobi desertOnce arrived, around 6 am, Cindy and I slept little on a bench while Morgan, motivated, was already discussing with the drivers around. He found a worthy lad and we arranged a 3 days circuit between 3 key areas of the Gobi desert. To my great regret, we did not discover any dinosaur fossils yet spent a wonderful time exploring canyons, rocky formations and giant dunes interspersed with hundreds of miles of pebbly desert and 2 cool nights in a tent. I think the pictures speak for themselves.

hongoryn els dunes gobi desert 2Returning to UB (you be? .. The intimate nickname for Ulaanbaatar used by its English-speaking residents) we took the bus in the morning and despite the 15-hour trip, it was much more tolerable than the sleepless night we had on our way. I had a week left before having to get my passport back with, I hope, a Chinese visa inside, so I spent only a day of rest in UB before leaving alone for a horseback adventure… I will tell you about it in a coming soon new article !

[fsg_gallery id=”7″]

baikal lake      J’avais fini par obtenir un visa mongol avec l’aide de Simon, mon couchsurfer français à Oulan-oude et il ne me restait plus que quelques jours avant la fin de mon visa Russe. Ne m’étant toujours pas arrêtée au Lac Baikal, je devais donc y passer un peu plus rapidement que je ne l’aurais souhaité. Dora, la petite amie russe de Simon, m’aida à trouver une chambre d’hote au milieu de nulle part pour passer une nuit sur les rives du Baïkal.

Le mini-bus que je pris quitta vite la banlieue d’Oulan-Oude pour la campagne vallonnée de ses alentours et me déposa 3 heures plus tard sur un chemin de sable désert, à intersection d’une petite allée s’enfonçant dans la forêt. Tout au bout se trouvait le lac. Première source d’eau douce du monde ainsi que lac le plus profond, le Baïkal à tout l’air d’une mer (…sans sel!). J’apercevais à peine les montagnes dans le brouillard sur la rive opposée, et il faisait soudainement vraiment beaucoup plus froid. Je me baladai sur la rive en attendant le coucher du soleil, méditai un instant et bu même une gorgée d’eau du lac pour la forme.

[fsg_gallery id=”5″]

Lorsque fut finalement venu le moment de quitter la Russie, je pris un autre mini-bus au petit matin pour la dernière ville Russe avant la frontière puis un taxi jusqu’à celle-ci. Là, je stoppai une voiture afin de passer la frontière, étant donné qu’il n’était pas possible de le faire à pied. Les contrôles ne posèrent pas de problèmes mais mon conducteur et moi y passèrent tout de même plus d´une heure. Une fois passés en Mongolie, le conducteur me déposai et je pris un énième mini-bus vers la capitale : Oulan-Bator, me voici !

camels in gobi desertJe fus tout de suite marquée par la bienveillance des mongols, par leurs rires chaleureux contrastant avec l´apparente froideur des russes, ainsi que par l’immensité des paysages complètement déserts sur des centaines de kilomètres. Nous ne croisâmes qu’une dizaine de voitures en 6 heures sur cette route et c´était pourtant l’ une des plus fréquentée du pays ! Une route de bitume d’ailleurs, chose très rare en Mongolie. Le chauffeur en profitait pour rouler a plus de 140km/h, ce qui, je dois l’admettre, me fichait un peu la trouille. Parfois, il devait ralentir pour laisser passer les vaches ou les chevaux qui squattaient tranquillement les bords de la route. Dans le lointain, quelques Gers (yourtes mongoles) ça et là, parsemées, et parfois un petit monastère bouddhiste au sommet d´une colline herbée.

Alors que nous arrivâmes enfin à Oulan-Bator, mon engouement s’affaissa d´un poil. Une Grande Ville bien sur: trafic, béton, poussière et klaxons. Je passai les deux semaines suivantes à préparer mon visa chinois. J’avais pensé que cela ne me demanderais qu’une semaine, mais la liste des papiers nécessaires ont récemment changé et j’avais besoin de l´invitation d’une personne résident en Chine. Il me fallut donc attendre sa réception avant d’aller déposer ma demande au consulat et ce dernier n’est ouvert que 3 jours par semaines… J’alternai couchsurfers et auberges, me baladais en ville, potassai des infos pour la suite du voyage et bouquinai pas mal.

bus to dalanzadgadAprès avoir enfin laissé mon passeport au consulat, je rencontrais deux français plutôt marrants: Morgan et Cindy, qui avaient tout deux, chacun de leurs cotés, travaillé et voyagé en Australie et Asie du sud-est depuis plus d’un an et demi. Ils se rendaient vers le sud et le désert de Gobi en bus et souhaitaient louer une voiture avec chauffeur sur place sans passer par une agence, je décidais donc de les suivre. La plupart des touristes dépensent des sommes qui me semblent démesurées pour des séjours « tout compris » avec chauffeurs et guides parlant anglais. En effet, la Mongolie n’est pas le pays le plus « voyageur indépendant- friendly » étant donné que presque aucunes des villes ne sont reliées entre elles par les transports en communs : il faut toujours passer par la capitale ou bien louer une voiture mais l’essence principalement venue de russie est assez chère, les distances très grandes et les routes inexistantes. Pourtant, avec un peu de débrouille, il n’est pas compliquer de se rendre dans la région désirée et de négocier un prix correct avec les locaux pour louer une voiture ou un cheval, s’organiser pour acheter suffisamment de nourriture et d’eau à l´avance et de faire du camping sauvage ou de passer une nuit dans un ger pour quelques milliers de turiks. (1€=1870 tugriks).

bus to dalandzadgadLe trajet jusqu’à Dalanzadgad ne fut pas de tout repos…littéralement. Cindy et Morgan avaient acheté leurs billet le jour d’avant mais, m’étant décidée à la dernière minute, je débarquai à la station de bus sans l’assurance d’une place libre. Effectivement : il n’y en avait plus. On me lassa tout de même grimper à bord et je du m’assoir sur une boite en carton dans l’allée centrale, elle même blindée de bagages et de caisses. La route n’en étant pas une nous furent franchement secoués. Cela m’évoquais l’escalade en camion soviétique jusqu’au camp d’alpiniste dans l’Altaï et Cindy me criait à travers le bus « C’est une machine à laver géante ! » …dont nous étions les fringues malmenée. Eau et lessive en moins, certes. Au bout de 6 heures nous nous arrêtâmes dans une cantine paumée pour manger et un passager me proposa d’échanger ma place avec la sienne. Pas de soucis ! Mes fesses s’en réjouirent, mais je compris assez vite sa motivation : ma voisine, une vieille femme corpulente et relativement odorante m’ écrasait contre la vitre. La nuit fini par tomber, et malgré le superbe coucher de soleil dans le désert, je vivais un enfer. Moi qui suis légèrement claustrophobe sur les bords, il m’était totalement impossible de bouger d’un pouce. La fatigue se faisait ressentir, mais, secoués comme les pommes d’un pommier en pleine tempête, je ne voyais pas comment qui que se soit aurait pu s’endormir ne serait-ce que 2 minutes.

bayanzac clif gobi desertUne fois arrivés, vers 6 heures du matin, Cindy et moi nous endormirent une petite heure sur un banc tandis que Morgan, motivé, discutait déjà avec les chauffeurs aux alentours. Il trouva un brave type et nous arrangeâmes un circuit de 3 jours reliant 3 lieux clés du désert de Gobi. A mon grand regret, nous ne découvrîmes aucun fossiles de dinosaures mais passâmes néanmoins un magnifique séjour à explorer canyons, formations rocheuses et dunes géantes entrecoupés par des centaines des kilomètres de désert caillouteux et 2 fraiches nuits sous une tente. Je pense que les photos parlent d’elles même.

hongoryn els dunes gobi desert 2Pour retourner à UB (you be?.. le petit surnom intime d’Ulaan-Baatar par ses habitants anglophones) nous prîmes le bus au petit matin, et malgré les 15 heures de trajet, ce fut bien mieux supportable que la nuit blanche de l’allée. Il ne me restait plus qu’une semaine avant de devoir récupérer mon passeport avec, je l’espère, un visa pour la chine à l’intérieur, je ne passai donc qu´une journée de repos à UB avant de partir seule pour une aventure équestre… dont je vous parlerais dans un prochain article à venir très bientôt !

[fsg_gallery id=”7″]

Getting out of the beaten path – to the Altay Mountains.

so much snowGetting out of the beaten path really isn’t as simple as that. But yet, with a little good will… In Novosibirsk I took a 6 hours bus ride to reach Byisk, a smaller city. I thought I would go to the village of Tyungur in the Altay region and was hoping to find hiking companions in a hostel at the feet of the mountain that someone told me about. My lovely hostess Elena knew this hostel but she informed me that at this time of year, the high season starting in two weeks, there would probably not be anyone. Damn! However, she showed me another route. I should reach the alpinist camp of Aktru, where she was absolutely sure there would be people. Good. I took another bus to Gorno-Altaïsk at 6:30 in the morning and then another one to the village of Akraw. The trip lasted about 7 hours and I became friend  with a little babushka with mongolian traits and a pretty floral scarf in her hair. Although not speaking a word of English (and no one did in the area) she took me under her wing, helped me to order my meal and let me rest on her shoulder in the bus. As the road began to climb and snowy peaks appeared in the distance, I noticed that fewer and fewer people on the road had a Caucasian look. Then again, Mongolia, China and Kazaksthan were only a hundred kilometers away, sharing the Altay with Russia. I told the driver I wanted to go further, to Kurai, and he eventually dropped me on the road at the entrance of a small village which had to be Akraw, saying “Kurai! Kurai” with hand gestures towards the road continuing to the right. “Oh, uh, okay, Spasiba”. I walked a little in the middle of these kind of small houses with dark wooden planks and sheet roofs that I had often glimpsed beyond the train’s window, some dogs were barking, some chimneys were smoking, all around the white mountains overhung me, everything was quiet, and cars were scarce. street in aktaw altay regionWell … it must have been that, a not so beaten path! Having found what appeared to be a bus stop I sat and waited. An hour later: a mini-bus! “Kurai? – Da, da, da, da! ”
A mere twenty minutes – and just as many pinheads – later the driver opened the door for me and pointed to a snowy peak quizzically. “Yes that’s it!” He then showed me a big gray truck that seemed to come straight out of World War II parked a little further and left right away. I looked around, yawned a little, the air was getting oddly cooler … The truck started honking. What, me? You sure? Honking even more. Ah, ok ok .. I went and found there a smiling driver who began speaking Russian at full speed. I unsheathed my little notebook where Elena had written the name of the alpinist camp and the young woman sitting next to the driver, Nastka, told me: “We go too!” Great. After negotiating the price I climbed in the back, joining Natasha and three 20 years old guys in military uniform: Alexis, Stanislas and Victor.

on the way to the alpinist base altay regionThus began the 5 hours of climbing to the Aktru camp. The road we followed wasn’t really one and we were so shaken -like fortune dice ready to be thrown on the carpet- by the vagaries of the muddy and rocky “track” that it was almost laughable. Or anyway, it made me laugh, clinging to the seat as I could not to bang my head on the ceiling or rush through the cabin. On steep climbs the truck coughed and spat heavily thick smoke that filled the entire interior so that we had to open the small window in the cold to be able to breathe a little. The truck got stuck more than once and it was then a competition of pushing, shovels of earth, collection of tree trunks and rocks in order to make the muddy pond more practicable. It took us once more than an hour before seeing the truck start growling under our applause. I saw some sections of snow appear here and there, and it became more and more present as we approached the camp. Upon arrival, the rocky peaks buried in white all around the chalets of the camp were closer than ever, and a thick cloudy fog were hidding the peaks. We went to have a cup of tea in the kitchen and I saw that Elena was right, the place was far from being empty! Twenty young soldiers were there training mountaineering/survival, mentored by some teachers and guides. There were also two or three cooks and the kind director of the premises.

kitchen in arkrouSmall parenthesis: I do not know where we got this big stereotype about Russian and vodka, but I’ve never seen anyone drink it here and besides, nobody has ever offered me some… On the other side: Russians drink tea. At every meal, every hour, liters and liters every days, continuously. The Russians are really crazy about tea.

I was warming up to yet another cup of tea when Natasha and Nastka offered me to follow them to the banya. I had heard of these Russian saunas and was excited to try them after such a long day on the road. Well, that stuff is intense. The banya is composed of three rooms: One warm, one hot, and one super hot. By super hot I mean 100 degrees Celsius. Yeah, 100 degrees,  that’s right ! There is even a thermometer on the wall to prove it to us. One undresses in the warm room then scale cold water on the floor and benches of this super hot room  in order not to burn one’s feet or buttocks. I really struggled to get in, which made Nastka and Natasha laugh, and they encouraged me to lie down on the bench. I was forced to constantly refresh my face with cold water, as I really felt like my mouth was burning. Nastka then took a birch branch in a water tank and vigorously whipped my whole body. Then we went to the warm room, where one rubes its body with snow. Shock guaranteed! We alternated burning room and snow three times, not forgetting whipping branches on the way, then we went to the “normal warm” room to shampoo and soap. Voila. The whole thing took some time, but is very very nice, once the impression of burning cease!  After, I was completely washed out and fell asleep as soon as I laid on my bed in the little room that I shared with the girls (and a cat).

The camp was at around 2150 meters high and I attempted to climb one of the peaks at 3600 meters. I followed the alpinists military group, escorted by Victor who was the only one to speak a few words of English. However, I had forgotten a small detail: the altitude. Or rather, the shock of it for the Breton I am. Maybe they were just a bit too fast for me, although Victor and one of the guides were telling me to take my time, to take breaks … After an hour or so of climbing,  seeing the rest of the cast far away up and disappearing into the hills, I felt my heart beating fast, was getting dizzy and kind of felt like trowing up. I sat on a rock, gazed one last time to this view of the snowy valley and decided with a hint of disappointment to go back down with the guide and get myself a cup of tea.

The next day I retried a hike to another key place: the Blue Lake, 2840 meters. on our way to the blue lakeIt had snowed a lot during the night and the military had left earlier in the morning, fully loaded. They would spend a few nights in the mountains, the first one at the Blue Lake, so Natasha, Nastka and I only had to walk in their footsteps and follow the fresh tracks they had left in the snow. This climb had a much more tranquil route. At first, the girls made me take breaks regularly and I took this opportunity to take some pictures, then I finally found a good rhythm. The more we climbed, the landscape seemed to fade, to quickly leave only a few touches of gray rocks in an immensity of blinding white. The peaks barely differed from the edge of the sky and we heard nothing else than the whistling of the wind, some remote avalanches and the crunch of our feet jutting out into the snow. I think I had never seen so very much of it, snow, and I didn’t get tired of this particular grinding, sometimes swinging a snowball only to watch its trail down the slope and letting snow melt in my mouth between two deep respiration. I was carefully following in the footsteps of Natasha but still slipped sometimes, sanking my feet deep into the snow, my jeans were soon soaked to the knees and my leather shoes eventually lose their seal. After 4 hours of walking or so I couldn’t feel my toes anymore, but luckily we eventually arrived at the Lake. Strangely, I expected to see an actual lake, maybe would it even be blue, it seemed to me somewhat obvious at the time. I should have realized that up there as well, everything would be absolutely covered with snow, and there was not much else to see. We met with the army lads, occupied to widen some kind of holes to accommodate their tents, and we were invited to join the guides in a small hut where we had snacks and, of course, some hot tea.

clearing sky altay mountainGoing back down was much faster, but fatigue not helping, I fell countless times, buried in snow up to my waist, my trembling legs seeming to have more and more difficulty to carry me and I damaged my ankle by bumping against an invisible sharped stone. I sang the directory of the Beatles from Please Please Me to Let It Be to occupy my mind and dreamed of the banya.
Once arrived and after a good night’s sleep, I was clearly very happy with this day of pretending to be a mountaineer. I ended up leaving my military friends (who would have thought!) And went back to Kurai, riding a horse, horse ride to kurray altay regionenjoying the scenery and being much less shaken … Not getting bogged down this time! I went back to Novosibirsk the same way because there wasn’t really any route through the Altay, then took the Trans-Siberian for the last time with a two days trip to Ulan-Ude, shimmering the famous Baikal Lake from the train’s window. I just received my Mongolian visa,will spend a night or two on the lake before taking the road to Ulaanbaatar and the rest of this journey.

[fsg_gallery id=”4″]so much snowSortir des sentiers battus n’est vraiment pas une tache si simple que cela. Mais, avec un peu de bonne volonté… De Novossibirsk je pris le bus pendant 6 heures pour rejoindre Byisk, une plus petite ville. Je pensais me rendre au village de Tyungur dans la région de l’Altaï et espérais trouver des compagnons de randonnée dans une auberge de jeunesse dont on m’avait parlé au pied de la montagne. Mon adorable hôtesse Elena connaissait cette auberge mais m’informa qu’a cette période de l’année, la haute saison ne commençant que dans une quinzaine de jours, il n’y y aurait probablement personne. Mince ! Elle m’indiqua cependant un autre itinéraire. Il me faudra rejoindre le camp d’alpiniste d’Aktru, où, elle en était sure et certaine, il y aurait des gens. Bon. Je pris un autre bus vers Gorno-Altaï à 6h30 le lendemain matin puis vers le village d’Akraw. Le trajet dura environs 7h et je me liai d’amitié avec une petite babushka aux traits mongols avec un joli foulard fleuris dans les cheveux. Bien que ne parlant pas un mot d’anglais (comme d’ailleurs personne dans les parages) elle me pris sous son aile, m’aida à commander mon repas et me laissa somnoler sur son épaule dans les virages. Alors que la route commençait de grimper et que des pics enneigés apparaissaient dans le lointain, je remarquai que de moins en moins de personnes sur le chemin avaient un air caucasien. Il faut dire que la Mongolie, la Chine et le Kazakhstan n’étaient qu’a une centaine de kilomètres, se partageant l’Altaï avec la Russie. J’ai indiqué au conducteur que je souhaitais me rendre plus loin, à Kurai et il finit par me laisser sur la route à l’entrée d’un petit village qui devait être Akraw en m’indiquant “Kurai! Kurai!” de gestes de la main vers la route continuant vers la droite. “Ah, euh, d’accord, Spasiba !” J’ai marché un petit peu, au milieu de ce genre de petites maisons en planches de bois sombres et toits en tôles que j’avais souvent aperçues au delà de la vitre du train, quelques chiens aboyaient, quelques cheminées fumaient, autour, les montagnes blanches me surplombaient, tout était calme, et les voitures se faisaient rares. street in aktaw altay region Eh bien… voila, ce devait être ça, un sentier pas si battu ! Ayant trouvé ce qui semblait être un arrêt de bus je m’assis et j’attendis. Une heure plus tard: un mini-bus!  “Kurai ? – Da, da, da, da ! “
A peine vingt minutes – et tout autant de têtes d’épingles – passées et le conducteur m’ouvris la portière en pointant un sommet enneigé d’un air interrogateur. “Oui c’est ça !” Il m’indiqua alors un gros camion gris qui paraissait tout droit sorti de la seconde guerre mondiale stationnant un peu plus loin et reparti aussi sec. Je regardai autour de moi, baillai un peu, l’air s’était drôlement rafraîchis… Le camion se mis à klaxonner. Quoi,moi ? Zetes sur ? Klaxonade de plus belle. Ah, ok ok.. je m’approchai et découvris un conducteur souriant qui se mit à me parler Russe à toute allure. Je dégainai mon petit carnet sur lequel Elena avait écrit le nom du camp d’alpiniste et la jeune femme assise à coté du conducteur, Nastka, me dis: “We go  too!” Chouette. Après négociation du  prix je montais à l’arrière, ou se trouvaient déjà Natacha et 3 jeunes types de 20 ans en uniforme militaire: Alexis, Stanislas et Victor.

on the way to the alpinist base altay regionAinsi commencèrent les 5 heures d’ascension vers le camp d’Aktru. La route que nous empruntâmes n’en était pas vraiment une et nous étions tellement secoués, tels des dés de fortune prêts à être balancés sur le tapis, par les aléas de la “piste” boueuse et caillouteuse que c’en était presque risible. Enfin, moi en tout cas, cela me faisait bien rire, m’accrochant comme je pouvais au siège et au plafond afin de ne pas me cogner la tête ou de traverser précipitamment l’habitacle. Sur les montées abruptes le camion toussait grassement et crachait une fumée épaisse qui envahissait tout l’intérieur si bien que nous étions obligés d’ouvrir les petites fenêtre malgré le froid afin de pouvoir respirer un peu. Le camion s’enlisa plus d’une fois et c’était alors concours de poussées, pelletées de terre, installations de troncs d’arbres et de roches afin de rendre la mare boueuse plus praticable. Il nous fallut une fois plus d’une heure avant de voir le camion repartir en grognant sous nos applaudissements. Je voyais quelques pans de neige apparaître deçà-delà, et elle se faisait de plus en plus présente à mesure que nous approchions du camp. A l’arrivée, les pics de roche ensevelis de blancs tout autour des chalets du camp étaient plus proches que jamais, et un épais brouillard nuageux en dissimulait les sommets. Nous allâmes prendre un thé dans la cuisine et je vis qu’Elena avait raison, l’endroit était loin d’être désert ! Une vingtaine de jeunes militaires y étaient en formation d’alpinisme/survie encadrés par quelques profs et guides. Il y avait aussi deux-trois cuisinières et l’aimable directeur des lieux.

kitchen in arkrouPetit aparté: Je ne sais pas d’où nous viens ce grand stéréotype concernant les russes et la vodka, mais jamais je n’ai vu personne en boire ici, et on ne m’en a d’ailleurs jamais proposé non plus… Par contre: les russes boivent du thé. A chaque repas, a chaque heure, des litres et des litres, chaque jour continuellement. Les russes sont de grands malades du thé.

J’étais donc bien au chaud devant une énième tasse de thé lorsque Natacha et Nastka me proposèrent de les  suivre à la banya. J’avais entendu parler de ces saunas russes et était ravie d’essayer après cette longue journée de route. Eh bien, c’est intense comme truc. La banya est composée de 3 pièces: Une tiède, une chaude, et une super chaude. Par super chaude j’entends 100 degrés Celsius. Oui oui, 100 degrés, tout  à  fait! Il y a même un thermomètre accroché au mur pour nous le prouver. On se déshabille dans la pièce tiède puis on balance de l’eau froide sur le parquet  et les bancs de cette pièce super chaude afin de ne pas s’y brûler ni les pieds ni les fesses. J’ai vraiment eu du mal à y entrer, ce qui a fait rire Nastka et Natacha, puis elles m’ont incitées à m’allonger. J’étais forcée de me rafraîchir le visage constamment avec de l’eau froide, tant j’avais l’impression que ma bouche était en train de cramer. Puis Nastka pris une branche de bouleau dans un  bac d’eau et me fouetta énergiquement tout le corps. Ensuite, pièce tiède, ou l’on se frictionne le corps avec de la neige. Choc assuré! On alterne pièce brûlante et neige trois fois de suite, sans oublier fouetage de branches au passage, puis l’on se dirige vers la pièce moins chaude afin de se shampouiner et savonner. Voila. L’affaire prends pas mal de temps, mais qu’est ce que c’est agréable, une fois l’impression de brûlure passée !  Après, j’étais complètement lessivée et me suis endormie à peine posée sur mon lit dans la petite chambre que je partageais avec les filles (et un chat).

mountain view altayLe camp se situait à 2150 mètres environs et j’ai tenté une ascension vers  l’un des pics, à 3600 mètres. J’ai suivi le groupe d’alpinistes militaires, escortée par Victor qui était le seul à parler quelques mots d’anglais. Cependant, j’avais oublié un tout petit détail: l’altitude. Ou plutôt, le choc de cette dernière pour la bretonne que je suis. Peut être allaient ils tout simplement trop vite pour moi,  bien que Victor et l’un des guides me dise de prendre mon temps, de faire des pauses…  Après une heure ou deux de grimpe, alors que je voyais le reste de la troupe s’éloigner puis disparaître dans les hauteurs, je sentais mon cœur battre à 100 à l’heure, commençais à avoir la tête qui tournait et comme une envie de vomir. Je m’assis sur un rocher, contemplai une dernière fois le spectacle de cette vue sur la vallée puis décidai avec une pointe de déception de redescendre avec le guide pour me requinquer d’une tasse de thé.

Le lendemain, je retentais une randonnée vers un autre lieu clef : Le Lac Bleu, à 2840 mètres.on our way to the blue lake Il avait beaucoup neigé durant la nuit et les militaires étaient partis plus tôt le matin, chargés à bloc. Ils allaient passer quelques nuits dans la montagne et passeraient la première au Lac Bleu, Natacha, Nastka et moi n’eurent donc qu’a marcher dans leurs pas et suivre la piste fraîche qu’ils avaient laisser dans la neige. L’ascension se fit bien plus tranquillement sur ce trajet. Au début, les filles me faisaient prendre des pauses régulièrement et j’en profitais pour prendre quelques photos, puis je fini par trouver mon rythme. Plus l’on grimpait, plus le paysage paraissait s’effacer, pour ne rapidement laisser que les quelques touches de gris des roches dans une immensité d’un blanc aveuglant.  Les sommets se distinguaient à peine de la lisière du ciel et l’on n’entendait rien d’autre que les sifflements du vent, quelques avalanches éloignées et le crissement de nos pas s’avançant dans la neige.  Je crois que je n’en avait jamais vu autant, de neige, et je ne me lassais pas de ce grincement particulier, balançant parfois une boule pour la regarder laisser une traînée en dévalant la pente et la laissant fondre dans ma bouche entre deux profondes respiration. Je faisais attention à bien marcher dans les pas de Natacha mais glissais tout de même parfois et mon pied s’enfonçait alors profondément dans la neige, mon jean fut bientôt trempé jusqu’aux genoux et mes chaussures en cuir finirent par perdre leur étanchéité. Après environ 4 heures de marche je ne sentais plus mes orteils, mais heureusement nous avons fini par arriver au Lac. Étrangement, je m’attendais à en voir un, de lac, peut être même qu’il serait bleu, cela me paraissait assez évident sur le coup. J’aurais du me rendre compte que là haut aussi, tout serai absolument recouvert de neige, et qu’il n’y y aurait pas grand chose d’autre à voir. Enfin, nous retrouvâmes les alpinistes, occupés a se creuser de genres de trous pour abriter leurs tentes, et nous furent invitées à rejoindre les guides dans une petite cabane ou nous mangeâmes un peu et prîmes, évidement, une tasse de thé bien chaude.

clearing sky altay mountainLa redescente fut bien sur plus rapide, mais la fatigue n’aidant pas je tombai un nombre incalculable de fois, m’ensevelissant jusqu’à la taille dans la neige, mes jambes tremblantes semblant avoir de plus en plus de difficulté à me porter, et je m’abîmai la cheville en me cognant contre une pierre pointue invisible. Je chantai le répertoire des Beatles de Please Please Me à Let It Be pour m’occuper l’esprit et rêvai à la banya. Une fois arrivées et après une bonne nuit de sommeil réparateur, je fus évidement très contente de cette journée à me la jouer alpiniste. J’ai fini par quitter mes amis militaires (qui l’aurai cru!) et suis retournée vers Kurai à cheval horse ride to kurray altay regionoù j’ai apprécié le paysage défilant tranquillement ainsi que le fait d’être beaucoup moins secouée… Et pas d’enlisement cette fois ci ! Je refis le chemin inverse vers Novossibirsk car il n’y avait pas vraiment de route au travers de l’Altaï, et pris le transsibérien pour la dernière fois pour deux jours de trajet vers Oulan-Oude, miroitant le fameux lac Baïkal depuis la fenêtre du train. Je viens de recevoir mon visa Mongole, je vais passer une nuit ou deux sur les bords du lac avant de prendre la route vers Oulan-Bator et la suite de ce périple.

[fsg_gallery id=”4″]